Pour le déboulonnage de FESSEBOUC tenu pour outil pédagogique et instrument de communication institutionnels de l’ESAA

Sans appeler au boycott de la plateforme facebook comme ont pu le faire dans un passé récent les Gilets Jaunes, nous en appelons au refus de la normalisation rampante de l’usage de Facebook  en tant qu’instrument  de communication institutionnelle, outil pédagogique d’un établissement public d’enseignement supérieur comme encore … d’éducation, notamment à la citoyenneté.

En tant que partie prenante d’une mission de service public d’enseignement supérieur et d’éducation, comment ne pas s’indigner devant  la contradiction amorale de lire le flux ininterrompu des appels à soutiens à des causes plus justes les unes que les autres, mais dont le continuum ininterrompu contribue à en atténuer la portée par dilution, et incidemment, à assurer la fortune démesurée d’un magnat  dénué de la moindre éthique philanthropique hormis celle de bons sentiments seulement exprimées  à coups de généreuses dotations en millions de dollars à des ONG ? Quand Facebook n’est  bien souvent plus qu’un soi-disant “réseau social” davantage en apparences que réel derrière un écran-filtre à l’ère de la culture du paraître et de l’artificiel,  de l’affirmation d’une image de soi plus déclarative par soi-même qu’à découvrir par autrui dans la rencontre,  de la faillite de la socialité à l’instar de celle disparaissant l’abandon progressif d’entretien des liens de voisinage dans la vraie vie.  C’est le règne de  la mise en évidence de l’individuation contrôlée, de la débauche d’un individualisme exhibitionniste  et de la normalisation généralisée d’un narcissisme qu’on croyait correspondre surtout à un “passage” juvénile,  de l’étalage de  succédanés états d’âme  que leurs auteurs  pensent niaisement dignes d’intérêt parce qu’ils seraient doués d’originalité selon leur propre jugement, l’accoutumance aux contenus haineux par manque de modération, le manque de filtrage des  fausses nouvelles (“fake news”), le nivellement de l’importance des informations, la banalisation des causes défendues, le militantisme à peu de frais au service d’une bonne conscience exhibée, une forme de socialité destructrice qui dicte sa loi et qui comme l’eut dit La Boétie avec ses mots, produit avec perversité une servitude volontaire — quand ce n’est pas une terrifiante addiction à Facebook. Face à cet usage intempestif et irrépressible des réseaux sociaux  jusqu’en cours, il n’est plus à démontrer l’effet pervers normatif de la forme d’expression écrite de la pensée réduite à sa plus courte et simple expression. La pensée personnelle se réduit à une réactivité de réplique.  Penser, dialectiser sa réflexion prennent un temps qui n’est plus compatibles avec le format et le régime de  communication imposés.

Il n’est pas inutile de rappeler les risques  considérables d’une surconsommation de Fessebouc, pouvant entraîner la dépression, l’isolement et l’anxiété, non sans parler de la perte du rendement scolaire. Et que dire encore de l’exposition à la violence des réseaux sociaux, du cyber-harcèlement ou des velléités d’intimidations de certains internautes ? L’utilisation excessive de Fessebouc s’est avérée causer des troubles du sommeil et de l’alimentation.  Au point que toutes celles et ceux qui, connectés en permanence dans l’attente d’une sollicitation, grèvent leurs nuits sur l’autel de Fessebouc et doivent leur appartenance à la génération  “girafe”,  l’animal qui dort le moins au monde. Connectés en permanence notamment pour combler leur ennui, leur créativité s’en ressent .

Que penser ce cet enseignant de l’ESAA qui avait oser m’avouer que, chaque matin au réveil dans son lit, sa première action était de consulter  Fessebouc sur son téléphone mobile ? Que dire de ces anciens cadres “repentis” de Facebook qui avouent publiquement aujourd’hui “avoir  créé des outils qui déchirent le tissu social»,  en avouant  «une immense culpabilité» en dépit de quelque solution salutaire pour l’heure, non sans la émettre préconisation d’ une «vraie pause» avec le réseau social ?

Par ailleurs, comment accepter d’engraisser une société privée qui génère des bénéfices astronomiques pour son principal actionnaire, un portail de communication qui pratique non seulement  la censure pudibonde de l’art, mais aussi celle,  dénoncée par de nombreuses enquêtes, à l’encontre des gilets jaunes, des LGBT, et d’autres expressions encore ?

