Un traitement qui recourt aux nanotechnologies

Whaam de Roy Lichtenstein est l'une des œuvres les plus populaires de la collection de la Tate Gallery et a été exposée presque sans interruption depuis son acquisition en 1966. Les matériaux utilisés pour créer la peinture présentent des complications pour les conservateurs - restaurateurs, car ils ne réagissent pas bien aux méthodes de nettoyage traditionnelles. L'équipe des conservateurs-restaurateurs a passé des mois à tester et à évaluer différentes techniques de traitement. Enfin, un traitement innovant largement basé sur la nanotechnologie a permis de nettoyer l'œuvre de manière sûre et contrôlée, pour la toute première fois dans l'histoire de la peinture.

Ce succès est le résultat d'une collaboration entre la Tate Liverpool et l'équipe NANORESTART de la Tate. Ceui-ci s'est concrétisé  dans le traitement de la peinture emblématique de Lichtenstein et sa monstration dans l'exposition «Roy Lichtenstein in Focus» de l'artiste à la Tate Liverpool (jusqu'au 17 juin 2018).

Le traitement a été rendu possible grâce à un nouveau gel créé par les collaborateurs du projet NANORESTART au CSGI Florence. NANORESTART est un projet de recherche collaborative d'une durée de  trois ans et demi (2015-2018) consacré au développement de nanomatériaux pour assurer la protection et la sécurité à long terme du patrimoine culturel moderne et contemporain. Le projet est dirigé par le Centre de science des colloïdes et des surfaces - CSGI, Florence. [NANORESTART a reçu un financement du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne en vertu de la convention de subvention n ° 646063].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *