Synthèse d’un mémoire de diplôme: Une peinture d’extérieur

Introduction
Ce texte rend compte de la consultation d’un mémoire de diplôme au grade de Master de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon en conservation-restauration  soutenu en 2010 par Aurélie Terral-Dréano. Il s’agit de In situ – Ex situ. Conserver et restaurer une œuvre , “Passé antique et Art moderne” d’ Hervé Di Rosa (1985) créée pour un lieu sans en rompre le lien . Le mémoire  s’est focalisé sur une œuvre de l’artiste fondateur de l’ ” art modeste “, Hervé Di Rosa : Passé antique et Art moderne, datée 1985.

Identification de l’œuvre
Auteur : Hervé Di Rosa
Titre : Passé Antique et Art Moderne
Date : 1985
Procédé : acrylique sur contreplaqué
Dimension : H= 192,7 x  L= 309,9 cm

Propriétaire : Mairie de Balaruc-les-Bains (34)

Description de l’image : scène en extérieur ; un personnage central joue d’un instrument sur le rebord d’une fontaine. Plusieurs autres figures appartenant à la mythologie inventée par l’artiste, apparaissent aux côtés du musicien. Le style vestimentaire des personnages et l’architecture renvoie à la période de l’Antiquité.

Le présent texte cherche à comprendre et relater les questionnements et enjeux soulevés par la recherche ayant conduit à ce mémoire de fin de second cycle, concernant cet objet spécifique dans  un  contexte  qui lui est propre.

Contexte de création. L’œuvre s’inscrit dans un contexte et un lieu très spécifiques. Elle fut créée à la suite de la découverte archéologique sur le site antique de Balaruc-les-Bains, d’une basilique gallo-romaine. L’importance de la découverte a amené l’équipe d’archéologues à proposer un projet d’aménagement d’un “parc archéologique”. Le projet fut appuyé par la DRAC Languedoc – Roussillon et soumis à la décision de la municipalité. Ce  projet correspondait donc à une véritable volonté de valorisation de vestiges antiques. Une commande publique de la commune et de l’association des archéologues « Archeofactory » fut  alors lancée pour la réalisation d’une œuvre capable de s’inscrire dans le sens de cette valorisation. C’est Hervé Di Rosa qui accepta le défi et produisit une peinture au cours de l’année 1985. Il conçut la composition de celle-ci grâce aux informations transmises par les archéologues. On peut d’ores et  déjà constater que c’est le lieu qui fut  à l’origine de l’œuvre. Suite au constat de la vulnérabilité et la fragilité de l’oeuvre en 2008, un projet de conservation-restauration fut lancé. Ce projet consistait dans un premier temps en la “restauration” de l’oeuvre, à la demande de la commune qui en est propriétaire. Elle souhaitait par la suite pouvoir la déplacer et l’accrocher dans un nouveau lieu prochainement ouvert à Ballaruc-les-Bains, mais en intérieur. L’auteure du mémoire part donc de ces données pour élaborer une proposition qui prenne en compte  les  problèmes et enjeux. 

Questionnements et problématique. Cette peinture sur bois, au statut d’œuvre d’art public et exposée en extérieur, a soulevé des questions relatives au lieu de monstration de l’œuvre et au lien qui les unit. Comment entretenir ce dernier ? L’auteure a donc commencé son étude, 25 ans après l’instauration de la peinture in situ, par l’examen du contexte de création et de monstration de l’œuvre, afin de tenter de déterminer de manière exacte le(s) lien(s) qui uni(ssen)t l’œuvre à son lieu d’exposition. Il lui est rapidement apparu que la création de l’œuvre fut étroitement liée au lieu, si ce n’est indissociable. Par la suite,  un constat d’état a été effectué lui permettant d’affirmer l’impact et la prédominance des altérations causées par l’environnement et le climat sur l’œuvre. Ce qui l’a renvoyée au questionnement inhérent aux œuvres d’art public, vouées à une existence en extérieur : l’acceptation ou non de la dégradation irrévocable par l’artiste, ainsi que les caractéristiques et difficultés que les œuvres d’art public peuvent rencontrer. En ce qui concerne les dégradations liées aux œuvres d’extérieur, il semble que les artistes ont conscience de ce processus de changement d’état. Pour ce qui est de l’acceptation de celui-ci il varie selon chacun.
L’auteure a ensuite souligné les caractéristiques et difficultés des œuvres d’art public. Par exemple la relation du  lieu avec le public, différente de celle nouée dans un musée.  Ces relations sont
« au cœur de plusieurs enjeux patrimoniaux, politiques et sociaux » qu’elle développe. Elle explique qu’il peut s’agir d’enjeux techniques, relatifs aux matériaux constitutifs de l’oeuvre et aux facteurs de dégradation qui impliquent un entretien par les acteurs concernés. Mais aussi, d’enjeux juridiques se rapportant à la législation sur la propriété intellectuelle de l’artiste de son oeuvre. Ou encore d’enjeux éthiques  en regard de l’intégrité matérielle et le sens de l’oeuvre dans l’espace public.  Grâce à ses réflexions, elle a mis à jour une problématique qui intègre l’œuvre associée à sa pérennisation matérielle et contextuelle. – « Comment pérenniser une œuvre altérée sans porter atteinte aux sens dont elle est porteuse ? »
– « Comment peut-on respecter les intentions originelles de la création de l’œuvre quand sa matérialité ne peut plus assurer la fonction de l’image ? ».

Propositions Elle a tenté de  répondre à ces questions grâce à un raisonnement dit « axiologique ». Il s’agit de comprendre tous les enjeux en passant par l’évaluation « [des] dualités ou [des] conflits à travers une réflexion basée sur l’ensemble des valeurs potentielles et avérées de l’œuvre. » (p. 90). Cette analyse tient compte « des intentions de l’artiste mais également des différentes personnes liées au projet de création et de présentation de l’œuvre » (p.90). Cette a permis de comprendre comment l’œuvre est perçue et,  de faire des préconisations quant aux traitements de conservation-restauration destinés à l’œuvre. Grâce à toutes ces données et aux discussions menées avec les acteurs concernés, l’auteure a pu amener et justifier ces propositions de traitement au propriétaire. Avec ce raisonnement « axiologique », elle a mis en avant toutes les valeurs, contradictoires, conflictuelles ou pas,  qui sont conférées à l’objet, leur permettant ainsi de réviser leur conception de l’œuvre.

Conclusion Il apparaît que le cheminement interrogatif de l’auteure, par rapport à l’œuvre, a connu une évolution. Partant du constat général du vieillissement prématuré des œuvres en extérieur, elle a recentré ses questions sur la place de l’oeuvre qu’elle étudie et les considérations portées à son égard. Celles-ci l’ont confrontée aux problèmes du lieu et du contexte de création, la poussant dans une étude approfondie par l’analyse axiologique de l’œuvre en regard de nombreux paramètres inhérents à sa situation particulière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.