De la définition de “conservateur-restaurateur” et de sa perception par le public

par Jerrod Seifert, conservateur-restaurateur d'objets archéologiques, scientifique spécialiste des matériaux du patrimoine et  doctorant à l'Université de Cardiff. Ses recherches sont variées, tant par sujet que par intérêt. 
(Ce billet traduit de l'anglais par M. Maire, a été initialement publié sur le SHARE ejournal de la Cardiff University)


Je suis un conservateur-restaurateur. Certes ma déclaration est vague, je le sais bien. En tant que vocation, la conservation-restauration reste mal définie, du moins pour celles et ceux qui ne s'y retrouvent pas.
La question de la terminologie a été traitée de manière exhaustive [1]. Bien que ceux qui ne sont pas impliqués dans une une profession particulière manquent souvent de compréhension des subtilités de cette profession, ils savent au moins de quoi il retourne. À titre d’exemple, la plupart des gens savent ce qu’on entend par quelqu'un qui se dit «archéologue». Les implicites connus (fouiller de vieilles choses, étudier ces choses), imaginés (Lara Croft ou Indiana Jones) et imprécis (… des dinosaures…) créent une image viscérale dans l'esprit de ceux qui ne sont pas des archéologues. Ceux-ci ramèneront souvent leur profession à ce qui est implicitement connu car, même si c'est trop simpliste, ce n’est pas inexact. Cependant, ils ne vont pas expliquer aux profanes les matrices de Harris, la géomorphologie ou le post-humanisme. Un exemple de ma propre expérience: ma sœur est en marketing. Elle dit que, bien que cela ne soit pas incorrect, elle travaille plus particulièrement dans l'édition de médias numériques. Je comprends le marketing, ou plutôt l’idée de ce qu’est le marketing. Je ne connais pas suffisamment les subtilités du marketing pour faire la différence entre ce que je comprends être le marketing et ce que ma sœur dit faire.

Lorsque je dis aux gens ce que je fais, beaucoup n’ont jamais entendu parler de la conservation-restauration ou n’ont pas une connaissance tacite de ce que cela implique. Les connaissances implicites («peintures» ou art) ne s’appliquent pas à beaucoup de personnes sur le terrain, y compris moi-même. Je suis presque toujours obligé d'expliquer mon métier. En fonction du public, cette profession change. Je suis un conservateur-restaurateur. Je suis un conservateur-restaurateur d'objets archéologiques. Je suis un archéologue. Je suis un scientifique des matériaux du patrimoine. Je suis un scientifique de la conservation-restauration. Je suis, en vérité, toutes ces choses. Cependant, aucun mot ne définit exactement ce que je fais. «Conservateur-restaurateur» devient un fourre-tout, terme nébuleux utilisé pour décrire tout professionnel qui conserve ou analyse tout matériau revêtu d’une valeur intrinsèque, qu’il soit monétaire, culturel ou sentimental. C'est une profession en réduction. Croyez-le ou non, cette définition est plus complète que celle de l'American Institute of Conservation [2], qui stipule qu'un conservateur-restaurateur est «un professionnel dont la principale occupation est la pratique de la conservation-restauration …». L'opacité de cette déclaration la rend vidée de son sens.

Cela ne veut pas dire que je m'oppose à ce que l'on m'appelle conservateur-restaurateur. Je ne suis pas contre le fait que je sois appelé écologiste, car je n'ai rien à faire avec l'environnement ou la biosphère. M'appeler conservateur-restaurateur montre au moins une prise de conscience de l'existence de mon domaine. C'est la perception de ce que je fais à la quelle je m'oppose. Les conservateurs-restaurateurs sont souvent considérés comme des techniciens, des bricoleurs appliquant des «colles de fantaisie», [i] qui prennent un temps interminable pour tout nettoyer soit en raison d’une prudence inutile, soit en raison d’un sens aigu de la sécurité au travail. Un de mes collègues depuis plusieurs années qui dirige ses propres fouilles, a été choqué de découvrir que je savais comment effectuer une fluorescence X pour analyser la composition des niveaux de plancher de sa colline et que je pouvais utiliser la spectroscopie RAMAN pour différencier les composés de biopolymorphes de coquille et de calcaire naturel. Ces anecdotes ne sont pas censées constituer une déclaration d'intention détaillée; je les utilise plutôt pour souligner l'un des nombreux rôles (scientifique des matériaux) que joue chaque conservateur-restaurateur. Besoin d'un spécialiste de la micro-excavation? Appelle le conservateur-restaurateur. Analyste d'échantillonnage et de matériel? Conservateur-restaurateur. Est-ce que le mur de briques de terre que vous creusez va s’effondrer sur la tête? Le conservateur-restaurateur vous le dira [3]. Vous voulez savoir s’il existe une peinture murale de 9 000 ans enfouie sous des couches de plâtre? Le conservateur-restaurateur va le découvrir et lui donnera une belle apparence (Figure 1). Vous avez des questions sur ce que mange votre collection de référence [4]? Examiner la détérioration de la combinaison spatiale de Neil Armstrong [5]? Imaginer la econstruction d'un temple grec [6]? Faire une cartographie thermique des maisons historiques [7]? Nettoyer un squelette de rorqual bleu [8]? Essayer de voir si la peinture de 8 millions de livres sterling que vous voulez acheter est un faux [9]? Installer une exposition comprenant une technologie dépassée [10]? Le conservateur-restaurateur est sur le coup.
