Faux-semblants d’urbanité, aux Rencontres d’Arles

L’an dernier, nous avions remarqué aux Rencontres de la photographie d’Arles,  l’exposition « La vie dans les villes ». Le travail du photographe allemand Michael WOLF qui y était très originalement présenté dans une église désaffectée se focalisait sur ce que nous avions appelé une « humanité mégapolitaine » capable d’adaptation partout sur la planète.  Cette année, c’est la production d’un autre artiste germanique, lui né au Tyrol, qui a retenu notre attention par le biais de l’exposition « Le Village Potemkine » visible au Cloitre Saint-Trophime. L’ensemble présenté en co-production avec le Centre de la photographie de Genève rassemble une sélection de photographies réalisées entre 2015 et 2017 de villes artificielles, complètement fausses.

Comme point de départ, Grégor Sailer a retenu de  l’histoire russe, un épisode qui met en lumière le prince Grigory Aleksandrovich Potemkine, maréchal russe et favori de l’impératrice Catherine II. Mais ce n’est pas pour le lien de son nom avec une mutinerie révolutionnaire qui lui a conféré sa célébrité internationale. En 1787,  afin d’épargner à sa souveraine devant se rendre en tournée, l’apparence misérable et sinistre de la Crimée récemment annexée,  il aurait ordonné de créer des villages entiers constitués de façades « aguichantes » à ériger en carton-pâte et à peindre tout au long du parcours. 

L’artiste autrichien s’est donc évertué à découvrir de  fausses villes ne reposant que sur une illusion. Des centres d’exercice militaire aux Etats-Unis et en Europe aux répliques de villes européennes en Chine, en passant par des pistes d’essais de véhicules en Suède ou encore des rues entières mises en scène pour la visite de personnalités politiques … Les étranges structures  architecturales présentées dans des images vidées de toute humanité,  réfèrent aux contraintes politiques, militaires et économiques qui en sont à l’origine. Le pays initiateur, la Russie, déguise encore des rues entières dès lors que des célébrités politiques, comme des personnages de haut rang venant de l’étranger doivent les emprunter. Ce dernier subterfuge a fait école dans tous les régimes autocrates. En 1993, nous en avions constaté de nos propres yeux la mise en oeuvre très bien organisée au Caire, tout le long du parcours de chaque sortie en ville du Président Moubarak.

Ici l’exposition documente un procédé architectural de falsification, de duperie tout en le dénonçant et en esthétisant les images qui en sont produites. A la fois en révélant une tromperie et en séduisant l’oeil esthète, la photographie apparaît ici dans une dualité inattendue, et nous jette à la figure l’ambiguïté de notre rapport au factice.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.