Le Rapport de l’IGAC: et après ?


Cela va bientôt faire deux ans qu’un Rapport de l’Inspection Générale des Affaires Culturelles (IGAC) sur les conséquences de l’inscription des professionnels de la restauration du patrimoine sur la liste des métiers d’art, a été corédigé et livré par Isabelle Neuchwander et Emmanuel Hamelin, inspecteurs généraux des affaires culturelles, (mars 2016, IGAC 2016-09). A-t-il été l’objet de quelque retour critique émanant de quelque représentant de la profession de conservateur-restaurateur principalement concernée? Qu’en est-il de la suite donnée à ses conclusions et recommandations ?

De notre point de vue, ce rapport, le troisième après celui de Daniel Malingre en 2003 et de Christian Kert en 2006, pêche principalement par deux faiblesses, fortement responsables de celle d’ensemble.

La première relève d’une analyse technocratique  restée de surcroît étonnamment franco-centrée et qui ne devrait raisonnablement plus avoir cours à une époque où le code du patrimoine a déjà intégré des directives européennes, dont une qui concerne précisément l’habilitation des « spécialistes de la restauration ». Du reste et dans une sorte de schizophrénie patente, des conclusions et préconisations du rapport apparaissent en dépit de positions relevant de recommandations et chartes internationales qui ont pourtant été ratifiées  en leur temps par la représentation française. Elles ne seraient donc pas applicables en raison d’une exception culturelle spontanée ou d’un intérêt supérieur tel que, par exemple,  le « risque d’ambiguïté »  à l’usage du terme composé conservateur-restaurateur, exprimé par un rapporteur du sénat ? « La réponse à ces inquiétudes [de la profession] réside en grande partie dans la lecture approfondie de la liste des métiers d’art et de son domaine Restauration. » affirme la conclusion du rapport, quand le domaine en question n’est pas la restauration mais précisément celui de la conservation-restauration telle qu’elle a été définie et ratifiée en l’espèce par un large consensus international  de  l’ICOM dès 1986 et encore en 2010. Pourquoi ne pas avoir pu ou su tirer parti des situations similaires de nos voisins ? A-t-on seulement comparé les appellations respectives des « conservateur(-gestionnaire) » et « (conservateur-) restaurateur  » en France avec celles des autres pays francophones ? En Suisse par exemple, les appellations officielles en vigueur « conservateur(rice) » et « conservateur(rice)-restaurateur(rice) » cohabitent sans difficulté. Qui peut bien en France, derrière la parole d’un seul sénateur, arguer le contraire  et surtout, pourquoi ? Par ailleurs, la dérogation à l’appellation « conservateur-restaurateur » — dénomination consensuelle et internationale d’ENCoRE et de l’ICOMne vaut que si un autre titre instaure une évolution qualitative de la reconnaissance de compétence vers le haut. Celle de « restaurateur du patrimoine » proposée par les représentants de l’INP ou de « restaurateur diplômé »    par ceux du Master CRBC de l’Université Paris I, ne vont pas dans ce sens. Au contraire, elles sont plutôt régressives. Car dans le monde anglo-saxon, restorer est un terme péjoratif désignant ceux qui répètent des recettes et visent un aspect « antiquaire ». Et du reste, le terme « restaurateur » maintient lui aussi une ambiguïté avec le métier de bouche.

La deuxième tient  à l’approche bureaucratique relevant d’une vieille tradition jacobine du rapport réalisé à la demande du MCC, qui souhaitait « que l’inspection Générale des affaires culturelles mène une étude sur les répercussions de ce texte sur les professionnels de la restauration du patrimoine, en termes de reconnaissance de leurs spécificités […], en analysant également les formations […]. » L’enquête à propos de ces dernières, comportant beaucoup trop d’impensés, d’inexactitudes grossières, d’approximations, d’insuffisances en somme à ce niveau d’expertise, laisse fortement à désirer. Le rapport de l’IGAC s’inscrit dans la ligne d’une confusion incompréhensiblement entretenue par le site du Ministère de la Culture sur le portail « conservation-restauration », celui-ci étant  » le résultat du groupe interdisciplinaire « conservation-restauration » coordonné par le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines. Il réunit les différents services du ministère de la Culture et de la Communication en charge de la conservation des biens d’intérêt patrimonial (Archives, Bibliothèques, Musées, Archéologie, Monuments Historiques…), des laboratoires et centres de recherches et des instituts de formation des professionnels du patrimoine relevant du ministère de la Culture et de la Communication ». La conservation-restauration y est présentée, non pas comme l’activité spécifique telle qu’elle a été notamment définie pas l’ICOM,  depuis 1986 faut-il le rappeler, et ENCoRE, mais comme une sorte de champ interdisciplinaire regroupant  les professionnels du patrimoine, dont les restaurateurs. Pourquoi le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines, ainsi que le groupe de réflexion de composition très institutionnelle et coordonné par ledit département de pilotage, persiste à s’inscrire en faux contre la définition internationale de la conservation-restauration, la même qui est adoptée et enseignée aujourd’hui par toutes les organisations professionnelles de conservateurs-restaurateurs et les quatre formations publiques agréées, dont les trois relevant du ministère de la Culture et de la Communication ? L’onglet « Acteurs de la conservation-restauration », vient parachever le dévoiement de sens : « Les professionnels de la conservation-restauration du patrimoine culturel sont divers tant par leur formation et leurs diplômes que par leurs domaines d’intervention. Ces pages ont pour objectif de présenter les grandes associations professionnelles françaises et internationales ainsi que les associations d’élèves et anciens élèves. »

Pourquoi n’avoir consulté aucun enseignant permanent des quatre formations françaises dont les diplômés sont dotés d’une habilitation par le code du patrimoine (Livre IV, titre 5, chapitre 2, articles R452-1, R452-10, R 452-11, R 452-12) ? Pourquoi ne pas avoir eu recours à des chercheurs et leurs travaux en sciences humaines et sociales susceptibles de dépasser une analyse depuis un point de vue étriqué du petit bout de la lorgnette institutionnelle concluant à des préconisations très immobilistes en fin de compte ?

