Maffesoli, en piètre quête de rachat ?

ou un imprévisible retournement de veste .
 
Apparemment et nous le pressentions, l’occasion de cette crise sanitaire était trop belle pour   que le mage – devin qui a dépoussiéré sa boule de cristal afin de la remettre en activité , sortie de sa réserve  une fois son aplomb retrouvé: « nous pouvons dire, avec assurance, que nous assistons à la naissance de l’ère des soulèvements populaires. » En traitant derechef le gouvernement d’incompétence de manière très inattendue, voilà qu’il vient aujourd’hui cracher dans la soupe qu’il a servie pendant des années en tant que domestique bêlant des puissants, de la gauche bobo au sarkozysme le plus grotesque. Dans son article apocalyptique du 10 Avril dernier paru dans la revue d’un monde qui vient, l’Innactuelle, apparemment en mal de plume plus efficiente et qui lui ouvre ses colonnes, il prédit, déjà dans son titre, « le grand soulèvement qui  vient« . La population est-elle sur le point de se réveiller ? De quoi les bouleversements en cours accoucheront-ils ? Michel Maffesoli nous livre sa réponse », prévient l’accroche de la revue. Sa prévision n’est pas sans rappeler l’essai politique rédigé par un « Comité invisible » et publié en 2007. Le texte est suivi d’une « Mise au point », publiée en 2009 en référence au livre de Giorgo Agamben, La Communauté qui vient : théorie de la singularité quelconque, édité lui en 1990.
 
Malgré ces éléments, Maffesoli apparaît toujours plus arc-bouté sur son prétendu génie visionnaire soutenu par la caution d’un étalage à gogo d’érudition de  références gréco-latines  qu’il mobilise et décline  à toutes les sauces, non sans se fendre en entame d’une parabole métaphorique ridicule dont il a le secret, celle des bas-fonds lacustres « animés par de constants grouillements. De temps à autre ces derniers apparaissent à l’extérieur sous formes de bulles géantes troublant la quiétude du lac. Bulles aussi soudaines qu’éphémères. Disparaissant, en effet, pour renaître plus tard quand le grouillement intérieur se fait à nouveau trop pressant ». Maffesoli a besoin de préciser son expertise imagée pour visiblement ratisser large, « Voilà une image qui permet de comprendre les soulèvements qui, actuellement, troublent la vie de nos sociétés. Il s’agit bien, en effet, de bulles explosives, appelées à se renouveler, en ce qu’elles expriment le grouillement, à la fois profond et violent, animant une société officieuse ne se sentant plus du tout « représentée » par la société officielle ayant le pouvoir institutionnel. D’où l’ambiance insurrectionnelle caractéristique de toute fin d’époque. » S’en suit un couplet qui fait le procès de l’oligarchie politique et dont on se demande s’il lui aura fallu attendre l’émergence de la Macronie pour réaliser l’existence d’une oligarchie aux commandes de l’État en France. Le Sarkozysme débridé que Maffesoli a ouvertement soutenu, n’en aura -t-il pas été un exemple assez cinglant ?
 
On croît rêver, quand Maffesoli s’érige maintenant en défenseur du peuple, traité avec mépris un peu plus tôt de dormeur, victime de l’aveuglement d’une caste de puissants technocrates à la barre étatique et de son « mépris virulent vis-à-vis des peuples en révolte. Peuples dont les réactions sont qualifiées d’une manière on ne peut plus erronée de populistes . » et au passage, en rectificateur de la pensée du haut de son exceptionelle ou unique hauteur de vue. Pour faire son effet persuasif, c’est maintenant au tour de la citation de célébrités philosophiques et littéraires d’être   mise à contribution pour fonder la vérité maffesolienne qui n’a tours pas besoin ici de méthode ni argumentaire scientifiques, puisque  des références — de bons ton, chic et genre suffisent, en veux-tu en voilà, — à Bossuet, Platon, Hegel, les  exotiques Pareto et Ortega y Gasset, en la circonstance, Chateaubriand, à l’inévitable Simmel, à De Maistre, Renan pour finir la longue lise de ses recours prestigieux. « Voilà ce qui en appelle à une transfiguration du politique. On ne représente plus rien sinon, à courte vue, soi-même. Une caste on ne peut plus isolée qui en ses diverses modulations, politique, journalistique, intellectuelle est surtout identique à elle-même et fidèle à son idéal « avant-gardiste » qui consiste, verticalité oblige, à penser et à agir pour un soi-disant bien du peuple. » Dans cette improbable volte-face, Maffesoli apparaît en pleine crise de socialisme révolutionnaire. Serait-il pour son salut, en quête de rachat de ses fourvoiements passés en nous nous gratifiant de tels adages teinté de moralisme typiquement maffesolien . « On ne saurait mieux dire la « faillite des élites » contemporaines : n’étant plus en phase avec la réalité sociale de base, car elles privilégient leurs droits au mépris de leurs devoirs. Le « tous pourris » de la conversation du Café du Commerce ne faisant que vitupérer la cupidité de cette élite en déshérence, préoccupée, essentiellement, de postes aguichants, de salaires confortables, de places acquises sur les fameux « plateaux » télévisuels. »  Décidément Maffesoli ne manque pas d’air, lui le gourou de  la modernité prête à penser qui écuma les plateaux télé pour y déverser sa sociologie de pacotille, doublé du chien de garde des puissants qu’il pourfend allègrement aujourd’hui. « Ce sont des notables étant dans l’incapacité de comprendre la fin du monde qui est le leur. »
 

