Les racines poussent aussi dans le béton.

Résultat de recherche d'images pour "les racines poussent aussi dans le béton"Au MACVAL de Vitry-sur-Seine, Kader Attia a délimité un véritable parcours initiatique dont deux pierres angulaires constituent la structure : l’architecture et sa relation aux corps. En 2018, comment appréhender les grands projets urbains menés tambours battants dès la fin de la deuxième guerre mondiale et dont l’histoire n’est pas écrite ? Ceux-là mêmes qui ressortissaient d’une utopie du bien vivre-ensemble mais qu’on a affublé très vite du syntagme cité-dortoir ?  Comment les habitants des « grands ensembles » ont-ils malgré tout su tisser des relations dans leur milieu bétonné, garder un lien avec leur histoire et leur culture d’origine  ?

L’espace dans lequel on pénètre est sombre et tamisé, bien loin des grandes rétrospectives auxquelles nous a habitués un musée comme le Centre Pompidou.  La lumière de l’espace d’expositions est réduite. Les œuvres n’ont pas été disposées selon une progression chronologique qui viserait la perception d’une évolution artistique. On a plutôt affaire à un dédale insaisissable à l’instar d’un parcours équestre de sauts d’obstacles. La répartition des oeuvres toutes choisies ou produites pour l’occasion, les confine dans ce qui s’apparente à des caches qui s’atteignent après un cheminement labyrinthique. Le visiteur est attiré par de la lumière au bout de chaque couloir, mais aussi empreint d’odeurs diverses, l’anis, le clou de girofle, la menthe fraiche, … qui se diffusent tout au long du parcours comme pour le conforter dans une progression initiatique. Une manière pour l’artiste de mettre en forme et conditions une déambulation autant physique que spirituelle, autant sensorielle que mentale, nommée par l’artiste «introspective» plutôt que « rétrospective ». Kader Attia veut révéler et dénoncer des formes de violences symbolique et sociale. Les thèmes et problèmes  évoqués par les œuvres répondent de la même logique de domination et d’exclusion qui s’applique, insidieusement et immanquablement, à des parias en marge de la société.

 L’art à la fois poétique et politique de Kader Attia, fidèle à son entreprise de réparation,  utilise l’espace du musée au delà de la seule visée esthétique. Il veut focaliser le regard et  l’attention sur toute une histoire qui échappe au grand récit national. Certes les racines poussent aussi dans le béton, encore faut-il accepter de les compter parmi celles du champ républicain, quelles que soient leur provenance.

               Exposition 14 Avril – 16 Septembre 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.