Commentaire critique d’une conférence à propos de la conservation-restauration de cellules carmélites du Muséon Arlaten

Pluridisciplinarité et niveau d’intervention – Une présentation de Laurence Caylux et Eve Menei.

Lors de la Journée d’Étude, de recherches et d’Innovation en conservation-restauration, du jeudi 2 octobre 2014, nous avons pu assister à la présentation de la mise en oeuvre de traitements de conservation-restauration, relevant de plusieurs spécialités liées à des médiums traditionnels, et effectués sur un ensemble de cellules carmélites en miniature.

Il s’agit d’une soixantaine de boîtes cubiques,  dont une face verticale est vitrées, composées d’une multitude de matériaux différents,  et conservées au musée Arlaten. Les sœurs du carmel fabriquaient ces objets, à partir de matières et matériaux à leur disposition sur place, dans le but de les offrir à  leur famille ou à l’occasion de fêtes. Elles avaient pour vocation de relater leur quotidien à leurs proches, celles-ci étant coupées de  relation régulière avec eux depuis leurs vœux. La constitution de ces biens aujourd’hui muséalisés, est assez  sommaire, mais on ne peut qu’être admiratif devant l’ingéniosité et l’imagination requises pour l’utilisation de matières de récupération. Les sœurs n’avaient que peu de matériel et outillage à leur disposition, ce qui explique la variété des produits de composition des boîtes. On y trouve par exemple, de la céramique, du verre soufflé, de la mie de pain, du verre de Nevers, du plâtre, une grande diversité d’éléments textiles, du bois sous différentes formes, du carton, divers papiers peints et autres médiums. La construction est basique, généralement une boîte en carton  recouverte de papier peint et fermée à l’aide d’une vitre.

Dans les cellules, se trouve généralement une Carmélite, seule, mis à part les sacrements à l’infirmerie qui sont des scènes de groupe. Plusieurs ordres sont représentés, exclusivement féminins: on distingue des Carmélites mais également des Visitandines, des Sacramentines et des Dominicaines.

Après avoir fait une rapide présentation des objets, la première intervenante nous a détaillé l’organisation de leur méthode de travail en conservation d’abord. Les cellules avaient déjà subi plusieurs traitements  successifs effectués par des conser tecvateurs-restaurateurs spécialistes du papier et des arts graphiques. La conservatrice – restauratrice nous explique qu’avant d’entrer au musée, ces objets n’étaient pas considérés à juste titre comme des œuvres d’art, mais et ont donc fait les frais d’une gestion et d’une sauvegarde négligée et de mauvais traitement. Les papiers ont jauni, beaucoup de soulèvements  ont été constatés, de même qu’un empoussièrement important. Les boîtes ont d’autre part subi plusieurs attaques d’ insectes, ce qui expliquait la présence de cadavres, de galeries et et de poussière caractéristique. Elles comportaient également de larges traces d’humidification. On pouvait noter également la présence d’amas de colle écaillée, qui a entraîné une perte de cohésion et donc une déstructuration des objets qui sont, pour certains, brisés.

Ces boîtes ayant une composition matérielle très diverse, leur traitement requiert  la mutualisation de différentes spécialités pour le projet. Lors de la restauration de la première boîte, les spécialistes se sont réparti les éléments de l’objet selon leur domaine de compétence respectif. Cependant et comme on le sait, certaines conceptions de la conservation –restauration, comme le seuil limite d’intervention, peuvent varier d’un conservateur-restaurateur ou d’une spécialité à l’autre. Dès lors, un manque de dialogue entre eux peut entraîner une perte  de cohérence de l’ensemble des résultats, jusqu’à une dichotomie flagrante des traitements et des mesures de conservation.

Après cette première phase, les profesionnelles ont décidé de réorganiser leurs interventions en articulant les spécialités de concert, afin de fournir un travail homogène. Cette initiative leur a permis de mettre en relief les différentes vue entres elles, relevant à la fois de leurs spécialités et conceptions personnelles sur la façon de traiter les dégradations constatées sur les objets, mais également  leur préoccupations quant à la réversibilité de leurs interventions, ainsi que pour  le respect de l’histoire des objets.