Le sentiment final ne parvient pas à évacuer la frustration. Celle produite par le  constat, à l’heure de mutations patrimoniales importantes dans un monde globalisé et des enjeux qui s’y rapportent, d’une incapacité d’envisager la résolution des problèmes en question outre leur contexte français, et  hors de l’emprise de leur cadre bureaucratique. Les conclusions du document ne fournissent guère plus de propositions adaptées à la situation actuelle, par rapport à celles de ses prédécesseurs. Il n’apparaît pas que les solutions suggérées puissent porter remède au constat de Daniel Malingre en 2003: « Ce métier [de conservateur – restaurateur] manque de visibilité ». Toujours est-il qu’un groupe fédérateur composé d’acteurs — d’abord de trois des quatre formations publiques, puis aujourd’hui au complet — autour du chargé de mission Pascal Liéveaux, conservateur du patrimoine, chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique à la  Direction Générale des Patrimoines (DGP), tentera d’initier et d’alimenter une réflexion d’ampleur. C’est là une occasion rare qui leur est offerte de faire valoir leurs différences et intérêts, contrairement à la préconisation d’un modèle et d’une appellation uniques quasiment a priori, avant même une concertation élargie à toutes les instances et voix représentatives de la profession.

« Définir la profession de conservateur-restaurateur est justifié et opportun et doit permettre à la profession d’avoir un statut égal à celui des autres disciplines apparentes comme celles du conservateur, de l’archéologue ou du scientifique. » prônait dans son introduction, déjà le texte du rapporteur Daniel Malingre mentionné plus haut. Car il semble effectivement que c’est aussi la question du  statut inégalitaire des conservateurs-restaurateurs qui est posé, et professionnel, et social. ( celui-ci renvoyant immanquablement  au  rang d’une hiérarchie et à l’image que confère une activité professionnelle à un individu par rapport aux autres dans la société)  en comparaison avec  le conservateur, le scientifique et l’archéologue, quand ceux-ci sont installés et stabilisés dans les institutions muséales ou patrimoniales.

La préconisation d’une meilleure lisibilité de la compétence de la conservation-restauration et de sa spécificité parmi les métiers d’art, n’apparaît certainement pas comme une solution à même de remédier aux carences et problèmes soulevés par la pétition.  Elle ne résoudra pas non plus l’opposition latente que charrie encore l’archaïque distinction française entre conservateur et restaurateur, héritée d’une autre époque et en dépit de la conception interdisciplinaire entérinée à l’échelle internationale. Le (conservateur-) restaurateur y est quasiment exclu de l’institution et toujours subordonné. La cause en est le droit du patrimoine qui confère la responsabilité scientifique de la conservation-restauration et de sa maîtrise d’oeuvre au conservateur-gestionnaire qui est pourtant, paradoxalement,  en mesure et en droit de l’exercer en regard de la réglementation sur les marchés publics. La loi conférant cette prérogative aux « spécialistes de la conservation » se fonde essentiellement sur deux considérations. D’une part sur la distinction traditionnelle entre travail intellectuel et travail manuel, réactivée au XVII ème siècle d’après l’antique démarcation du droit romain entre operae liberales et operae illiberales. D’autre part sur le clivage propre à l’histoire de l’art, séparant et hiérarchisant ceux qui étudient l’histoire, la signification et  la réceptivité  des objets, de ceux qui étudient de quoi et comment les objets sont faits.

Le rapport de 2006 précité, prônait l’engagement d’une réflexion plus large  sur la création d’un corps d’État. A l’ère des velléités de dégraissage massif de la fonction publique, il ne faut guère se faire d’illusions … Beaucoup de promesses, très molles il faut dire, tenues par le MCC à l’Assemblée nationale en réponse à une question du député François de Mazières le 19 Avril 2016, semblent être passées à la trappe: « évolutions de la partie réglementaire du code du patrimoine qui pourraient être envisagées », « réalisation dans les meilleurs délais d’une étude statistique et socio-économique des métiers de la restauration du patrimoine en France », dont on attend impatiemment les conclusions de celle diligentée récemment par le MCC, et dont se seront passés les deux auteurs du rapport de l’IGAC. Seule la « nécessaire homogénéisation des nomenclatures INSEE pour une meilleure identification des métiers et des personnes » est reprise dans le rapport, quand l’imbroglio taxonomique de l’INSEE n’est qu’un épiphénomène conséquent d’un véritable salmigondis persistant et irrésolu.

Lire aussi :

ECCO Professional Gidelines :

2002(I)      

2003(II)

2004 (III)

On practice in Conservation-Restoration Education

Alerte ! Les restaurateurs du patrimoine sont en danger,

Aidez les étudiants restaurateurs du patrimoine à défendre leur future profession

Impact de l’intégration des conservateurs-restaurateurs à la liste des métiers d’art »

et

Réponse à ma question à la MCC sur la liste des métiers d’art et plus particulièrement sur les restaurateurs

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.