Conservation-restauration du net art

Collecter et conserver l’art de l’internet, par Annett Dekker explore les qualités et les caractéristiques de ce genre artistique et son influence sur les pratiques en conservation-restauration. En abordant et en répondant à certains des défis auxquels fait face cet art,  en explorant aussi son croisement avec la conservation-restauration, le livre jette un nouvel éclairage sur l’art de l’internet, la conservation-restauration elle-même, les curating et museum studies.

En considérant l’art de l’internet davantage comme un processus plutôt qu’un objet fixe, le livre montre la façon dont il est  est influencé et exécuté par d’autres systèmes et utilisateurs. Or ces processus et réseaux sont imprégnés d’ambiguïté. L’auteur suggère que cette caractéristique est stratégiquement utilisée pour créer du suspens, obscurcir les systèmes existants et perturber les structures de pouvoir. L’obsolescence rapide du hard et du software, l’existence de nombreuses œuvres d’art sur des plateformes restreintes et le fait que les œuvres d’art agissent souvent comme des assemblages qui changent ou mutent, font de l’art de l’internet un défi de plus pour la conservation-restauration. En prenant en compte les rôles performatifs et interprétatifs des conservateurs-restaurateurs, le livre montre comment ces praticiens peuvent prendre des décisions plus éclairées lorsqu’ils répondent, analysent de manière critique ou travaillent avec l’art de l’internet, en particulier dès lors qu’on a affaire à des processus basés sur le logiciel.

Collecter et conserver l’art de l’internet s’adresse plutôt aux chercheurs, universitaires et étudiants de troisième cycle, en particulier ceux qui se consacrent aux museum studies, des études en conservation-restauration et en patrimoine, curatoriales, en art numérique et en histoire de l’art. Le livre intéressera sans doute également des professionnels impliqués dans la conservation et la conservation-restauration des arts numériques, de la performance, des médias et des logiciels. (origine: texte en anglais diffusé par l’INCCA)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.