N’assiste-t-on pas dans ces piètre articles opportunistes parus en pleine  crise du Covid-19, rédigés depuis un confinement  intellectuel de longue date, à la gesticulation  désespérée d’un vieil « apparatchik » de l’intelligentsia institutionnelle à la solde du pouvoir politique, aujourd’hui laissé pour compte et en souffrancle de sa déchéance socio-médiatique, lancé dans une pathétique opération désespérée d’exonération, de dédouanement ou de blanchiment de ses impostures et compromissions passées ? Pour preuve, sa sortie en beauté qui fera lever les yeux au ciel à ses plus fidèles détracteurs: « Le bienfait des soulèvements, des insurrections, des révoltes, c’est de rappeler, avec force, qu’à certains moments  l’ubris, l’orgueil des sachants ne fait plus recette. Par là se manifeste l’importance de ce qui n’est pas apparent. Manifestation de l’indicible et de l’invisible. Le « Roi clandestin » (Georg Simmel) de l’époque retrouve alors une force et une vigueur que l’on ne peut plus nier.  » Plus fort de café est encore les morceaux qui le concernent personnellement au plus haut point « Mais voilà, à l’encontre de l’a-priorisme des sachants, l’a-priorisme dogmatique étant le fourrier de tous les totalitarismes, ce génie s’exprime maladroitement, parfois même d’une manière incohérente en se laissant dominer par les passions violentes. L’effervescence fort souvent bégaie. »  « Cette pseudo-intelligentsia, on ne peut plus déphasée, en son idéologie progressiste ne peut pas saisir l’atmosphère mentale de l’époque. Ce que le philosophe Ortega y Gasset, en son livre prémonitoire : La Révolte des masses, nommait « l’impératif atmosphérique » du moment. C’est parce qu’elle ne sait pas s’adapter au changement de climat spirituel en cours que la Caste subira le sort qui fut celui, en leur temps, des dinosaures : périr. La Modernité pourrissante est à l’agonie. Ses représentants caducs ne peuvent même pas envisager que toute mutation, car c’est bien de cela qu’il s’agit, comporte une dose de mystère. »et le dernier qui vient clore l’article messianique de Maffesoli, en comble de la dénégation: « Ce sont moins des réponses bien formatées qui sont attendues, que la capacité de savoir poser des questions. Ce que les soulèvements signifient, c’est que n’est plus accepté un monde sans question et plein de réponses. Tout simplement parce que c’est à partir de l’insaisissable, ce qui est en devenir, ce qui est questionnant, que l’on peut saisir le saisissable. Celui de la vie Réelle. Ne l’oublions pas. C’est quand on ne sait pas dire, avec justesse, ce qui est, c’est quand le moralisme, ce qui « devrait être », prend le dessus, que le peuple fait sécession. » Ne devions nous pas selon une prédiction pas si lointaine du pourvoyeur d’oracles d’une scociologie interprétative et prédictive à géométrie variable qualifiée de junk science, voir resurgir des « manifestations tribales » ?

