Rémanence ou retour du virus maffesolien ?

Un commentaire critique après la parution de l’article:

La pandémie de coronavirus ou comment disparaît le mythe rationaliste du progrès.
par M. Maffesoli, Le courrier des statèges, 20.03 2020

Qui aurait cru que l’imposture intellectuelle du maffesolisme avait encore quelque crédit sur quelque support et la place publique, sa déconvenue générale lui ayant valu la suspension de sa revue marginale de pseudo-sociologie prédicatrice Sociétés depuis 2014.  Même retiré des affaires, l’indécrottable gourou du lien communautaire et de l’imaginaire dans les sociétés «postmodernes» dépourvu de toute scientificité méthodologique, remet le couvert en sautant sur une trop belle occasion: la crise du Corona virus serait une « modalité » annonçant la fin de la civilisation et d’une rationalité moderniste, thèse qui viendrait corroborer avec éclat toute son oeuvre analytique et visionnaire.  » … la postmodernité  n’est rien d’autre que la synergie de l’archaïque et du développement technologique.«   Va comprendre Charles !
 
À en croire les détracteurs du philosophe Alain Badiou depuis qu’il a été pris dans les filets du canular tendu par ses deux auteurs,  l’autoproclamé plus grand philosophe vivant de France pêche comme Maffesoli par un manque de rigueur inacceptable, notamment par un usage très contestable d’une pensée bricolée autour d’un post-modernisme, encore lui,  aussi  commode qu’infondé. Le comité éditorial de Badiou Studies a accepté l’ article volontairement frelaté …  avant de le retirer deux jours plus tard, sitôt que l’entourloupe fut éventée publiquement par ses auteurs. Adepte paradoxal du post-modernisme, tiens tiens !, il lui est reproché un manque  de rigueur intellectuelle, une  rhétorique incompréhensible, tiens tiens aussi !, d’un extrême relativisme comme dans le post-moderniste de Maffesoli, picorant par ci par là des bribes de cette philosophie indigeste au gré de ses intérêts démonstratifs mais de façon très inattendue en ce qu’elle est très peu cohérente avec sa posture maoïste, dogmatique et anti-relativiste. La notion de postmodernisme, la nébuleuse postmoderne et ses thuriféraires ne participeraient-ils pas d’une sorte de farce, d’une grande illusion intellectuelle orchestrée par les médias de masse pourvoyeurs de leur écho dans la sphère médiatique et politique en dépit  des  faiblesse méthodologique et manque d’argumentaire de leurs tenants, pour combler des attentes consuméristes de figures idéologiques érigées en derniers héros d’une bonne conscience de la classe moyenne de gauche ? .
 
Ah ! Michel Maffesoli, le fameux exécuteur de basses oeuvres et domestique de puissants pouvoirs pour avoir osé organiser en avril 2001 la soutenance d’une thèse de sociologie devant un jury de complaisance selon  une bonne partie de la discipline.  Elle fut présentée par Madame Germaine Hanselman, non moins célèbre mais sous le patronyme commercial d’Élisabeth Teissier qui gouvernait  sa très médiatique et rentable  pratique de l’astrologie. En guise de synthèse d’une réception ayant déclenché une très vive polémique à l’époque,  il suffit de lire un court extrait du verdict sans appel de Jacques Bouveresse, professeur au Collège de France, à propos de ladite thèse  qui « ne comporte aucune analyse épistémologique réelle ». Par contre, elle contient une partie à l’intitulé prometteur: « Preuves irréfutables en faveur de l’influence planétaire. » Hélas il y est écrit d’aussi aberrantes qu’atterrantes révélations telles que « De récentes recherches nous ont en effet permis d’établir la corrélation entre cancer, voire  sida, avec des dissonances de deux planètes par rapport au thème natal. »  qui, à elles seules, en disent long sur la gravité de la supercherie et la malhonnêteté de l’ordonnateur Maffesoli comme de ses complices.
 
Dans l’article, tous les ingrédients du tour de passe passe et de l’enfumage sont là. Toujours la même obsession de la « sociallté post-moderne », qui serait aujourd’hui malmenée dans une situation dont le mage avait déjà prédit l’avènement depuis 1979, excusez du peu !  Par contre, No comment quant aux membres la « société nomade »: que dire de nomades et tribus confinés ? Le prétendu ami de Baudrillard » n’a toujours pas de terrain ni de données, sa sociologie n’étant pas une science mais une « connaissance » selon lui,  ni d’analyse mais toujours les mêmes ficelles: des sujets qui collent à l’actualité médiatique — il n’y a pas d’ objet indigne pour cette pseudo-sociologie  fumeuse et opportuniste –, des formulations métaphoriques  délirantes et absconses, des phrases dénuées de sens mais pas de jeux de mots « décoratifs », une véritable intoxication verbale oublieuse de la signification des termes utilisés, des buzzwords sans définition ni justification, des références ad nauseam à Maffesoli himself et à ses maîtres à jaser toujours célèbres selon le bon vieil expédient du name dropping.
 
