Pour un “centre archipélique” A l’horizon Africa 2020 ? Non merci.

Cher-e-s toutes et tous,
Comme annoncé et approuvé lors de l’assemblée générale de l’ANdEA du 25 mars à Nancy, nous mettons en place un groupe de travail « Africa 2020 ».
https://www.pro.institutfrancais.com/fr/offre/africa-2020

L’ANdEA souhaite être l’un des « centres » de la manifestation “Africa 2020”, un « centre archipélique » pour pouvoir accueillir des écoles supérieures d’art et design d’Afrique. Le réseau africain n’existe pas encore, parce que les 54 pays du continent n’ont pas tous des traditions artistiques liées entre elles, parce que leur réalité à cet endroit est très diverse, et parce que ce que signifie “école d’art” n’y est pas stabilisé comme en France : les académies (ou autres école institutionnelles) sont des héritages de la colonisation et sont de plus parfois dévitalisées pour l’art. Mais il existe en parallèle des structures parfois éphémères ou fragiles construites par des artistes, des curateurs, des designers… qui sont aujourd’hui les véritables foyers de formation à la création sur le continent, les lieux de l’émergence qui font école.

Le temps fort du projet ANdEA serait, en septembre 2020, le séminaire d’été annuel qui serait consacré aux écoles africaines. L’ANdEA inviterait les réseaux africains et également les “institutionnels” du continent pour échanger, débattre, inventer autour de nos points communs, nos connexions, nos différences, nos expériences… Cela pourrait être l’amorce d’une augmentation de l’ANdEA vers l’Afrique.

Pour mettre en œuvre ce séminaire sur ces questions complexes, nous avons pensé qu’il est nécessaire de faire un travail préparatoire qui associe toutes les écoles volontaires pour être un de ces centres de notre archipel. A partir de la carte des partenariats des écoles françaises en Afrique et celle que nous donnera la commissaire d’ “Africa 2020” N’Goné Fall, nous pourrions ensemble réfléchir à des invitations, résidences, réunions, journées d’études, textes, workshops avec des partenaires africains en France et en Afrique qui prépareraient le séminaire d’été dans une programmation partagée. 

Ce projet n’est pas contradictoire avec ceux que les écoles ont pu présenter dans le cadre d’ “Africa 2020” seules ou avec d’autres partenaires.

Nous invitons donc tous les acteurs des écoles que ce projet intéresse à nous rejoindre pour nous mettre au travail le jeudi 2 mai à 14h aux Beaux-arts de Paris, salle du conseil (face aux bureaux de la direction).
Comme d’habitude, l’ANdEA remboursera les frais des étudiant-e-s intéressé-e-s.
Si vous souhaitez participer à cette réunion, nous vous remercions d’en informer Maud Le Garzic à contact@andea.fr.
A très bientôt.

Muriel Lepage
Directrice de l’ESACM
Stéphane Sauzedde
Directeur de l’ESAAA
ANdEA – Association nationale des écoles supérieures d’art http://www.andea.fr

En réponse à cette invitation.

Marre de cette vision réductrice et parfaitement rétrograde de l’Afrique ! Celle qui donne lieu à une rhétorique d’où suintent les relents fétides de vieux procédés aujourd’hui sous la plume de deux directeurs d’écoles d’art représentant l’ANdEA. A moins d’entériner le rôle de cette dernière, de caisse de résonance voire d’exécuteur au service d’une perpétuation larvée de la politique françafricaine toujours sous couvert de bons sentiments. Non, impensable quand on sait combien ses tenants restent muets au su de régimes autocratiques, élections truquées, défaut de liberté d’expression, tous orchestrés par des despotes  adoubés  par la métropole et prêts à tous les tripatouillages pour se cramponner au pouvoir coûte que coûte.

Et pourtant, usant d’un procédé habituel de stigmatisation, le texte débute par l’énumération négative de défaillances ou d’insuffisances : défaut de réseau des écoles, de lien entre les traditions artistiques, et de stabilisation du sens d’ « école d’art ». Décidément les africains sont encore incapables de s’en sortir tout seuls, cette fois pour se conformer à l’orthodoxie française en matière d’enseignement artistique. Puis c’est au tour du bon vieux cliché d’une Afrique qui serait fossilisée depuis les indépendances : « les académies (ou autres école institutionnelles) sont des héritages de la colonisation ». De quelle autorité peuvent bien se prévaloir les deux signataires d’un diagnostic général aussi approximatif et truffé de telles balivernes, en omettant de dire que la principale difficulté de beaucoup de lieux d’enseignement supérieur en général, et de l’art en particulier, c’est l’indigence économique ! Or cette tare congénitale de la plupart des pays africains résulte bien, elle, de l’héritage de la colonisation, à savoir le pillage des ressources à huis clos par les grandes puissances économiques. Avec un paternalisme rance, le duo d’experts finit par se montrer magnanime grâce à sa reconnaissance « de(s) structures parfois éphémères ou fragiles construites par des artistes, des curateurs, des designers … » en tant que « véritables foyers de formation à la création sur le continent, les lieux de l’émergence qui font école.» Les africains devront se contenter de cette expertise. Merci l’ANdEA !

ll faut se résoudre à devoir marteler encore qu’il y a des Afriques diverses et différentes qui ont des trajectoires historiques et des cultures diverses et différentes, qui n’ont pas toutes forcément les mêmes difficultés. Bon nombre de chercheurs s’accordent aujourd’hui sur l’idée que le continent africain est en devenir imminent. Parmi eux, les économistes qui furent les premiers à considérer que certaines Afriques seront les prochains dragons économiques. Il y a déjà une activité artistique intense, des gens qui créent des vêtements, de la littérature et de la musique, des performers et des formes d’ « art contemporain » dont il faudra enfin accepter d’admettre qu’elles ont leurs propres dynamiques et n’ont pas besoin des recommandations de la « métropole » que la France n’est plus. Et si le « réseau » africain était bien plus tissé aujourd’hui de liens transcontinentaux par une diaspora mondialisée, et toujours migrante ?

Cela dit, en l’état de prolégomènes aussi crasseux pour l’ (énigmatique) « amorce d’une augmentation de l’ANdEA vers l’Afrique », participer au « centre archipélique » ? Non merci, sans façon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.