Figure 1: Peinture murale néolithique de B.80 à Catalhoyuk, en Turquie. Les conservateurs ont exposé, préservé et élevé ce tableau vieux de 8 000 ans, car ils sont extrêmement talentueux. Photo de Jason Quinlan.
Les conservateurs-restaurateurs ont exposé, préservé et élevé ce tableau vieux de 8 000 ans, car ils sont extrêmement talentueux. Ces exemples ne représentent qu'un échantillon de ce que savent faire les conservateurs-restaurateurs. Et on s'attend à ce que la plupart d'entre eux les fassent tous. Le problème, comme dans toute profession, est que peu de personnes en dehors de la conservation-restauration connaissent les compétences du conservateur-restaurateur, leur étendue et leur spécificité. Je ne suis certainement pas le premier à le signaler (voir, par exemple, Corfield [11] ou tout ce que Jonathan Ashley-Smith a écrit [12]). Cela pourrait venir du nom: Conservateur-restaurateur parît simpliste et sans prétention, n’illustrant pas la complexité du travail. Le travail d'un conservateur-restaurateur est par nature destiné à être modeste. Si notre travail est un succès, seul un œil entraîné peut dire que tout a déjà été fait [13]. Il est difficile de souligner la nécessité du travail que l’on fait si le travail consiste à donner l’impression que rien n’est nécessaire. Je dirais que le public n'est conscient de la nécessité de la conservation-restauration que lorsqu'un amateur sans compétence "blasphème" un objet de grande valeur culturelle [14] [15] [16]. Dans le cas de l’Ecce Homo (Figure 2), la renommée de la «conservation-restauration» a été une aubaine pour l’Église et l’économie locales, réinventant l’original comme une sorte de chef-d’œuvre parmi les objets immindes [17]. Dire que c’est l’exemple le plus célèbre de la conservation-restauration de l’art de la dernière décennie ne serait pas exagéré. J'encourage toute personne qui lit ceci (intentionnellement ou par dépit) à rechercher sur Google les "pires restaurations d'art".
Figure 2: L’auteur effectue des traitements de conservation sur les murs nébrithiques en briques de boue. Photo de Jason Quinlan.
Vous avez le choix entre plusieurs lectures: «Ces restaurations sont-elles les pires de l’histoire ? 6 tentatives choquantes "[18]," Les pires erreurs de restauration d'art de tous les temps "[19]," 9 restaurations fatales échouent et ébranlent le monde "[20], et" Tant pis,  c'est tellement bon: 5 des pires restaurations d'œuvres d'art ! '[ii] [21]. Si l’on recherche les «meilleures restaurations d’art», les résultats sont presque identiques. Il n’existe aucune liste intitulée «Sont-elles les meilleures restaurations de l’histoire ? 6 exemples à couper le souffle ». Il y a deux raisons à cela, la première étant que les "Déraillements de train" recevra toujours plus d'attention que "Arrivées de trains à l'heure". Je parierais que personne ne peut identifier quand la conservation-restauratin est un succès. Conservateur-restaurateur devient synonyme d'échec de s profession. Vous pensez que je me trompe? La plus célèbre conservatrice-restauratrice du monde est ‘Femme espagnole’.
Figure 3: Ecce Homo avant et après le «traitement». La femme qui a procédé au traitement a signé un contrat de licence. Elle a maintenant gagné plus d’argent grâce à la conservation que je ne le ferai probablement jamais. Photo de change.org
Pour lutter contre cela, la conservation-restauration est devenue une partie plus visible parmi les opérations du musée, littéralement. De nombreuses institutions placent désormais les conservateurs-restaurateurs en plein travail  sous les yeux public, soit temporairement [22] [23], soit de façon permanente [24] [25]. Cet auteur (figure 3) a personnellement fait prendre sa photo quelque part dans les quatre figures supérieures tout en effectuant des traitements de conservation-restauration, grâce aux bus remplis de touristes qui défilent à travers les sites archéologiques où j'ai travaillé. Il y a clairement un public pour la conservation-restauration, de ceux qui ont une curiosité dans le processus ou de ceux qui sont plus profondément liés à la préservation du patrimoine. 
