La galerie Marchande « LOUVRE » prospère.

Le Musée du Louvre victime de l’appétit insatiable des tenants d’un libéralisme abject, se transforme inéluctablement en galerie marchande de luxe, en dépit de l’inaliénabilité et l’imprescriptibilité de ses collections comme d’une intégrité artistique.
En préalable de ce billet, lire svp l’article suivant :
News Tank Culture// Interviews // Article n° 151328
Quel  misérable  prétexte que la place donnée à des « artistes »  complaisants — il faut bien vivre ! — ou faux dupes de l’opération Buly et quelle éclatante instrumentalisation du patrimoine public mis à contribution pour déguiser une opération publicitaire et mercatique au profit d’une marque de parfum contre monnaie sonnante et trébuchante !
 
Ah, Inaliénabilité et imprescriptibilité, votre inexorabilité est toujours un peu plus compromise. Vous n’êtes plus qu’un vieux paillasson où un marketing sans vergogne s’essuie les pieds sur votre garantie apportée aux donateurs. Beaucoup n’auraient certainement pas admis dans un tel lieu public et populaire, le détournement de leur legs pourtant sanctuarisé au profit de l’industrie du luxe, dont chacun sait qu’elle constitue l’un des principaux fondements de l’économie capitaliste de marché.
 » L’art semble désormais l’affaire exclusive des plus riches, les autres étant invités à en admirer les effets mais à éviter d’en tirer les conséquences et d’en penser l’implicite  » J-P Cometti, N. Quintane, L’art et l’argent, (collectif sous la direction de), Ed. Amsterdam, Paris, 2017.
Si l’on en croit leur parangon à l’effigie carnassière du représentant de commerce caricatural, les nouveaux stratèges du  management du Musée du Louvre ont désormais toute latitude  pour en faire fructifier la marque commerciale au prix d’un boniment qui ne s’embarrasse pas de piètres arguments artistiques ni du ridicule. Il ont résolument pris le tournant d’une gestion mercantile propre à l’économie la plus libérale  dont les réels desseins n’auront bientôt plus besoin d’avancer masqués en se drapant avec quelque alibi « muséologique » que ce soit.
Hier, un mois de  création artistique sous l’angle Swatch, aujourd’hui six mois de « réinterprétation des collections sous l’angle olfactif ». Et tant qu’on y est, pourquoi pas demain un an  sous l’angle capillaire ou chirurgico-esthético-fessier par le biais du sens tactile ?

Mais après tout, rien n’oblige personne à consommer toute marque qui ne s’interdit pas un marketing commercial dans les lieux patrimoniaux publics …

 

 

 

     
     
     
     
     
     
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.