Honteux !

« Bienvenue en France », étudiants étrangers extra-européens, mais seulement si vous passez à la caisse !  » Le 19 Novembre dernier est un de ces jours où l’on a honte d’être français. En prétendant améliorer l’attractivité de l’enseignement supérieur pour les étudiants internationaux, la macronie  a prévu dans un plan éponyme de la formule d’amabilité, une hausse drastique de 1500 % du montant des frais d’inscription dans les universités françaises pour les  étudiants étrangers hors Union Européenne et accords de partenariat entre établissements: à partir de la rentrée 2019,  ils devront s’acquitter, en licence de 2.770 euros au lieu de 170,  et en master comme en doctorat de 3.770 euros au lieu de, respectivement,  243 et 380.

A qui veut-on faire croire que l’ampleur de cette augmentation — une  «hausse mesurée» à l’aune du cynisme gouvernemental — correspond à celle du nombre de bourses (150 000) ou d’exonérations de droits d’inscriptions  et à l’amélioration des conditions d’accueil ? Aucune garantie ni modalité d’affectation directe de cet argent à l’amélioration des conditions d’accueil ne sont données par le premier ministre. Avec près de 350.000 étudiants étrangers chaque année, la France occupe le quatrième rang des pays d’accueil, derrière les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie.

Si comme l’affirme Campus France, 45 % des étudiants étrangers présents en France sont originaires du continent africain et six pays africains figurent dans la liste des dix dont sont originaires le plus d’étudiants en France (Maroc, Algérie, Tunisie, Sénégal, Côte d’Ivoire et Cameroun)’, la « stratégie d’attractivité » soutenue  par le premier ministre lors des rencontres universitaires de la francophonie, aura pour effet de dissuader beaucoup de ceux qui viennent par tradition, ou « proximité historique et linguistique » qui sont accueillis davantage en sciences humaines et sociales que dans les disciplines scientifiques à haut potentiel. Il y a fort à parier que l’augmentation des frais d’inscription qui s’annonce, sera la cause première d’une forte diminution de la présence africaine en France. Il est tout à fait odieux de faire passer pareille envolée des frais d’inscription annuels pour une mesure « d’accueil en France » , alors qu’il est parfaitement prévisible qu’elle conduira à empêcher la venue des étudiants étrangers les plus pauvres qui sont manifestement devenus indésirables dans les universités françaises.

Cette mesure gouvernementale mensongère s’inscrit dans le processus de basculement de l’enseignement supérieur vers la marchandisation des savoirs. Elle vise en réalité à instaurer un accès privilégié à l’université aux étudiants étrangers les plus riches en  bafouant les valeurs historiques d’universalité chères à l’université française.  Présentée comme « un choix fort » — on se demandera vainement de quelle force se targue le premier ministre –, elle est parfaitement  indigne de la France, du préambule de la constitution du 27 octobre 1946, du principe d’égalité d’accès aux services publics et au savoir sans discrimination d’âge, de sexe, de religion, d’origine nationale et sociale. A elle seule, elle vaut largement que l’on endosse un gilet jaune pour en réclamer sa suppression pure et simple, immédiatement.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.