Patrimoines en vrai et faux périls.

Le 16 Septembre 2017, Stéphane Bern fut désigné par le président pour mener une mission sur le patrimoine local en péril. (c) AFP

Il y a peu, le très mass-médiatique sieur Stéphane Bern  n’a pas su décliner l’auréole d’une « mission de réflexion au financement de la rénovation du petit patrimoine en péril »   moins requise qu’offerte par le fait du prince, le président de la république en personne, quand les pouvoirs publics sont pourtant déjà dotés de longue date d’un dispositif — du reste si performant qu’il a  fait école à l’étranger — d’instances très qualifiées en charge de vigilance et prospective au même endroit. C’est à croire que la bouffonnerie médiatique et la gloriole tirée de l’audimat valent tant qu’elles ont rendu impudents, et le commanditaire, et le récipiendaire. Celui-là même qui s’est aussitôt autoproclamé successeur de Prosper Mérimée et son généreux souverain, ont fait fi par cette opération démagogique, de l’injure faite à tous les personnels spécialistes qui oeuvrent dans un anonymat sacerdotal à la préservation du patrimoine, souvent en dépit de leurs très faibles moyens. « Je vais effectuer ma mission bénévolement pour aider mon pays » a déclaré le « fou du roi » radiophonique et de la cour macronienne (il a fait partie des personnalités invitées à la brasserie La Rotonde au soir de la victoire du premier tour de la présidentielle). En tentant de couper court à la critique avec un regain de démagogie, il n’a fait qu’enfoncer le clou de l’avanie faîte à tous ceux qui agissent déjà dans le même dessein civique, mais sauf un salaire aussi conséquent que peu avouable perçu par ailleurs. « […] Quand l’État vous le demande, vous le faîtes, c’est tout. », fut l’ultime argument de celui dont l’expertise sut être reconnue par un prodige macronien de plus.

L’écrivain et universitaire franco-congolais Alain Mabanckou (c) Cameroon voice.

En effet, il n’est pas courant que l’on résiste à l’appel de la sirène présidentielle qui est promesse d’honorabilité suprême et de supra-stature médiatique. Pourtant c’est ce qu’a osé publiquement l’écrivain et universitaire Alain Mabanckou dans une formidable lettre ouverte, conclue par le refus sans appel de la proposition d’Emmanuel Macron qui l’invitait ce 13 décembre dernier à «contribuer aux travaux de réflexion que le président souhaite engager autour de la langue française et de la Francophonie.» Tiens tiens ! Encore une mission jupitérienne de réflexion et le recours à une personnalité médiatique. Décidément !  Sauf que, à en croire son réquisitoire en guise de motifs de son renoncement, l’ingrat  est d’une autre trempe que celle de l’animateur télé si bénévole et dévoué à son pays. Le lauréat du prix Renaudot 2006 ne s’est pas fait berner par ce qui relève en réalité d’une stratégie communicationnelle et d’instrumentalisation de celui qui est perçu comme un illustre représentant de la création littéraire du continent africain, adoubé par le Collège de France. Dans sa lettre ouverte (cf. en fin de billet), il est implicitement fait rappel de

Emmanuel Macron (g) et le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré (d) à l’école Lagm Taaba de Ouagadougou, le 28.11. 2017. Crédits : L. Marin / AFP

la posture et du ton paternalistes pris à l’université de Ouagadougou le 28 Novembre 2017 par le chef de l’Etat, ayant pourtant proclamé  comme ses deux prédécesseurs vouloir tourner la page de la françafrique. Ce comportement s’adressait au parterre d’une certaine  « jeunesse africaine », manifestement trié sur le volet pour son ingénuité inoffensive au point de prêter, le plus naturellement du monde, à la remontrance et à la bienveillance parentales.