Figure 4: Philip Mould traitant une peinture jacobine. Remarquez la vieille laque qui coule sur le tableau? NE FAITES JAMAIS CELA! Photo de My Modern Met.
Mon frère est comptable. Les visiteurs ne disposent d'aucune fenêtre d'observation pour le consulter lors du traitement des feuilles de calcul. Cela ne veut pas dire que la comptabilité n'est pas importante. Je dis que les musées n’ont pas de fenêtre d’observation dans leur service de comptabilité pour une raison quelconque et que mon frère ne lira pas ceci [iii]. Ce que mon frère pourrait faire, c'est regarder des vidéos accélérées produites par ceux qui prétendent être des professionnels conservant des œuvres d'art, dont certaines sont devenues virales et ont reçu des millions de vues (Figure 4) [26]. Les dommages causés par ces vidéos au secteur sont incalculables [27]. Les méthodes sont souvent très suspectes et l'édition est presque toujours effectuée pour un impact maximum, ne laissant aucune place à la nuance, à la subtilité ou au processus. Cela crée une fausse narration pour le spectateur, une où le conservateur-restaurateur est assimilé à un artisan. On laisse croire au public qu’il a vu un traitement correct. Malheureusement, ce public est bien plus important que la fréquentation d’un musée en particulier.
La perception du public est difficile à corriger, surtout si cette perception a été façonnée par les pires éléments du domaine. J'ai déjà essayé de surmonter cet obstacle en reformulant mon choix de carrière avec un nouveau titre. Le meilleur que j’ai trouvé est ‘Archéo -conservato-mètre’, ou un praticien de l' ‘Archéo-conservato-métrie’, un porte-voix très intelligent et très précis à la fois de l’archéologie, de l’archéométrie et de la conservation-restauration. Elle répondait à tous les critères: elle était spécifique, sa complexité correspondait à celle du domaine qu’elle décrivait et, surtout, elle était distincte et totalement dissociée de l’optique problématique du «conservateur-restaurateur». Ça… n'a pas fait mouche. Neuf syllabes font que les gens l'oublient assez facilement. J’ai malheureusement découvert que le mot «conservateur-restaurateur» ne changerait pas. Le seul espoir que j’ai maintenant de changer la perception de ce qu’est un «conservateur-restaurateur» est d’ajouter ma voix à ceux qui crie: "Oui, c'est un tout petit peu ça, mais non, ce n'est pas ce que je fais et vous devriez le savoir !"
_______________________________________________

[i] C’était un commentaire fait par un conservateur-restaurateur de musée local lors d’une conférence à laquelle j’assistais, dans une salle remplie de conservateurs-restaurateurs de céramique et verre. C'était censé être péjoratif.  [ii] Conservateur et restaurateur sont souvent utilisés de manière interchangeable ou sont nettement distincts les uns des autres, en fonction du lieu où l’on exerce. C’est un long argument qui ne relève pas du cadre de cette discussion. Je suis aussi très très fatigué.  [iii] Mise à jour: En fait, mon frère a lu ceci. Il aimerait souligner qu'il est un spécialiste des comptes de direction et de la paie. Je suis sûr qu’il y a une leçon à apprendre ici, mais elle m’échappe.
REFERENCES
[1] Ward, P., The nature of conservation: a race against time. 1990: Getty Publications.
[2] Conservation, A.I.f., Defining the Conservator: Essential Competences. 2003, AIC Williamsburg, VA.
[3] Pye, E., Archaeological conservation: scientific practice or social process? 2009, Butterworth-Heinemann.
[4] Elkhial, M.M. and H.M. Kamal, A New Approach for Detecting Active Insect Infestation in Museum Objects Using Non-dispersive Infrared Spectroscopy. Studies in Conservation, 2018. 63(sup1): p. 345-347.
[5] Lim, X. 2018. These Cultural Treasures Are Made of Plastic. Now They’re Falling Apart. Available: https://www.nytimes.com/2018/08/28/science/plastics-preservation-getty.html [Accessed 19 September 2018].
[6] Lambrinou, L., Preserving a Monument: The Example of the Parthenon. Conservation and Management of Archaeological Sites, 2010. 12(1): p. 60-74.
[7] Johnson, S., Personal communication. 2017.