Pour preuves s’il en fallait. Premier scandale  rencontré par Facebook, poursuivi en 2018 devant la justice française par un enseignant,  pour la censure en 2011 d’une image du tableau « L’origine du monde » de Gustave Courbet. Le professeur avait publié ce tableau, avant que son compte ne soit supprimé “sans préavis ni justificatif”. Il fait alors valoir son droit à la liberté d’expression sur ce type de média, pour réclamer la réactivation de son profil à Facebook qui qualifiait la représentation d’inadmissible comme une ” image pornographique”. Pour échapper  à la justice française pendant 5 ans, Facebook tentera d’être jugé aux Etats-Unis. Sans succès puisqu’en Février 2016, la cour d’appel de Paris a confirmé la compétence des tribunaux français pour se charger de l’affaire.

Il n’y a pas si longtemps encore, Donald Trump écrivait à la fois sur Twitter et Facebook à propos des émeutes survenues après la mort d’un noir de 46 ans  étouffé au niveau du cou par le  genou d’un policier à Minnéapolis.  « Ces voyous déshonorent la mémoire de George Floyd  et je ne laisserai pas cela se produire. Je viens de parler au gouverneur Tim Walz et de lui dire que les militaires seront à ses côtés tout le temps. Au moindre problème, nous prendrons le contrôle, mais quand les pillages commencent, les tirs commencent. Merci ! » Censuré par Twitter,  pour son incitation  à la violence, ce message ne pose pas de problème pour Facebook malgré sa charte morale en vigueur. Accusé par des salariés du groupe d’y déroger, plus particulièrement  sur le fait que  depuis des années, le président Trump bénéficierait d’une exception aux standards de la communauté de Facebook en  ne cessant de publier des messages odieux et ciblés qui auraient entraîné la suspension de tout autre utilisateur. Après ce soutien avéré de Trump par Zuckerberg, sachant que Facebook ne compte que seulement 3,8 % de  salariés noirs selon son propre rapport sur la diversité dans l’entreprise (source Médiapart), on ne peut pas s’empêcher d’être pour le moins très circonspect sur l’attachement à la liberté d’expression de son dirigeant. Facebook prend ouvertement  le parti des puissants, des grands médias, des laboratoires pharmaceutiques contre un médicament populaire, et sans jamais censurer Trump, qui a pourtant toujours défendu le médicament jusqu’à en absorber lui-même à titre préventif. 

Avec un chiffre d’affaire de 12,5 milliards de dollars, Facebook est le réseau social le plus utilisé dans le monde, mais  le plus controversé par les internautes et par de nombreux gouvernements qui dénoncent ses abus, particulièrement à propos de la vie privée des utilisateurs. Comment rester indifférent à la conduite du premier réseau social au monde avec 2,13 milliards d’utilisateurs actifs loin devant Twitter et ses 330 millions d’usagers, qui, à l’instar de sociétés semblables, pratique l’ “optimisation fiscale”  dans  le bien connu paradis qualifié de même, les Îles Caïman, pour ce qui relève plus d’une évasion à l’impôt notamment français. Sa société Facebook Ireland Holdings dispose d’un statut “hybride“,  qui lui permet d’être résidente fiscale aux îles Caïmans (source Le Monde).

Alors faut-il se résoudre à considérer nos étudiant.e.s comme faisant partie d’une génération sacrifiée, bien esseulée sans prévention face à l’innovation  et l’avalanche des réseaux sociaux. Sans garde -fous au moins parentaux, elle était à la merci tous de Fessebouc et ses fausses promesses, des réseaux sociaux comme du reste, du téléphone portable. Mais la génération sacrifiée actuelle sera -t-elle en mesure de réduire Fessebouc à un usage mieux approprié à un réel enseignement, et dénué des chausses trappes qui en dévoient les bonnes intentions ? Comment se fait-il que ce problème ne soit encore pas même abordé à l’ESAA ?

La durée journalière  moyenne d’utilisation de son smartphone est aujourd’hui de 2 heures 12 minutes … Selon la rumeur, il paraîtrait que Fessebouc dégringole dans les usages des jeunes au profit de WhatsApp, Instagram, Snapchat, Tic-Toc (dans le désordre) …

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.