A l’inverse de l’écrivaine Leïla Slimani élevée au rang de « représentante personnelle et bénévole du président pour la francophonie »,  Alain Mabanckou a fait preuve d’un rare courage  de signifier publiquement un NON  fort et clair à la pérennisation du « nouvel alibi d’une vieille domination » que n’avait pas manqué de dénoncer déjà en son temps Mongo Beti avec son épouse Odile Tobner dans leur Dictionnaire de la négritude, Paris, L’Harmattan, 1989, l’année où Alain Mabanckou arrivait en France de son Congo natal pour y poursuivre des études de droit. Eux qui ont précisément pointé les « tares qui compromettent la viabilité de la francophonie institutionnelle ». Oui, comme le laissent magistralement  entendre la plume de l’écrivain dans sa missive, mais aussi sa voix auparavant et ailleurs, la langue française s’emploie en toute liberté en Afrique, ailleurs aussi,  et n’a nul besoin d’un « cordon ombilical » que l’Etat français voudrait maintenir. Elle sert notamment à dénoncer dans des tribunes de journaux africains, la collusion récurrente entre des fantoches autocrates  et des  magnats français, colons d’un autre âge, pour la prédation à visage découvert de richesses publiques sans faire sourciller les tenants de la francophonie. Comme l’écrivait encore Mongo Beti au rang duquel ce renoncement  élève ou confirme son auteur, le français doit être pratiqué en Afrique et partout outre – France comme l’espagnol et le portugais en méso – et sud – Amérique, ou l’anglais en Amérique du nord, pour l’avènement d’une autre pléiade, celle-là polyphonique et « libérée de son pacte exclusif avec la nation ». Une littérature-monde en français chère à tous les signataires de son manifeste en 2007 qui ratifiaient par là, l’acte de décès de la francophonie, « ce dernier avatar du colonialisme »,  devenue un halo sans phare, « de la lumière d’une étoile morte ». Cette année-là, le Goncourt, le Grand Prix du roman de l’Académie française, le Renaudot, le Femina, le Goncourt des lycéens, furent décernés à des écrivains d’outre-France …

Qu’est ce qui sépare les postures ? Le recours à la sociologie de Max Weber peut nous aider à penser cette question et y  trouver une réponse. «Toute activité orientée selon l’éthique peut être subordonnée à deux maximes totalement différentes et irréductiblement opposées» pose celui-ci. D’un côté, l’éthique de conviction repose sur le principe kantien du devoir : on doit agir en fonction de principes supérieurs auxquels on croit. (Stéphane Bern fait valoir l’intérêt supérieur de l’Etat, le patriotisme et le bénévolat). De l’autre, l’éthique de responsabilité relève de la philosophie conséquentialiste : on n’agit qu’en fonction des effets concrets que l’on peut raisonnablement prévoir. (Alain Mabanckou sait que son acceptation contribuerait à la continuation d’une perfidie). «Cela ne veut pas dire que l’éthique de conviction est identique à l’absence de responsabilité et l’éthique de responsabilité à l’absence de conviction.» avertit Max Weber. Néanmoins, face à une décision politique engageant des choix éthiques, l’une ou l’autre de ces positions prévaut : «Lorsque les conséquences d’un acte fait par pure conviction sont fâcheuses, le partisan de cette éthique n’attribuera pas la responsabilité à l’agent, mais au monde, à la sottise des hommes ou à la volonté de Dieu qui a créé les hommes ainsi. Au contraire, le partisan de l’éthique de responsabilité comptera justement avec les défaillances communes de l’homme et il estimera ne pas pouvoir se décharger sur les autres des conséquences de sa propre action pour autant qu’il aura pu les prévoir.» 

Dans les deux réponses opposées faites à Jupiter, les deux positions apparaissent clairement. L’éthique de conviction se réfère au principe supérieur du don de soi et de son temps qu’on ne refuse pas à l’Etat. L’éthique de responsabilité invoque par ailleurs les conséquences prévisibles et celles qui ne le sont pas. De nombreuses personnes peuvent se sentir offusquées par l’atteinte portée à leur professionnalisme et à leur image sociale ou à leur liberté foncière par ce qu’elles perçoivent comme un outrage directement orienté contre elles. Hélas, il apparaît qu’on use en lieu le plus haut, bien plus de l’éthique de conviction par pure stratégie électoraliste, que d’éthique de responsabilité avec un véritable sens de l’Etat.