[8] Amos, J. 2017. Blue whale takes centre-stage at Natural History Museum. Available: https://www.bbc.co.uk/news/science-environment-40582046 [Accessed 19 September 2018].
[9] Subramanian, S. 2018. How to spot a perfect fake: the world’s top art forgery detective. Available: https://www.theguardian.com/news/2018/jun/15/how-to-spot-a-perfect-fake-the-worlds-top-art-forgery-detective [Accessed 19 September 2018].
[10] Joyce, J. 2016. When Art Conservation Means Repairing TVs, Not Canvases. Available: https://www.nytimes.com/2016/12/22/nyregion/video-art-conservation-ctl-electronics.html [Accessed 26 September 2018].
[11] Corfield, M. Towards a conservation profession. in Conservation Today: Papers presented at the UKIC 30th Anniversary Conference (1988), pp4-7. London: United Kingdom Institute for the Conservation of Historic and Artistic Works (UKIC). 1988.
[12] Ashley-Smith, J., The basis of conservation ethics. Conservation: Principles, Dilemmas and Uncomfortable Truths. London: Butterworth-Heinemann in association with the Victoria and Albert Museum, 2009: p. 6-24.
[13] Kemp, J., Practical Ethics v2. 0. Conservation. Principles, Dilemmas and Uncomfortable Truths, Butterworth-Heinemann, London, Amsterdam, Boston, Heidelberg et al, 2009: p. 60-72.
[14] Jones, J. 2012. Great art needs a few restoration disasters. Available: https://www.theguardian.com/commentisfree/2012/aug/23/great-art-restoration-disasters [Accessed 19 September 2018].
[15] Mezzoflore, G. 2018. ‘Navarre’s Ecce Homo’: Another church in Spain falls victim to a well-intentioned restorer. Available: https://edition.cnn.com/style/article/spanish-church-restorer-st-george-intl-trnd/index.html [Accessed 19 September 2018].
[16] Minder, R. 2018. Virgin Mary With Turquoise Hair? Church Statues Get an Eye-Popping Paint Job. Available: https://www.nytimes.com/2018/09/08/world/europe/spain-church-statues-botched-restoration.html [Accessed 19 September 2018].
[17] Wolinski, C. 2018. How Spain’s ‘Potato Jesus’ inspired an award-winning wine. Online [Online]. Available: https://vinepair.com/articles/how-spains-potato-jesus-inspired-an-award-winning-wine/ [Accessed 19 September 2018].
[18] Molloy, M. 2016. Are these the worst restorations in history? 6 shocking attempts. Available: https://www.telegraph.co.uk/art/artists/are-these-the-worst-restorations-in-history-5-shocking-attempts/ [Accessed 25 September 2018].
[19] Inglis-Arkell, E. 2012. The worst art restoration mistakes of all time. Available: https://io9.gizmodo.com/5938377/the-worst-art-restoration-mistakes-of-all-time [Accessed 26 September 2018].
[20] Brightside. 2013. 9 Fatal Restoration Fails Which Shook the World. Available: https://brightside.me/creativity-art/9-fatal-errors-of-restorers-which-shook-the-world-354560/ [Accessed 26 September 2018].
[21] Ferreira, R. 2018. So bad that it’s good: 5 of the worst artworks restorations! Available: http://www.dailyartmagazine.com/worst-artworks-restorations/ [Accessed 26 September 2018].
[22] Thomassen-Krauss, S., Conservation in the public eye: musings from the other side of the glass, in The public face of conservation, E. Williams, Editor. 2013, Archetype Publications Ltd.: London, United Kingdom. p. 143-148.
[23] Huntington, T., Project Blue Boy. 2018, The Huntington Art Gallery: Online.
[24] Lochhead, V. and L.C. Tonkin, Preserving ideas that are worth fighting for: textile conservation in the public eye at the People’s History Museum, Manchester, UK, in The public face of conservation, E. Williams, Editor. 2013, Archetype Publications Ltd.: London, United Kingdom. p. 201-204.
[25] Arista, J. and T. Drayman-Weisser, The conservation window at the Walters Art Museum: building conservation support by creating public value, in The public face of conservation, E. Williams, Editor. 2013, Archetype Publications Ltd.: London, United Kingdom. p. 198-200.
[26] Molloy, M. 2017. Incredible restoration removes 200 years of grime from oil painting in seconds Available: https://www.telegraph.co.uk/news/2017/11/07/incredible-restoration-removes-200-years-grime-oil-painting/ [Accessed 26 September 2018].
[27] Ghose, T. 2017. Why this viral painting-restoration video gives experts the chills. Available: https://www.livescience.com/60957-dramatic-video-restoration-all-wrong.html [Accessed 26 September 2018].




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.