Synthèse d’un mémoire de diplôme: une oeuvre interactive.

Je vais tenter, à travers cette synthèse, de rendre compte des différents points sur lesquels s’appuie Tiphaine Vialle pour mener à bien l’étude d’une œuvre qu’elle qualifie « d’œuvre à composantes numériques ». Tiphaine Vialle a réalisé une étude de l’œuvre Sweet Dream créée en 2007 par l’artiste Julie Morel, et explore des problématiques liées à la conservation-restauration d’arts numériques. En effet, elle met en lumière la difficulté d’évaluer les risques momentanés et futurs de matériel numérique, ce qui renvoie à la notion d’obsolescence. Elle questionne également l’environnement particulier dont les œuvres dépendent et qui sont sujettes à une autonomie complexe.

Sweet Dream est une œuvre d’art contemporain constituée de deux touches de clavier d’ordinateur sur lesquelles il  est inscrit « wake up » pour l’une et « sleep » pour l’autre. Ces deux touches écrits blanc sur noir sont reliées à l’aide de matériel numérique tel que des cartes arduino® , des mac mini (ordinateur) et modems wi-fi à une lampe de chevet qui s’allume et s’éteint par l’activation des touches.

C’est donc une installation qui met en relation deux lieux distincts par un geste, celui du « pratiqueur », qui interagit avec celle-ci  : une partie (les touches et une moitié du dispositif de câblage) est exposée, tandis que l’autre (l’autre partie du câblage et la lampe) se situe dans un espace d’intimité inaccessible à priori(appartement).

La nuance intéressante que met en avant Tiphaine dès le début de sa présentation est celle de l’utilisation d’Internet dans l’installation, qui n’aurait pu contenir et utiliser que de simples liens électriques afin d’y donner forme. Il y a donc une volonté d’utiliser le réseau internet puisqu’il est facile d’accès mais aussi de s’adresser à une communauté et non à des consommateurs comme aurait pu donner à réflexion l’utilisation d’un réseau électrique. C’est donc une histoire de communication et non de consommation. Il faut tout d’abord recontextualiser l’œuvre en 2007, à l’époque où les médias sociaux tels que Skype® ou Facebook® émergent. L’artiste a réalisé ce dispositif dans le but d’utiliser le réseau comme réseau social de pure communication plutôt que d’utiliser un réseau électrique ou énergétique. Le réseau internet en 2007 consiste essentiellement à transmettre des informations, à créer un échange, contrairement au réseau électrique qui correspond à une production et un fournissement énergétique à sens unique. Enfin, l’utilisation du réseau internet vise non pas à dialoguer avec des clients mais bien à interagir avec des internautes. Aujourd’hui la distinction n’est plus valable car le réseau internet et le consumérisme ont envahit le communautaire et l’héritage de cette œuvre ainsi que sa signification peuvent en être déformées.

Le motif de l’étude concerne le manque de certains éléments constitutifs du dispositif puisqu’il ne peut pas être assuré sans ceux-ci. L’obsolescence technologique de certains matériels et logiciels est d’ailleurs un problème au bon fonctionnement et à la pérennisation de l’œuvre.

Comment aborder l’œuvre Sweet Dream, selon Tiphaine Vialle : considère-t-on l’œuvre comme conceptuelle ou bien la considère-t-on dans son ensemble et donc, par la suite prend-on en compte le déploiement technique assurant le fonctionnement ?

Effectivement il est impossible, du point de vue du regardeur, de se douter de l’installation numérique présent en arrière plan et c’est donc à lui d’imaginer l’effet de son acte, lorsqu’il appuie sur une touche. Ou bien il est en droit de penser que son acte n’a aucun impact ou effet et dans ce cas, l’œuvre en est cantonnée à deux touches d’ordinateur sur un mur de galerie puisque c’est ce qui est formellement notable.

La question fondamentale est donc de savoir quel est le positionnement à adopter dans cette étude car si aucune indication n’est transmise quant à l’épaisseur technologique entretenant le bon fonctionnement de l’objet, celle-ci n’est pas considérée par le regardeur et n’est finalement pas nécessaire à une bonne expérience ou interaction de l’œuvre.

Cependant, dans le cas présent, l’artiste émet la volonté que son œuvre fonctionne car elle ferait partie intégrante de sa propre installation, se tenant à l’extrémité aux cotés de la lampe de chevet. Elle invite notamment des personnes à venir visiter son appartement afin de répondre à la frustration du spectateur.

Tiphaine Vialle en conclue donc que la partie émergée (visible) fait sens à elle seule, mais elle ne transmet pas la totalité du message artistique. En vue de la proposition de traitement, l’œuvre a besoin de fonctionner pour donner sens au concept présenté précédemment.

A ses yeux, il est primordial de préserver le fonctionnement de l’œuvre, sans quoi elle se résumerait à deux touches de clavier et à une expérience solitaire de celui qui participe en envoyant un signal ne menant à rien, ce qui revient à interagir avec une œuvre participative inerte.

Tiphaine Vialle conjecture ensuite trois propositions de traitement visant le même objectif : garder l’œuvre en état de fonctionnement et tendant à être pérenne.

La première serait de changer le matériel utiliser (mac mini et cartes arduino® ) qui pose problème et de la remplacer par deux raspberry pi®  ( nano ordinateurs sous la forme de circuit imprimé et ayant diverses entrées). Cette proposition permet une manipulation  du matériel très  légère et est stable dans le temps. Cependant, ce nouveau dispositif ferait abstraction de l’original puisqu’il en change les composants.

La deuxième consisterait à conserver la carte arduino®  en y intégrant un autre élément, un shield, qui correspond à une carte imprimée s’ajoutant à celle-ci et qui lui procure d’autres fonctionnalités. C’est ce shield qui remplacerait le mac mini et donc permettrait de gérer le réseau internet. Cette seconde proposition met en avant, comme la première, de remplacer du matériel informatique à cause de problèmes de compatibilité et d’obsolescence.

La troisième proposition serait de conserver l’œuvre pratiquement en l’état et de n’agir uniquement que sur les mac mini qui sont les éléments les plus problématiques car ils interfèrent avec le bon fonctionnement de celle-ci. L’idée que Tiphaine Vialle met en avant est de considérer l’élément ordinateur comme élément additionnel consommable. Il serait donc changé au fil du temps par des machines plus performantes et l’environnement logiciel de Sweet Dream serait conservé. On imagine que cela continuerait de fonctionner à l’aide d’une émulation du logiciel sur une nouvelle machine.

Concluant sur le fait qu’on ne puisse plus, à terme, intervenir et remplacer les éléments constitutifs de l’œuvre par d’autres qui auront le même aspect esthétique et les mêmes capacités faisant état de l’informatique de 2007, elle ouvre sur les questions suivantes : sera-t-il justifié de présenter l’œuvre non fonctionnelle, comme un objet historique ? Ou bien est-il plus juste d’actualiser ses composants afin d’en assurer le fonctionnement au détriment de l’historicité de celle-ci ?

Il s’agit en tout cas d’une conservation-restauration palliative, menant à accompagner respectueusement l’œuvre dans sa possible disparition car si elle est réactivée il s’agirait plutôt d’une nouvelle version de Sweet Dream qui fait état d’une autre époque technique et informatique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.