L'imposture, c'est Maffesoli — pierremerckle.fr
crédits: Pierre Mercklé
Certes le bonimenteur mondain a su faire son chemin et son trou en fréquentant les allées du pouvoir, les réseaux occultes et la courtisanerie parisienne tous azimuts. Les jeunes lecteurs apprécieront l’exclusivité de la vacuité observatrice par l’oeilleton de la courte vue si peu convaincante du maître maffesolien: « La vie est en elle-même inquiétante, porteuse de risque. Il y a toujours de l’inattendu, de l’imprévu. Mais je ne crois pas que la vitalité aille de pair avec la peur. Ce qui me semble oublié par les observateurs, c’est de voir à quel point cette peur est absente dans la jeune génération. Alors que le travail manque, que le logement est un problème, etc., les jeunes continuent de faire preuve d’un enthousiasme débordant.( 2014) ».Faut-il qu’il ne soit pas au bon endroit ou avec le mauvais instrument de vision pour émettre de telles banalités  généralistes qui n’atteignent même pas le bon sens. En fin de course, et pour couronner le tout, son arrivisme effréné aura consenti à une énième compromission dans un piètre sarkosysme sans lendemain, non sans qu’elle ne lui ait valu encore un peu plus de retour sur investissement relationnel au plus haut niveau. Mais c’est certainement aussi une soif collective de prédiction de l’avenir du monde à l’instar de celle de la météo, qui a fait le lit du maffesolisme et de son opportuniste gourou médiatique. On pensait que le canular de deux  faux maffesoliens mais  vrais sociologues, suffirait pour mettre fin à l’hégémonie des intarissables logorrhées maffe(so)-sociologiques si nocives débitées sur tous les plateaux télés, à l’instar des élucubrations insensées de la paire Bogdanov à propos de physique pour le premier jumeau et de mathématiques pour l’autre.
 

Imposture. C’est Roland Gori, psycho-pathologiste de renom qui nous en dit un peu plus long sur un phénomène de plus en plus répandu, et qui nous concerne tous. Enquêteur depuis son point de vue, auteur d’une série d’ouvrages et de conférences didactiques, il s’efforce de révéler l’aliénation de l’humain dans toutes ses dimensions. Avec son opus La Dignité de penser (Les liens qui libèrent, 2011), il expliquait que la dignité repose sur la « pensée de la capacité de penser », une aptitude à l’ouverture au monde et les autres sans s’en tenir à leur mensurabilité. Il s’y insurge contre l’omniprésence de l’évaluation, cette mode récurrente et obsessionnelle de la réduction de la mesure des individus pour les faire entrer dans des cases, des grilles, des tableaux. Dans La folie évaluation (2011) Gori rappelait les processus de normalisation en vigueur dans la société néo-libérale à l’ère de la mondialisation au temps du fléau des productivité maximale et concurrence impitoyable. Les états aussi, sous couvert de leur providence, sont désormais contaminés. S’il fallait encore convaincre, il n’y a qu’à voir a bataille internationale qui se livre pour la « captation » des masques anti viraux Covid-19 en provenance de Chine.  Les processus d’évaluation tout comme  la division du travail en  tâches remplies par chacun.E s’inscrivent dans des procédures définies par les normes, les codes qualité de cette « religion du marché » qui interdit de penser notre monde, autrement que comme un PIB, une dette publique, un stock de marchandises, de produits financiers et  leurs meilleurs classement, ventes et rapports. À ces modalités normalisées chacun doit s’y soumettre en regard d’une évaluation ou d’une auto-évaluation dans l’extrême solitude qui peut s’ajouter à une pauvreté économique.  Que reste-t-il d’elle même, d’une personne insidieusement contrainte à intérioriser sa rupture avec son existence propre, sa singularité ontologique ? Y ayant renoncée sous la pression des normes imposées, elle n’est plus selon Gori, que la forme incarnée d’une imposture à l’ère de La fabrique des imposteurs (2013). Chacun bien conscient d’une responsabilité individuelle, se retrouve un jour en situation de contradiction entre réponse à la norme et contrainte d’effectuation de son métier, et de la sorte en situation de souffrance en se sentant dans la peau d’un imposteur. Pour réaliser cette tyrannie des  moeurs, il aura fallu que soient anéanties les valeurs de l’expérience et du récit, – de la parole – qui la transmet, en la remplaçant par le cht intempestif le flux intarissable d’une information reine plus technique et mesurable, pour nous faire perdre pied dans notre monde, dans notre démocratie au profit de multiples technocraties grandes ordonnatrices  insidieuses de nos servitudes volontaires. Exister comme un zombie dans la soumission aux normes, en devenant soi-même norme sous la forme d’un imposteur n’est pas tenable;  il importe de renaître à soi-même contre cette norme, d’en réfuter les contraintes pour toute son existence afin de recouvrer son humanité qui dépend de nous.

Maffesoli semble têtu: hélas le tenant de positions anti-rationalistes et anti-scientifiques, ses manigances carriéristes, auraient dû suffire à lui interdire l’accès à quelque crédibilité publique et postérité que ce soit et à commettre quelque publication toujours aussi vaseuse encore en 2020.

