Un prolongement de la 2° session du séminaire “art et artefactualité”

Séminaire art et artéfactualité : les objets dits « ethnographiques ».

Gaspard Salatko, Novembre 2014.

Statuette féminine de Chipucuaro (centre du Mexique), terre cuite modelée et polychrome,  31 x 22,5 x 14 cm, 600 – 200 av. JC, Muse du Louvre / Pavillon des Sessions, achetée 1 million de Francs pour le Musée du Quai Branly aux collections duquel elle appartient, et dont elle est l’emblème.

Cette seconde séance du séminaire Art et artéfactualité porte sur la question des objets dits « ethnographiques ». Qu’il s’agisse d’« art primitif », d’« art nègre », d’« art premier » etc., les catégories esthétiques qui sont (ou ont été) associées à ces collections renvoient toujours à un art des autres. Un art réputé immédiat, qui se livrerait d’emblée au regard de ses contemplateurs sans exiger de ceux-ci qu’ils mobilisent les compétences grammaticales qui sous-tendent l’appréciation des « Beaux Arts », catégorie esthétique qui serait, quant à elle, proprement occidentale. Du point de vue de la conservation-restauration, la question se pose alors d’identifier ce à quoi réfèrent précisément ces qualifications différenciées, étant donnée la variabilité des contextes politiques, culturels et scientifiques dans lesquels elles surviennent. A la suite de Nelson Goodman, cette posture conduit à penser, que ce que certains praticiens et théoriciens des mondes de l’art et du patrimoine désignent encore aujourd’hui comme « art premier » – expression dont les apports de l’anthropologie contemporaine tendent pourtant à invalider l’emploi – ne renvoie en rien à une catégorie naturelle. Ne s’agirait-il pas davantage d’un prédicat en usage dont les institutions de culture tendent à stabiliser l’emploi moyennant une constante interprétation des travaux d’ethnographie, d’ethnologie et d’anthropologie dont les paradigmes s’inscrivent depuis le XIXe siècle dans une dynamique de ré-estimation sans cesse renouvelée ? La prise en considération des modes de présentation muséographique des objets naguère prélevés dans des contextes coloniaux soulève dès lors un ensemble de questions indépendamment desquelles la conservation-restauration, voire la ré-instauration ou la restitution des collections dites « ethnographiques », ne sauraient être envisagées de manière axiologiquement neutralisée : (1) Existe-t-il une forme artistique qui pourrait strictement s’apparenter à ce que « nous » désignons comme art « premier », « primitif », « ethnographique » etc. ? (2) Sous quelle(s) condition(s) ces formes esthétiques peuvent-elles faire l’objet d’une appropriation au titre de patrimoine ? (3) Et comment se saisir de l’ontologie de ces choses, ou tout au moins des propriétés, d’ordre artistique, mémoriel ou documentaire qui leurs sont associées ?

 Bibliographie indicative :

 De Lestoile, Benoît, 2007, Le goût des autres Paris, Flammarion.

 Desvallées, André, 2007, Quai Branly : un miroir aux alouettes ? A propos d’ethnographie et d’ « arts premier », Paris L’Harmattan.

 Dias, Nélia, 1991, Le musée d’ethnographie du Tocadero (1878-1908). Anthropologie et muséologie en France, Paris, Editions du CNRS.

 Gell, Alfred, 2009, L’Art et ses agents, Paris, Les presses du réel.

 Gonseth, Marc Olivier, Hainard Jacques, Kaehr Roland (dir.), 2002, Le musée cannibale, Neuchâtel, MEN.

Gorgus, Nina, 2003, Le magicien des vitrines, Paris, Editions de la MSH.

 Latour, Bruno, 2009, Sur le culte moderne des dieux faitiches, Paris, La Découverte.

 Levi Strauss, Claude, 1958, Anthropologie structurale, Paris, Plon.

 Mauss, Marcel, 1950, « Essai sur le don », Ethnologie et anthropologie, Paris, PUF.

Mohen, Jean-Pierre (dir.), 2004, Le nouveau musée de l’Homme, Paris, Odile Jacob.

Rubin, W. S., 1991, Le primitivisme dans l’art du 20e siècle [Texte imprimé] : les artistes modernes devant l’art tribal, Paris, Flammarion. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.