Quand au retour du confinement, des attitudes deviennent forme

Quand pour l’heure du retour de ses étudiant.e.s à l’École supérieure d’art d’Avignon, tranformé.e.s après leur  confinement forcé — une assignation à résidence — ,  il est prévu une restitution sur ses deux sites, de leurs productions en témoignages de leur inventivité et productivité durant cette période  inédite si particulière, mais sous une forme qui ne veut pas être a priori d’après le modèle de l’exposition. Alors comment ne pas en espérer un modeste bégaiement de l’une des manifestations les plus mythiques  de ces dernières décennies  :  « When Attitudes Become Form / « Quand des attitudes deviennent forme » orchestrée par Harald Szeemann (1933-2005) à la « Kunsthalle » de Berne en 1969 dont il était le directeur attitré depuis 1961. D’aucuns prétendent que ce fut un événement crucial de l’art contemporain qui marqua une rupture radicale et un fossé encore plus grand  entre ses producteurs et le grand public.

En 1969, fut l’année du festival non moins mythique de Woodstock sur l’île de Wight, gigantesque  catharsis du mouvement  hippie, de la contestation, de la drogue et du rock, comme le signe d’un  basculement du monde sous l’influence de la contre culture nord américaine. « L’idée de mon exposition, confiait-il à l’époque, est née par hasard. Je rendais visite à un artiste et je me suis trompé de porte et je l’ai vu arroser des herbes sur une table. J’ai vu une « attitude » qui devenait forme ». En cette année historique, Szeemann prend le pari risqué de faire valoir une nouvelle génération d’artistes émergents qu’il a su repérer et veut montrer pour la première fois lors de  cette exposition  spéciale de Berne. Ces artistes ont refusé de s’adonner à l’expressionnisme abstrait comme à l’art cinétique et technologique; ils veulent en finir avec le Pop Art, et tous les  genres exaltant la civilisation de la consommation quand eux ont déjà posé les bases de l’art conceptuel » , de  l’Arte povera, du Land Art.

Voulant mettre à bas la trilogie paradigmatique « atelier-galerie-musée », Szeemann donne la primauté à l’attitude de l’artiste venant faire son œuvre sur place. Des films Ô combien précieux  aujourd’hui pour des étudiant.e.s, montrent comment Joseph Beuys remplissait les coins d’une salle avec de la margarine, tout en fredonnant la  chansonnette « Ja-Ja-Ja-Nee-Nee-Nee » (oui-oui-oui nan-nan-nan). Ailleurs, c’est la façon dont Lawrence Weiner – et son énorme barbe – enlevait un mètre carré de plâtre d’un mur au moyen d’ un petit marteau, pour faire son œuvre. Encore plus loin, c’est Barry Flanagan qu’on voit déposer une corde qui reliait deux salles. On voit aussi des tas de poussières, un peu de plastique, un téléphone en bakélite à même le sol, avec un panonceau : « Si le téléphone sonne, prenez-le, c’est Walter De Maria qui vous appelle ». Et encore Sol LeWitt qui a peint un mur, Mario Merz,  construit un igloo de verre avec du mastic et Carl André,  « pavé » une salle de plaques métalliques. Le visionnage des films d’archives, montrant ces artistes à l’œuvre, procure le sentiment de leur joyeuse anarchie, de leur envie de faire, de produire des choses loin du marché et du concept attendu de l’œuvre d’art, et d’une grande liberté de résultat qui serait interprété  par chacun à son bon vouloir.  Szeeman reliait cette façon  au geste direct de Jackson Pollock, à la performance d’Yves Klein, à la trivialité de l’objet de Marcel Duchamp. En montrant que ce qui prime, et en affirmant que ce qui fait forme, c’est l’idée ou l’attitude de l’artiste et non plus l’objet, cette exposition remettait en cause, l’idée même de musée et de galerie. L’art se faisait in situ, hic et nunc, et la paternité d’une œuvre relevait d’une convention. Chacun était ensuite libre d’en penser ce qu’il voulait, puisque l’art était justement la manière de  questionner l’art. Une exposition qui ne montrait plus des chefs-d’œuvre mais des idées dématérialisées ou intangibles, des intentions.

Comme un témoignage de reconnaissance dans l’ écrin  de son palais vénitien, la « Fondazione Prada » a accueilli sa reconstitution à l’identique en 2013 par le critique Germano Celant avec l’architecte Rem Koolhaas et les artistes de l’époque ou leurs ayants-droit. Encore initiateur  de la « Belgique visionnaire », au Bozar, en 2005, Harald Szeemann fut un curateur véritablement  visionnaire,  anticonformiste voire anarchiste, et peut-être l’un un des plus grands commissaires d’exposition  de la deuxième moitié du XXème siècle. Cette exposition suscita un scandale non moins vif qu’un intérêt pour le milieu artistique. Le public bernois encouragé par une partie de la presse, ne comprenait pas cet art sans plus de référence et se déchaîna en s’en prenant ainsi à l’œuvre de Michael Heizer qui avait détruit un bout de trottoir devant la « Kunsthalle ». En réaction, des habitants déversèrent du fumier devant la « Kunsthalle ». Harald Szeemann fut contraint de partir malgré le retentissement exceptionnel de son événement dans le monde de l’art non sans sceller sa stature de premier commissaire indépendant avec son « Agence pour le travail intellectuel à la demande » Il fut ensuite; il fut deux fois commissaire à la Biennale de Venise, et une fois de la « Documenta » de Kassel.

Et si  ce retour de confinement était l’occasion inespérée et offerte à des créateurs,inventeurs en herbe, de faire état d’une prise de conscience de la finitude d’un monde  exsangue comme de celui d’un art exclusif et élitiste seulement dédié à un marché mondialisé, au profit  d’un art résolument démocratique et ses formes à réinventer ?

Cette expo a été reconstituée à l’identique à Venise, Les visiteurs n’hésitaient pas ce week-end à faire trois heures de file pour s’étonner de découvrir de petites salles envahies d’objets comme disposés au hasard, comme dans une maison en construction : des bacs de peinture, de la mousse, un tas de sable, un grillage. Une expo comme un coup de poing dans une Biennale où tout, au contraire, devient œuvre d’art et où la forme devient attitude. Et le plus paradoxal est que ce soit une firme de mode, de la jet-set, qui organise ce formidable remake anarchiste.

« When Attitudes Become Form », Fondazione Prada, jusqu’au 3 novembre, fermé le mardi. Ca’ Corner della Regina.

 

 

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search