Pour parler d’un grand basculement sociétal à venir, Maffesoli est bien loin du mode choisi par  Chinua Achebe , l’auteur nigérian du chef d’oeuvre Things Fall Apart,  écrit pour témoigner  du  monde qui s’effondre tragiquement pour son  héros, père et chef de village en pays igbo (Est de l’actuel Nigeria), notable impuissant face à l’effilochage de ses fondements, traditions et coutumes avec l’arrivée   de missionnaires en avant garde de l’invasif colonisateur britannique. Ce qui fait la force du récit, c’est la description du réel, d’une déliquescence organisée et inéluctable qui annihile toute velléité de résistance contre  le rouleau compresseur de l’implantation intrusive de la colonisation et de ses effets destructeurs de de valeurs et relations sociales et même familiales apparaissant  de manière flagrante à l’analyse précise de l’auteur de aphorisme qui aura fait le tour du monde:« Tant que les lions n’auront pas leur historien, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur »..

« Des auteurs comme l’Américain Ernest Hemingway ont représenté la population noire africaine comme des sauvages et sont ainsi à l’origine d’un immonde blasphème, disait Achebe. C’est pourquoi j’ai décidé de tenter d’écrire des livres où les personnages étaient des Africains comme je les connais ». La première partie  du livre s’attache à  décrire en 13 chapitres l’apogée de la société Ibo au Nigeria et où évolue un grand guerrier du nom d’Okonkwo.  La  seconde partie regroupe six  chapitres pour évoquer l’exil d’Okonkwo dans son village maternel en réparation d’ un meurtre qu’il a commis, ainsi que l’arrivée des missionnaires blancs et la conversion de son fils aîné à la nouvelle religion (le christianisme) dont il ne parvient pas à le dissuader. La  dernière partie  compte aussi six  chapitres et raconte le retour d’Okonkwo dans son village natal où sont apparues  de nouvelles lois établies par les missionnaires, et où règne un désordre indescriptible. Indigné par les pratiques et le nouveau fonctionnement, Okonkwo finit par mettre fin à ses jours en aveu de son impuissance  et de son échec à endiguer les bouleversements qui se produisent.

Les modes d’analyse utilisés respectivement par Maffesoli et Achebe divergent radicalement pour traiter d’un sujet similaire somme toute, à savoir celui  de la prise de pouvoir d’une minorité sur la majorité d’une société, par une élite technocratique sur le peuple dans le premier  cas, par des colonisateurs blancs sur des autochtones noirs dans l’autre. La comparaison nous a renvoyé à un ouvrage publié sous la direction de’ Alban Bensa et François Pouillon Terrains d’écrivains, qui avec les 10 autres participants à leur réflexion collective, se posent la question irrévérencieuse « Pourquoi les grands écrivains disent-ils mieux le monde que les anthropologues patentés ? C’est que l’enquête de terrain des uns et des autres n’est pas la même. Par les exemples qu’ils ont choisis pour les éplucher, les auteurs nous disent que la prose anthropologique « escamote trop souvent sous les conventions narratives et conceptuelle, une relation tangible aux mondes arpentés « . « L’homme n’est homme que parce qu’il fait partie de la nature. Chinua Achebe invite à retrouver l’humilité, l’humus de ce qui nous a façonné. Ce qui fait que je suis ce que je suis, c’est que j’ai appris des gestes simples. Regarder, écouter, toucher, sentir. L’œuvre d’Achebe est l’œuvre de l’alentissement, voir même du ralentissement. Chinua Achebe a une écriture oralisée. Apparemment simple, comme tout le monde rêve d’en écrire. Il se fait tour à tour griot, chantre de la terre. Il donne terre, il donne corps à cette langue » dit Gaston-Paul Effa Pour son entreprise de rachat s’il est sincère, Maffesoli connu pour son escamotage de tout terrain pourrait peut être maintenant au moins s’appliquer « un salubre retour au terrain en ces temps de tout textuel » , ou plutôt à l’enquête du terrain d’où il s’évertue à un bavardage toujours en surplomb prophétique qui ne parvient pas à donner le change à une une enquête qui se respecte même avec une débauche de références érudites.

 Bibliographie de référence

ACHEBE C., Things Fall Appart, Heinemann,1958  (Le monde s’effondre, Présence africaine, 1966 )

BENSA A. & POUILLON F. (dir.), Terrains d’écrrivains, Essais Anarchasis, Paris, 2012.

Nota bene: les citations entre guillemets de la conclusion, sont empruntées à la quatrième de couverture de l’ouvrage renseigné.

 

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.