Monsieur le Président,

Dans votre discours du 28 novembre à l’université de Ouagadougou, puis dans un courrier officiel que vous m’avez adressé le 13 décembre, vous m’avez proposé de «contribuer aux travaux de réflexion que vous souhaitez engager autour de la langue française et de la Francophonie.»

Au XIXème siècle, lorsque le mot «francophonie» avait été conçu par le géographe Onésime Reclus, il s’agissait alors, dans son esprit, de créer un ensemble plus vaste, pour ne pas dire de se lancer dans une véritable expansion coloniale. D’ailleurs, dans son ouvrage «Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique» (1904), dans le dessein de «pérenniser» la grandeur de la France il se posait deux questions fondamentales: «Où renaître ? Comment durer ?»

Qu’est-ce qui a changé de nos jours ? La Francophonie est malheureusement encore perçue comme la continuation de la politique étrangère de la France dans ses anciennes colonies. Repenser la Francophonie ce n’est pas seulement «protéger» la langue française qui, du reste n’est pas du tout menacée comme on a tendance à le proclamer dans un élan d’auto-flagellation propre à la France. La culture et la langue françaises gardent leur prestige sur le plan mondial.

Les meilleurs spécialistes de la littérature française du Moyen-Âge sont américains. Les étudiants d’Amérique du Nord sont plus sensibilisés aux lettres francophones que leurs camarades français. La plupart des universités américaines créent et financent sans l’aide de la France des départements de littérature française et d’études francophones. Les écrivains qui ne sont pas nés en France et qui écrivent en français sont pour la plupart traduits en anglais: Ahmadou Kourouma, Anna Moï, Boualem Sansal, Tierno Monénembo, Abdourahman Waberi, Ken Bugul, Véronique Tadjo, Tahar Ben Jelloun, Aminata Sow Fall, Mariama Bâ, etc. La littérature française ne peut plus se contenter de la définition étriquée qui, à la longue, a fini par la marginaliser alors même que ses tentacules ne cessent de croître grâce à l’émergence d’un imaginaire-monde en français.

Tous les deux, nous avions eu à cet effet un échange à la Foire du livre de Francfort en octobre dernier, et je vous avais signifié publiquement mon désaccord quant à votre discours d’ouverture dans lequel vous n’aviez cité aucun auteur d’expression française venu d’ailleurs, vous contentant de porter au pinacle Goethe et Gérard de Nerval et d’affirmer que «l’Allemagne accueillait la France et la Francophonie», comme si la France n’était pas un pays francophone !

Dois-je rappeler aussi que le grand reproche qu’on adresse à la Francophonie «institutionnelle» est qu’elle n’a jamais pointé du doigt en Afrique les régimes autocratiques, les élections truquées, le manque de liberté d’expression, tout cela orchestré par des monarques qui s’expriment et assujettissent leurs populations en français ? Ces despotes s’accrochent au pouvoir en bidouillant les constitutions (rédigées en français) sans pour autant susciter l’indignation de tous les gouvernements qui ont précédé votre arrivée à la tête de l’Etat.

Il est certes louable de faire un discours à Ouagadougou à la jeunesse africaine, mais il serait utile, Monsieur le Président, que vous prouviez à ces jeunes gens que vous êtes d’une autre génération, que vous avez tourné la page et qu’ils ont droit, ici et maintenant, à ce que la langue française couve de plus beau, de plus noble et d’inaliénable: la liberté.

Par conséquent, et en raison de ces tares que charrie la Francophonie actuelle – en particulier les accointances avec les dirigeants des républiques bananières qui décapitent les rêves de la jeunesse africaine –, j’ai le regret, tout en vous priant d’agréer l’expression de ma haute considération, de vous signifier, Monsieur le Président, que je ne participerai pas à ce projet.

Alain Mabanckou
Santa Monica, le 15 janvier 2018

A lire aussi, le compte-rendu de sa leçon inaugurale au Collège de France.

En complément, lire aussi un article d’Achille Mbembe, postérieur à cette tribune.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.