Résumé et commentaire critique de la conférence « L’oculométrie cognitive ou la perception d’une image. Le cas d’une œuvre lacunaire : La vie de Saint-André, panneau peint catalan, fin XIIIème siècle ».

Présentation du sujet d’Amaël Rivoal-Mourelot, « L’oculométrie cognitive ou la perception d’une image. Le cas d’une œuvre lacunaire : La vie de Saint-André, panneau peint catalan, fin XIIIème siècle (Paris musée des Arts décoratifs.) ». Lors des JERI 2014, a été exposé le sujet de son mémoire de master II restauration du patrimoine mention restauration picturale réalisé en 2012.

L’oculométrie cognitive est un procédé peu employé dans le domaine de la conservation-restauration et ses applications semblent pouvoir apporter des améliorations dans celui-ci. Au cours de cet exposé, Amaël R-M a tout d’abord présenté le tableau peint sur lequel a porté son sujet d’étude, et a continué par une genèse de la technique de l’oculométrie cognitive. Le cœur de cet exposé a été la présentation du procédé utilisé et des résultats obtenus au travers de nombreux graphiques.

Il faut savoir que l’oculométrie cognitive est une technique permettant l’enregistrement du mouvement des yeux par un repérage en temps réel de la position du regard. Ce système capte la réflexion de rayons infrarouges envoyés sur la cornée oculaire. Les modes d’enregistrement varient mais dans le cas présent Amaël R-M a utilisé des lunettes dotées de caméras. Les informations récoltées permettent de connaitre le temps de fixation d’un individu, le temps d’intérêt et le nombre de fixations par zone sur un support donné. On retrouve l’utilisation de cette technologie dans des études psychologiques, marketing, simulations virtuelles etc… Les usages sont nombreux et même une étude a été menée par la Tate Britain en soumettant à la perception du public deux types de restaurations (monochrome ou illusionniste).

 Hormis l’exemple précédent, cette technique a rarement été utilisée dans le domaine de la conservation-restauration mais Amaël R-M a présenté cette méthode comme une manière de pallier l’absence d’approche scientifique dans le choix de restitution des lacunes pour la restauration des peintures. L’oculométrie cognitive lui a permis dans un premier temps de localiser les zones lacunaires gênantes pour la lisibilité et l’appréciation esthétique de « la vie de Saint-André». Puisque la détérioration de restaurations antérieures a modifié le support et l’aspect visuel, des lacunes ont provoqué aussi une interruption dans l’image par leur forme et leur couleur. Avec les méthodes habituelles, les lacunes faisant obstacle à la compréhension des scènes de l’œuvre seraient déterminées puis restaurées de manière arbitraire par le restaurateur. Aussi, avec cette méthode, les zones les plus problématiques sont déterminées avec certitude.

Au cours de son processus expérimental, Amaël R M a fait appel à plusieurs groupes d’individus auxquels elle a fait suivre un protocole préétabli à l’aide des lunettes, puis leur a fait remplir un questionnaire. Elle a pris la décision de distinguer novices et experts (conservateurs, historiens de l’art …) parmi ce groupe d’individus avant de faire respecter par chacun le même protocole. Aboutissant à la réalisation de graphiques statistiques, la première étape a consisté à confronter le regardeur à l’œuvre pour y étudier le parcours de son regard ainsi que le temps d’intérêt accordé à différentes parties composant l’œuvre. Tout cela a été enregistré grâce aux lunettes et retranscrit par un graphique qui a été superposé au tableau. On pouvait par exemple constater que l’œil contourne la lacune lorsqu’il parcourt les différents registres du tableau. La deuxième étape a consisté à lui faire répondre à un questionnaire pour étudier sa compréhension de l’œuvre et son appréciation des différentes parties qui la composent selon son état de détérioration. On a vu alors que quel que soit sont degré de connaissance, le spectateur préférait une image complète quand bien même il était capable de comprendre le contenu de ce qu’il voyait.

Dans l’ensemble, le travail de recherche semble avoir été mené de manière rigoureuse. Cependant, pour un auditoire novice cet exposé a été difficile d’accès en un temps très court. La présentation des graphiques statistiques qui ont été projetés et les explications sur le protocole de travail ont beaucoup  détourné l’attention de l’objectif de cette étude qui, a priori, visait à démontrer comment l’oculométrie pouvait permettre d’orienter un choix de restauration ou de non restauration. L’importance donnée à la technique peut avoir été disproportionnée sachant que les restaurations réalisées sur l’œuvre ont été limitées pour une question déontologique. En effet, si la restauratrice avait dû se fier uniquement aux résultats produits par l’étude par l’oculométrie cognitive, une restauration illusionniste aurait du être pratiquée. Seulement, la place donnée à la technique de l’oculométrie n’a-t-elle pas été disproportionnée? Car après tout, il s’agit avant tout d’un outil au service de la conservation-restauration dont le but est de perfectionner la démarche du restaurateur.

Rappelons que le temps de parole de l’oratrice a été réduit par la présentation précédente qui a empiété sur son créneau horaire. Aussi le temps de la partie concernant les choix de restauration, traitée en fin de présentation, a peut-être été trop brève pour un approfondissement de l’argumentaire.

Concernant la méthodologie appliquée lors de cette étude, des interrogations se posent. En premier lieu, la manière d’étudier le degré de connaissances artistiques des individus non-professionnels ayant participé à cette étude n’a pas été abordée, sachant qu’un individu passionné peut avoir autant de capacité à reconnaître et apprécier un tableau de maître qu’un professionnel selon son intérêt personnel ou son milieu culturel. Il n’est pas indiqué sur quels critères il a été décidé que les individus novices choisis par Amaël R M font partie d’un groupe représentatif. Pourquoi n’a-t-elle pas mis les spectateurs dans des conditions d’étude similaires à celles de l’exposition de l’œuvre? Lors de l’expérience, le regardeur est assis sur une chaise à une distance de l’œuvre établie . Ce qui a très certainement joué sur la perception de celle-ci, tant sur le sens que sur l’appréciation esthétique.

Comme la remarque a déjà été faite sur d’autres textes traitant des interventions menées au cours des Journées d’Etude et de Recherche, la thématique annoncée, « le patrimoine méditerranéen », a été reléguée au second plan derrière les technologies utilisées pour les étudier, il n’en reste pas moins que beaucoup est à retenir de cette intervention. La conférence d’Amaël R-M transmet l’idée que l’utilisation de l’oculométrie cognitive est particulièrement novatrice dans le domaine de la conservation-restauration des images peintes. Il a pu être envisageable de l’utiliser afin de perfectionner une technique fondée sur l’appréciation subjective du conservateur-restaurateur dans le choix des types de restaurations à effectuer et des zones à retoucher. Cependant, l’apparition de cette technologie dans la conservation-restauration est récente et n’a pas eu l’occasion d’être souvent expérimentée. Il parait donc normal qu’elle ne soit pas encore parfaitement maîtrisée. Abordée avec rigueur au cours de cette étude, la démarche d’Amaël R-M pourrait probablement apporter beaucoup au domaine de la restauration picturale en étant poursuivie.


Une réflexion au sujet de « Résumé et commentaire critique de la conférence « L’oculométrie cognitive ou la perception d’une image. Le cas d’une œuvre lacunaire : La vie de Saint-André, panneau peint catalan, fin XIIIème siècle ». »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *