Recommandations de l’ ECCO

DIRECTIVES PROFESSIONNELLES DE

LEuropean Confederation of Conservators Organizations.

LA PROFESSION
Texte promu par la Confédération Européenne des Organisations de Conservateurs-restaurateurs et adopté par son assemblée générale à Bruxelles 1 Mars 2002.

Préambule

Les objets, constructions et environnements auxquels la société attribue notamment des valeurs esthétique, artistique, documentaire, environnementale, historique, scientifique, spirituelle et  sociale, sont couramment désignés par “patrimoine culturel” et constituent un patrimoine culturel matériel susceptible d’être transmis aux générations à venir.

Comme il est confié à la garde du conservateur-restaurateur par la société, il / elle a la responsabilité non seulement du patrimoine culturel lui-même, mais aussi vis à vis du propriétaire ou du dépositaire légal, de l’auteur ou du créateur, du public et de la postérité. Les conditions suivantes servent à protéger tout le patrimoine culturel indépendamment de son propriétaire, l’âge, l’état de l’exhaustivité ou la valeur.

I. Définition du Conservateur-Restaurateur

Le conservateur-restaurateur est un professionnel qui a la formation, les connaissances, les compétences, l’expérience et la compréhension d’agir dans le but de préserver le patrimoine culturel pour l’avenir, et selon les considérations énoncées ci-dessous.

Le rôle fondamental de conservateur-restaurateur est la préservation du patrimoine culturel au profit des générations actuelles et futures. Le Conservateur-Restaurateur contribue à la perception, l’appréciation et la compréhension du patrimoine culturel à l’égard de son contexte environnemental et de son importance et physiques . propriétés

Le conservateur-restaurateur se engage la responsabilité et effectue la planification stratégique; diagnostic examen;l’élaboration de plans de conservation et de traitement des propositions; la conservation préventive; . traitements et la documentation des observations et des interventions de conservation-restauration

Examen diagnostic consiste en l’identification, la détermination de la composition et l’ évaluation de l’état du patrimoine culturel; l’identification, la nature et l’étendue des altérations; l’ évaluation des causes de la détérioration et de la détermination de la nature et l’étendue de traitement nécessaire.

Il comprend l’étude des informations pertinentes existantes.

conservation préventive consiste en une action indirecte à retarder la détérioration et prévenir les dommages en créant des conditions optimales pour la préservation du patrimoine culturel dans la mesure où cela est compatible avec son utilisation sociale.

La conservation préventive englobe également correcte manipulation, le transport, l’utilisation, le stockage et l’affichage. Il peut également porter sur des questions de la production de fac-similés dans le but de préserver l’original.

conservation se compose principalement de l’action directe menée sur le patrimoine culturel dans le but de stabiliser l’état et de retarder la détérioration.

La restauration consiste à intervenir directement sur ​​endommagées ou détériorée patrimoine culturel dans le but de faciliter la perception, l’appréciation et la compréhension, tout en respectant autant que possible son esthétique, historique et les propriétés physiques.

La documentation se compose de l’enregistrement pictural et écrite précise de toutes les procédures menées, et de la logique derrière eux. Une copie du rapport doit être soumis au propriétaire ou gardien de l’culturelle patrimoine et doit rester accessible. Les autres exigences pour le stockage, la maintenance, affichage ou l’accès aux biens culturels doivent être spécifiées dans le présent document.

Le record reste la propriété intellectuelle de conservateur-restaurateur et doit être conservé pour une future référence.

En outre, ce est dans le conservateur- la compétence de restaurateur à:

* élaborer des programmes, des projets et des enquêtes dans le domaine de la conservation-restauration
* fournir des conseils et une assistance technique pour la préservation du patrimoine culturel
* préparer des rapports techniques sur le patrimoine culturel (exclusion de tout jugement de sa valeur de marché)
* mener des recherches
* élaborer des programmes éducatifs et d’enseigner
* diffuser l’information tirée de l’examen, traitement ou de recherche
* promouvoir une compréhension plus profonde du domaine de la conservation-restauration

II. Éducation et formation

pour maintenir les normes de la profession, l’éducation et la formation professionnelle de conservateur-restaurateur doit être au niveau de l’une maîtrise universitaire (ou équivalent reconnu) en conservation-restauration. La formation est détaillée dans «ECCO lignes directrices professionnelles III”.

