Que reste-t-il du folklorisme au musée ?

Sous la double houlette de Bernard Müller et Marc Maire, le prochain workshop MUSÉOSCOPIE projette l’arraisonement du Palais du Roure à Avignon, bastion mémoriel du Félibrige mais derrière le Museon Arlaten (Palais du Félibrige), premier musée français d’arts et traditions populaires aménagé grâce à l’argent du Prix Nobel de Frédéric Mistral. Le Félibrige se présente comme une oeuvre de « renaissance provençale » dont le destin fut corollaire de l’œuvre du natif  maillanais. Il fut fondé par sept félibriges après leur fameuse rencontre littéraire du 21 Mai 1854 au castel de Font-Ségugne qui réunissait   Théodore Aubanel (1829-1886),  Jean Brunet (1823-1894), Paul Giéra (1816-1861), Anselme Mathieu (1828-1895) Frédéric Mistral (1830-1914), Joseph Roumanille (1818-1891), et Alphonse Tavan (1833-1905) le seul qui n’ait pas donné son nom à un collège ou lycée d’Avignon..

De ce que l’on sait, le passage d’un folklorisme à l’ethnologie en France s’est produit durant une période de grandes turbulences bornée par le Front populaire et la fin de la IIème guerre mondiale. Ce folklorisme aspirant à une légitimité scientifique fut instauré non sans une ambivalence problématique. En servant une politique culturelle exaltant des traditions régionales, il aspirait autant à la modernité qu’au maintien d’une tradition liée à un  passé allègrement revisité et idéalisé. Le régime de Vichy instrumentalisa le folklore dans la politique culturelle pétainiste avec une prétention de « Révolution nationale ». Mais, en même temps, de très grandes  enquêtes scientifiques virent le jour. Un colloque international tenu en 2003 au Musée National des Arts et Traditions populaires (MNATP) l’a rappelé afin de  mettre en lumière  une période mise et laissée longtemps sous le boisseau, impliquant notamment ce musée créé en 1937 ainsi que les activités de son emblématique directeur, Georges Henri Rivière, sous le régime de Vichy qui lui valut après la Libération, une mise en cause pour collaboration. 

Jusqu’à quelles extrémités les « scientifiques folkloristes » se sont-ils compromis ? Un examen rétrospectif s’est avéré salutaire pour exonérer une ethnologie en mal d’affranchissement des barrières nationales, au moment de la création du musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) en remplacement du MNATP.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.