Les conservatrices-restauratrices ont pris la décision d’ouvrir les boîtes, ce qui constituait en soit une action irréversible, le cadre étant collé sur le papier extérieur et fixé parfois à l’aide de clous oxydés. Mais compte tenu des fortes dégradations présentes à l’intérieur, particulièrement celles dues à l’humidité, on peut raisonnablement considérer l’ouverture des boîtes comme une étape incontournable, sacrificielle par nécessité primordiale. Dans un souci d’unité la totalité des boîtes ont être ouvertes. Après cette opération menée très délicatement, les professionnelles ont effectué divers traitements comprenant la micro aspiration, la consolidation des objets brisés, le rétablissement de l’adhérence de ces derniers au support et l’assemblage des éléments du décor qui étaient détachés. On peut remettre en question  la nécessité d’une  intervention aussi invasive ou aussi « hygiéniste », comprenant notamment l’aspiration totale de la poussière présente sur l’objet. elle-ci est en effet  susceptible d’altérer l’esthétique d’un bien culturel, et de constituer aussi une source de dégradations. La poussière est une matière attractive pour certains insectes, de même qu’elle est hydrophile en atmosphère humide. Mais d’autre part, elle constitue un témoignage important de la fonction de l’objet dans une durée et de la considération qui lui est vouée. Les opérateurs se sont donc interrogés sur à ce sujet avant d’envisager l’ intervention.

La  fixation des éléments décollés constituait aussi également un point important. Finalement, il a été décidé collégialement d’élaborer un système de fixation réversible à l’aide d’un morceau de papier japon servant de strate intermédiaire entre un élément et le papier peint, le tout étant solidaire grâce à l’effet d’une colle d’amidon. Par endroits, l’adhésif utilisé par les bonnes sœurs était devenue très brun. S’est posée alors la question du choix de retirer ou garder ces marques.  C’est la deuxième solution qui a été décidée, ces marques étant considérées comme un témoignage important de la trajectoire de l’objet dans le temps. Néanmoins, certaines d’entre elles ont été éliminées dès lors qu’elles empêchaient  le collage des objets.

Concernant la fermeture des boîtes, une interrogation s’est imposée quant à  la fixation des cadres sur les boîtes. Plusieurs facteurs devaient être pris en compte: l’étanchéité des boîtes en cas d’inondation, la possibilité d’une action plus rapide dans ce même cas et le risque de confinement. Les professionnelles ont opté  pour une fixation « légère » à l’aide de papier Japon et de colle d’amidon. Il a été signalé par les intervenantes, qu’après la finition  des traitements sur  les boîtes, celles-ci ont subi un dégât des eaux en 2012, et que cette décision avait permis une ouverture très rapide,  facilitant ainsi leur ouverture afin de les assécher en urgence.

Enfin, certaines boîtes avaient été recouvertes par différents types de papiers peints, représentatifs de différentes époques. Là encore, la question de les retirer afin de retrouver un aspect originel s’est donc posée. En réponse, la décision a été prise de conserver  les papiers peints les plus récents, hormis  deux d’entre eux qui avaient été recouverts d’un papier peint très moderne, très inesthétique pour  l’un et fortement dégradé pour l’autre. Après les avoir retirés avec le soin nécessaire, ces papiers peints ont pu être conservés dans le dossier d’étude et de traitements.

Cette conférence a su montrer l’intérêt et les contraintes d’un travail de professionnelles dans des spécialités différentes en conservation-restauration. La prise de décision collégiale a permis d’envisager les différentes solutions dans le respect d’un équilibre entre la transmission au public du « vécu » de l’objet permettant d’en apprécier les valeurs,  et  l’assurance de sa pérennité. La réunion des diverses spécialités a également mis en relief les divergences de vue sur certaines questions de restauration, entre les conservateurs- restaurateurs. Enfin l’importance de la hiérarchisation des actions à mener sur l’œuvre toujours en corrélation avec la déontologie en vigueur en matière de conservation-restauration.

Timothée LECOUEDIC, ESAA/M1CR 2014-2015 contact: tim.lecouedic@hotmail.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.