Etude de conservation-restauration de deux jingasa japonais. A la recherche d’un consensus éthico-technologique entre deux paradigmes d’Orient et d’Occident.

La laque[1] est une matière dont l’usage est très courant en Extrême-Orient. Depuis les époques les plus lointaines de  l’Histoire, elle accompagne toujours les civilisations orientales, et les hommes d’Extrême-Orient n’ont cessé de développer ses techniques d’application et de les faire évoluer en les combinant à divers matériaux tels que la  nacre de coquille (raden) et des feuilles ou poudres métalliques (maki-e, nashiji, haku-e). Le matériau-laque a permis ainsi aux asiatiques d’élaborer un langage décoratif richissime pour la confection d’objets d’art  et a suscité beaucoup d’admiration chez les européens. 

Néanmoins, comparées au renom qu’ont connu ces objets asiatiques dans le monde occidental depuis le milieu du XVIe siècle[2], la politique et l’éthique à l’égard de leur conservation et de leur restauration n’a commencé à se discuter sérieusement que depuis  quelques dizaines d’années[3]. Pour ce faire, des colloques internationaux ont été régulièrement organisés (notamment grâce aux efforts de l’ICCROM[4] et de l’Institut National de Recherche sur les biens culturels de Tokyo) et des études scientifiques continuent à paraître afin de mieux faire connaître  ce matériau exotique qui garde encore une part de mystère.

Pourtant, malgré ces efforts à l’échelon international, il n’existe  pas encore une éthique bien définie ni de consensus  méthodologique dans le milieu de la conservation-restauration concernant les objets recouverts de laques orientaux. Par conséquent, on constate un fort contraste entre les résultats de traitements en Asie et en Occident, et on peut remarquer que la cause principale de cette différence  est imputable à la confusion de deux  notions : la compatibilité et l’efficacité (l’urushi vu comme faisant partie des matériaux de restauration) contre la réversibilité (les matériaux synthétiques préférés par les Occidentaux). Et cette tendance actuelle s’expliquerait probablement de deux façons : d’une part, une compréhension lacunaire, voire ethnocentriste entre différentes civilisations (en l’occurrence, deux civilisations « opposées », d’Orient et d’Occident), et d’autre part, une technologie qui se met à jour régulièrement et rapidement (et qui nécessite une maîtrise difficile mais sûre pour son application sur une œuvre d’art).

Conscient d’une telle problématique, un projet coopératif international a vu justement le jour entre l’Angleterre et le Japon pour tenter d’y répondre : une réflexion éthique et méthodologique autour de la restauration du coffre Mazarin, un laque d’exportation japonais du XVIIe siècle (V & A Museum, Londres, 2004-2008)[5]. Et cette intervention coopérative très médiatisée a permis partiellement de mettre en lumière les différentes approches en la matière des deux mondes  afin de les réconcilier.

Cependant, on peut constater qu’il y en a encore très peu de discussion en France par rapport aux pays anglo-saxons concernant la conservation-restauration des laques asiatiques. De ce fait, il apparaît opportun d’ insister sur l’urgente nécessité de développer des réflexions de cet ordre avec plus de profondeur et de diversité afin de pouvoir répondre à des problématiques émises par les musées propriétaires des collections d’objets asiatiques. Force est de constater que beaucoup d’entre eux sont malheureusement condamnés à demeurer dans leurs réserves, de par leur fragilité, sans pouvoir être exposés aux yeux du public malgré leurs qualités historique et esthétique extraordinaires.

En l’occurrence, le musée des beaux-arts de Nancy et sa collection de laques asiatiques de Charles Cartier Bresson (1852-1921) m’ont beaucoup intéressé par l’exemplarité des œuvres représentatives de l’art japonais et leur qualité hors du commun. Il faut souligner qu’une collection de cette nature et de cette envergure est assez rare dans les institutions muséales françaises et qu’elle mériterait pleinement d’être étudiée et d’être connue par un plus grand nombre.

Grâce à la bienveillance des responsables des collections du musée, j’ai pu en visiter les réserves et faire un rapide constat d’état . Une grande partie des œuvres se trouvaient dans un état de conservation stable et satisfaisant. Néanmoins deux objets jingasa[6] ont attiré mon attention par leur état assez critique.

N° d'inventaire: AD.1034 Musée des beaux-arts de Nancy
N° d’inventaire: AD.1034Musée des beaux-arts de Nancy 

 

N° d'inventaire: AD.603 Musée des beaux-arts de Nancy
N° d’inventaire: AD.603Musée des beaux-arts de Nancy 

 

La nature du support de ces deux objets reste à déterminer par une analyse plus poussée (qui sera assurée par des laboratoires de chimie homologués), ainsi que celle de la préparation pour prévoir un mode de consolidation adapté. Une étude stratigraphique sera également nécessaire pour comprendre la fabrication de l’objet.

Je souhaite développer mes recherches autour des axes suivants :

* La laque, une histoire millénaire et son statut au sein des cultures d’Asie de l’Est dont celle du Japon.

* La constitution des collections d’art japonais au temps du japonisme, dont celle de Charles Cartier-Bresson.

* La catégorie Jingasa, casque militaire traditionnel japonais : ses caractéristiques (étude typologique) et originalités historique et technique.

* L’étude de nature scientifique et technologique sur l’urushi, laque japonaise : son comportement et ses altérations physico-chimiques dont témoignent nos deux objets en question.

* Une réflexion et étude comparative entre les deux déontologies de conservation et de restauration, parfois opposées, entre l’Occident et l’Orient autour de la restauration de laques orientaux et leur réconciliation : réévaluation de la notion de réversibilité pour une autre, « retraitabilité » (retreatability) comme un critère d’éthique plus approprié.

* Une proposition de traitements de conservation-restauration avec des préconisations de l’ordre de la conservation préventive. Et une mise en conditionnement des deux objets.

————————————————————————————————————————————-

[1] La laque/ Le laque : au féminin, le terme désigne le matériau (l’urushi), soit la sève végétale destinée à recouvrir objets ou meubles ; au masculin, il désigne l’objet réalisé en utilisant cette matière.

[2] Les Portugais, premiers européens, arrivent à Canton en 1513, atteignent le Japon en 1542 et s’installent à Macao en 1557 pour établir un commerce régulier avec la Chine et le Japon.

[3] Urushi : proceeding of the Urushi study group, June 10-27, 1985, Tokyo, The Getty Conservation Institute

[4] Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels.

[5] Shayne Rivers, On the conservation of the Mazarin Chest ;  Yoshihiko Yamashita, The plan for the conservation of the Mazarin Chest , colloque internationale « The Rôle of Urushi in International Exchange, 2005 », décembre 3-5, 2003. L’institut national de recherche des biens culturels de Tokyo et le Musée national de Tokyo.

[6] Le jingasa est un casque/couvre-chef militaire japonais utilisé pour protéger la tête des ashigaru, soldats de classe inférieure, pendant  les batailles et plus tard comme une coiffe quotidienne pour les samouraï.

Seungmin LEE, M2CR/ESAA, 2014-2015, contact: seungmin3723@hotmail.com


2 réflexions sur « Etude de conservation-restauration de deux jingasa japonais. A la recherche d’un consensus éthico-technologique entre deux paradigmes d’Orient et d’Occident. »

  1. Bonjour,
    Travaillant sur les laques asiatiques, je souhaiterais pouvoir lire le mémoire qui a été réalisé autour de cette recherche sur les jingasa. Est-il possible d’en obtenir une copie numérique?
    Merci par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.