Conservation-restauration est un domaine complexe et en évolution rapide. Par conséquent, la qualifiée conservateur-restaurateur a une responsabilité professionnelle de garder à jour avec les nouvelles découvertes, et se assurer que il / elle pratique sa / sa profession conformément à la pensée éthique actuel. Développement professionnel continu est plus en détail dans “ECCO lignes directrices professionnelles II”.

III. Distinction d’autres disciplines connexes

Conservation-restauration est distincte de domaines connexes (par exemple de l’art et de l’artisanat) dans que son objectif principal est la préservation du patrimoine culturel, par opposition à la création de nouveaux objets ou entretien ou la réparation des objets dans un sens fonctionnel.

Le Conservateur-Restaurateur se distingue des autres professionnels par son / sa formation spécifique en conservation-restauration.

ECCO lignes directrices professionnelles (II):
CODE DE DÉONTOLOGIE

Promu par la Confédération européenne des organisations de conservateurs-restaurateurs et adopté par son assemblée générale Assemblée, Bruxelles, 7 mars 2003

Principes I générales pour l’application du Code de

l’article 1: Le Code de déontologie énonce les principes, les obligations et le comportement que chaque conservateur-restaurateur appartenant à une organisation membre de ECCO devraient se efforcer dans la pratique de la profession.

Article 2: La profession de conservateur-restaurateur constitue une activité d’intérêt public et doit être pratiquée dans le respect de toutes les lois et accords, nationales et européennes pertinentes en particulier celles concernant les biens volés.

Article 3: Le Conservateur-Restaurateur travaille directement sur ​​le patrimoine culturel et est personnellement responsable aupropriétaire, à l’héritage et à la société. Le conservateur-restaurateur est habilité à exercer sans entrave à son / sa liberté et l’indépendance.

Le conservateur-restaurateur a le droit en toutes circonstances de refuser toute demande dont il / elle croit est contraire aux termes ou l’esprit du présent Code.

Le Conservateur -Restorer a le droit de se attendre à ce que toutes les informations pertinentes concernant un projet de conservation-restauration (de toute taille) est donné à elle / lui par le propriétaire ou le gardien.

Article 4: Le non-respect des principes, des obligations et des interdictions du Code constitue la pratique professionnelle et apportera la profession dans le discrédit. Il est de la responsabilité de chaque organisme professionnel national pour se assurer que ses membres se conforment à l’esprit et à la lettre du Code, et de prendre des mesures dans le cas de non-respect avéré.

II obligations envers le patrimoine culturel

Article 5: Le Conservateur-Restaurateur doit respecter la signification esthétique, historique et spirituelle et l’ intégrité physique du patrimoine culturel confié à son / ses soins.

Article 6: Le Conservateur-Restaurateur, en collaboration avec d’autres collègues professionnels impliqués dans le patrimoine culturel, doit prendre en compte les exigences de son usage social tout en préservant la culture . patrimoine

Article 7: Le conservateur-restaurateur doit travailler pour les plus hauts standards indépendamment de toute opinion de lavaleur de marché du patrimoine culturel. Bien que les circonstances peuvent limiter l’étendue d’une action de conservateur-restaurateur, respect du code ne doit pas être compromise.

Article 8: Le Conservateur-Restaurateur doit prendre en compte tous les aspects de la conservation préventive avant d’effectuer un travail physique sur le patrimoine culturel et devrait limiter le traitement que ce qui est nécessaire.