 

Lire aussi:

Ebola : les sociétés européennes ont-elles encore assez de sang-froid pour faire face à la tragédie d’une épidémie à domicile ?

par Michel Maffesoli, David Engels

Bibliographie de référence:

René Gori, La Dignité de penser , Les liens qui libèrent, Paris, 2011

                     La folie évaluation, Les liens qui libèrent, Paris, 2011

                  La fabrique des imposteurs, Les liens qui libèrent, Paris, 2013

 
 
 

Une réflexion sur « Rémanence ou retour du virus maffesolien ? »

  1. En lisant l’article de Maffesoli que Marc Maire démonte sans ménagement dans son commentaire critique, on se demande pourquoi il a été écrit. Qu’ apporte-t-il de nouveau, si ce n’est d’asséner ses habituels éléments de langage tels que « socialité », « la disparition du mythe de la rationalité », « crise de civilisation » ou autres « temps des tribus » ? Je connais son vocabulaire pour avoir suivi ses cours en maîtrise à La Sorbonne entre 1993 et 1995. J’ai failli tomber dans le panneau car il peut-être séduisant pour un jeune étudiant de croiser un homme mûr annonçant la fin du monde, avec sa longue écharpe rouge et sa pipe « à la socialiste », et son Borsalino de millénariste scientifique, mais heureusement qu’à cet âge là on goûte à toutes les idées comme on change de chemise. Je comprends aujourd’hui, alors que moi aussi je suis maintenant enseignant, sur quels rouages repose sa rhétorique, et quels leviers de crédulité elle souhaite activer. Loin de lui la responsabilité du pédagogue invitant ses étudiants à devenir des sujets : piètre gourou, et pas méchant, il se contentera de vendre sa marchandise, comme un bonimenteur au far-west, dans le quartier du Marais à Paris. Le truc est toujours le même : pour mieux nous rouler dans la farine, il commence par se tortiller dans du Georg Simmel pour étaler sa logorrhée pâteuse, puis de nous gaver des friandises conceptuelles aussi creuses que sa « théorie du ventre mou du social » (La transfiguration du politique). Michel Maffesoli est un ce ces petits prophètes d’un messianisme pseudo-scientifique d’un autre temps qui voit dans le savant un visionnaire comme au temps de Nostradamus ; et dont la qualité principale ne serait pas celle de mettre en lumière les enjeux d’une situation historique, mais de prédire ce qui est par définition imprévisible : l’avenir . Il est vrai que l’heure est aux charlatans, à commencer par les gouvernants, et leur cohortes de conseillers en statistiques, bactério-virologues, épidémiologistes, vaccinologues et autres pandémistes à la petite semaine, petits laborantins mais grands sorciers. Ce sont les « médecins » dont Molière déjà essayait de nous prévenir. La cour des miracles de nos réseaux sociaux en regorge, et tous les jours s’éloigne la possibilité de mieux comprendre ce qui nous arrive, là, dans nos vies et engagements professionnels dont les cadres vont aujourd’hui se modifier, et qui vont nous pousser à agir autrement, politiquement conscients, citoyens, progressistes, poètes et libre-penseurs. Alors le nombre des spécialistes en fumisterie va croître ces temps-ci, surgissant de tous les coins de nos écrans plats, tellement nombreux qu’on ne comprendra même plus d’où ils sortent. Et comme le prédit Marc Maire, ils seront encore plus virulents que les virus, plus papistes que le pape, plus royalistes que le roi, plus catastrophistes que le capitalisme trébuchant. De toutes les obédiences, ils emprunteront toutefois avec Michel Maffesoli, celle de l’homme qui a fait de madame soleil une docteure es astrologie, le masque de la truculence scientifique. détournant au compte d’on ne sait quel profit, le principe critique et réflexif de l’analyse. Il n’y a pas de vaccin ni d’antidote qui nous empêchera de nous faire avoir, et puis vivre c’est aussi se perdre parfois, mais un détail rhétorique trahit généralement le charlatan : il tente avec trop d’insistance et de manière répétée de nous faire croire que ses visions couleraient de source, qu’elles relèveraient de l’ évidence pour celui qui sait voir, et qu’en réalité tout serait très simple, mais inaccessible car dissimulé par des intérêts vénaux concurrentiels que le charlatan, lui, serait capable de reconnaître. L’opacité et la complexité d’un discours sont la garantie de son intérêt, ce qui n’assure en en rien sa véracité ou pertinence, mais le rend bon à penser. Dans les sciences humaines il y a une règle d’or : si c’est simple c’est que c’est faux. Si une proposition ne mène à rien : on la fout à la poubelle. Les idées aussi sont jetables, pas seulement les rasoirs comme Maffesoli et consorts. N’est ce pas ce geste aussi qu’une école d’art doit apprendre à faire ? Quelle genre de chambre de décompression pour délires anthropologiques faudra-il imaginer quand nous sortiront de la crise coronavéreuse actuelle?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.