Une histoire racontee par un idiot

Je dois être idiot, malgré le temps qui passe, rien dans la dangerosité du coronavirus ne justifie à mes yeux, comme à ce jour, la mise en place des mesures de confinement que l’Europe s’impose depuis bientôt six semaines. Je ne dis pas qu’il n’est pas dangereux, mais que les mesures destinées à le colmater sont disproportionnées. Que ce soit en France où je travaille ou en Allemagne où j’habite, ces mesures fumeuses me semblent bien plus létales que le virus lui-même car, tueuses de liberté, elles nous demandent de confier à des gens en qui nous n’avons pas confiance ce que nous avons de plus cher. Il est étrange de s’en remettre ainsi aux dits spécialistes dont les décisions affectent jusqu’au plus intime de notre quotidien, en en restreignant les possibles. Pour autant, je ne nie pas la nécessité d’une forme d’action sanitaire efficace de contention du virus destinée à protéger les personnes vulnérables (voir profil médical des cas graves). Cela coule de source. N’est-il pas normal de protéger les plus fragiles, hier, aujourd’hui, demain ? Aujourd’hui, après presque deux mois de pandémie, je ne suis pas persuadé que les mesures drastiques mises en place auront de quoi effrayer un virus qui par ailleurs ne semble rien avoir de particulièrement méchant, si ce n’est d’avoir l’indélicatesse de nous tendre le miroir de notre mort, celle qui tous sans exception nous emportera un jour. Ce qui se passe aujourd’hui relève d’une tragédie dont la littérature raffole et dont la construction dramatique mérite d’être étudiée. Admettons que le coronavirus est d’abord un récit, une pièce de théâtre. En quête dorénavant des enjeux narratifs de cette passion collective, nous reviendrait en mémoire ce trop fameux passage du génial William Shakespeare : « La vie est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ». MACBETH (V, 5) Il est frappant que le récit de la chose  semble en effet raconté de manière à ce qu’on n’en comprenne rien, comme s’il était le fruit de l’imagination de personne, fruit trop mûr de lui-même, abstraction technobureaucratique sans pépin, ou alors n’est-ce qu’un effet de perspective ? Pour essayer de comprendre ce qui est en jeu dans cette étrange affaire, je vous propose de procéder à une sorte d’exercice farfelu de recherche-création : comment ferions-nous s’il fallait tirer une pièce de théâtre des événements actuels? Autrement dit, que faut-il comprendre de la crise actuelle pour en extraire le noeud dramatique ? 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.