Conservation-restauration de l’art cinétique

Keep it Moving ? Conserving Kinetic Art

Edited by Rachel Rivenc and Reinhard Bek, 2018

Ces actes présentent les dernières études et recherches sur l'art cinétique avec quinze essais et huit affiches. L'édition en ligne inclut des vidéos qui traduisent plus précisément les effets évoqués par les œuvres cinétiques. La publication peut également être téléchargée gratuitement dans les formats EPUB, MOBI / Kindle et PDF à partir de la page d'accueil de l'édition en ligne.

L'art cinétique ne comprend pas seulement le mouvement, mais en dépend souvent pour produire l'effet souhaité et, par conséquent, pour réaliser pleinement la nature d'un objet en tant qu'oeuvre d'art. Il peut prendre une multitude de formes et inclure une large gamme de mouvements, allant du mouvement motorisé et électrique au mouvement résultant du vent, de la lumière ou d'autres sources d'énergie. L'art cinétique est apparu tout au long du vingtième siècle et a connu des développements majeurs dans les années 1950 et 1960.

En 2016, des conférenciers nord- et sud-américains, européens et océaniens se sont réunis pour discuter de problématiques liées à la préservation de l'art cinétique. Certaines des discussions étaient très techniques, mais des préoccupations plus vastes et plus larges ont également émergé: le rôle du conservateur-restaurateur; la fonctionnalité et l'expérience en relation avec la matérialité; la question de l'intention de l'artiste et de l'implication de l'artiste; le sens de la longévité et de l'identité; l'obsolescence non seulement des matériaux mais aussi de l'expertise et de la compétence; et l'influence de la renommée, de la mode et du marché sur la conservation.

Alors que la plupart des présentations provenaient d'une perspective de conservation-restauration, des définitions plus larges de la préservation ont également été proposées dans un article stimulant (voir Brobbel et Rees) de la Fondation Len Lye. Les deux articles principaux constituent une base théorique importante pour les articles suivants et traitent de deux aspects majeurs de la préservation de l'art cinétique. Tiziana Caianiello se concentre sur la re-création et la restitution pour explorer les frontières entre interprétation et sur-interprétation, tandis que Reinhard Bek expose dans son article trois stratégies principales pour la préservation de l'art cinétique: la retraite, la réplication et la maintenance.
Consulter ici 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *