Commentaire critique de conférence : «Une urne cinéraire étrusque de la période hellénistique. Évaluation d’une méthode de nettoyage aqueux à base d’un gel d’agar sur une terre cuite avec une polychromie mate»

   Lors de la Journée d’Étude, de Recherche et d’Innovation (JERI) qui s’est déroulé au MUCEM à Marseille le 2 octobre 2014, la conservatrice-restauratrice Diane BEAUGNON a présenté « Une urne cinéraire étrusque de la période hellénistique, évaluation d’une méthode de nettoyage aqueux à base d’un gel d’agar sur une terre cuite avec une polychromie mate », dont il sera question ici. Les recherches et travaux exposés sont issus de son mémoire de diplôme soutenu à l’INP en 2012.

   L’objet support de sa recherche est une urne cinéraire étrusque provenant de Chiusi (Italie). Aujourd’hui conservée au Louvre, elle date de la seconde moitié du IIe siècle avant J-C. Comme l’indique sa dénomination, les cendres du défunt y étaient déposées mais elles n’y sont plus conservées aujourd’hui. L’urne est composée de deux parties : la cuve, possédant un bas relief en façade et le couvercle, représentant un personnage masculin étendu dans l’attitude pour un banquet.
Dans un premier temps, Diane BEAUGNON a cherché à dater les deux parties de l’urne qui ne semblaient pas contemporaines, ne semblant pas du même style, n’étant pas composées des mêmes matériaux et n’étant pas issu de pas même technique de fabrication. La datation a permis de montrer que l’ensemble était antique mais que l’association des deux éléments était moderne et arbitraire, datant probablement du 19ème siècle. Il existe d’ailleurs d’autres urnes cinéraires conservées dans les musées où cette association de la cuve et du couvercle, bien que n’étant pas d’origine, a été effectuée. Le musée du Louvre a souhaité conserver cette association.
Un « empoussièrement et un encrassement généralisé altéraient la perception de l’oeuvre », celle-ci étant néanmoins en très bon état. A la vue des photographies de l’objet avant intervention, le motif de l’empoussièrement a semblé plutôt relatif puisque ce dernier ne gênait pas la compréhension des figures des bas-reliefs. L’empoussièrement peut apparaître comme prétexte à une intervention que l’objet ne nécessitait pas. Bien que la présence discrète de polychromie rouge, rose, bleue, brune sur les bas-reliefs de la cuve ait été mentionnée en début de présentation, l’intervention n’a pas été présentée dans le but de les restituer.

   En vue du dépoussiérage de l’urne cinéraire, la méthode la mieux adaptée à l’objet a été recherchée. Le gel d’agar a été testé lors de la mise en place d’un protocole sur un pot en terre cuite empoussiéré artificiellement. Le gel d’agar a alors présenté plusieurs avantages. Il est retiré en une seule fois par pelage et ne laisse aucune trace alors que d’autres gels nécessitent d’être rincés. L’action mécanique sur l’objet est ainsi réduite, et on ne constate pas d’altérations chromatiques. L’étude a été poussée jusqu’à des tests de développement de moisissure sur les pots en terre cuite traités au gel d’agar.
Suite à ces recherches, des essais ont été effectués sur l’objet même. Le pinceau doux et la gomme n’ont pas donné de résultats concluants. Le coton et l’eau déminéralisée entrainant une perte de matière, le gel d’agar s’est donc révélé être la méthode la mieux adaptée pour le nettoyage de la cuve de l’urne. Diane BEAUGNON a mentionné un encrassement particulièrement important dans la zone près de la cuve où l’on mettait les cendres. Cette remarque m’a paru très importante puisqu’il pouvait s’agir de traces d’usage et j’ai regretté qu’elle n’ait pas développé ce propos et que l’on ne sache pas si le dépoussiérage a été effectué à cet endroit.

   Pour conclure, cette intervention fut très intéressante. La recherche d’un traitement particulier qu’est le gel d’agar montre une bonne enquête antérieure et une bonne connaissance de l’objet étudié. La mise en place d’un protocole paraissant adapté, fut appréciable. Le gel d’agar montre des propriétés très intéressantes mais son utilisation semble assez restreinte. Dans le cas présent, il n’a été utilisé que sur la cuve de l’urne.
Enfin, l’intervention a permis de rendre les polychromies plus visibles mais il a aussi réuni esthétiquement les deux pièces composant l’urne. En voyant la photographie après intervention, l’ensemble est plus harmonieux et le dépoussiérage semble avoir permis finalement de respecter  la décision du musée bien au-delà de la seule conservation de cet assemblage.

Marie Bastard M1 CR/ESAA 2014-2015,

contact: bastard.marie@laposte.net


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.