Article 9: Le Conservateur-Restaurateur doit se efforcer d’utiliser uniquement des produits, des matériaux et des procédures qui, . selon le niveau actuel des connaissances, ne nuira pas à l’héritage culturel, l’environnement ou les personnes

L’action lui-même et les matériaux utilisés ne doivent pas interférer, si possible, avec tout futur examen, traitement ou d’analyse. Ils devraient également être compatibles avec les matériaux de la culturelle patrimoine et être aussi facilement et complètement réversible que possible.

Article 10: Le traitement de conservation-restauration du patrimoine culturel doit être documentée dans écrites et picturales dossiers de l’examen de diagnostic, toute conservation / restauration intervention et d’autres informations pertinentes. Le rapport devrait également inclure les noms de tous ceux qui ont effectué les travaux. Une copie du rapport doit être soumis au propriétaire ou le gardien du patrimoine culturel et doit rester accessible. Le record reste la propriété intellectuelle de conservateur-restaurateur et doit être conservée pour référence future.

Article 11: Le Conservateur-Restaurateur doit procéder qu’à des travaux il / elle est compétente pour effectuer. Leconservateur-restaurateur ne doit ni commencer ni continuer un traitement qui ne est pas dans le meilleur intérêt dupatrimoine culturel.

Article 12: Le Conservateur-Restaurateur doit se efforcer de l’enrichir / ses connaissances et compétences dans le but constant d’améliorer la qualité de son / son travail professionnel. Le conservateur-restaurateur doit se efforcer de l’enrichir / ses connaissances et compétences dans le but constant d’améliorer la qualité de son / son travail professionnel. Le conservateur-restaurateur doit se efforcer de l’enrichir / ses connaissances et compétences dans le but constant d’améliorer la qualité de son / son travail professionnel.

Article 13: si nécessaire ou approprié, conservateur-restaurateur doit collaborer avec d’autres professionnels et doit participer avec dans un échange complet d’informations.

Article 14: En cas d’urgence où le patrimoine culturel est en danger immédiat, le conservateur-restaurateur -indépendamment de sa / son domaine de spécialisation – doivent fournir toute l’assistance possible.

Article 15: Le Conservateur-Restaurateur doit pas enlever de la matière patrimoine culturel sauf si cela est indispensable à sa conservation ou entrave de façon importante la valeur historique et esthétique du patrimoine culturel. Matériaux qui sont enlevés doivent être conservés, si possible, et la procédure entièrement documentés.

Article 16: Lorsque l’usage social du patrimoine culturel est incompatible avec sa préservation, le Conservateur-Restaurateur doit discuter avec le propriétaire ou le gardien légal, que ce soit faire une reproduction de l’ objet serait une solution intermédiaire appropriée. Le conservateur-restaurateur doit recommander propres procédures de reproduction afin de ne pas endommager l’original.

III Obligations au propriétaire ou juridique Dépositaire

Article 17: Le Conservateur-Restaurateur doit informer le propriétaire totalement de toute action nécessaire et préciser lesmoyens les plus appropriés de soins continus .

Article 18: Le Conservateur-Restaurateur est lié par le secret professionnel. Afin de faire une référence à une partie identifiable du patrimoine culturel il / elle doit obtenir le consentement de son propriétaire ou morale dépositaire.

Article 19: Le Conservateur-Restaurateur ne doit jamais favoriser le commerce illicite du patrimoine culturel, et doit travailler activement à s’y opposer. Lorsque la propriété juridique est mise en doute, le conservateur-restaurateur doit vérifier toutes les sources d’information disponibles avant que le travail est effectué.

IV Obligations envers les collègues et la profession

Article 20: Le Conservateur-Restaurateur doit maintenir un esprit de respect de l’intégrité et de la dignité des collègues, la profession Conservation-restauration, et des professions connexes et professionnels

Article 21: Le Conservateur-Restaurateur doit, dans les limites de sa / ses connaissances, de compétence, de temps et de moyens techniques, participer à la formation des stagiaires et assistants.

Le Conservateur -Restorer est chargé de superviser les travaux confiés à ses / ses assistants et des stagiaires et a la responsabilité ultime pour le travail accompli sous sa / son contrôle il / elle doit maintenir un esprit de respect et d’intégrité envers ces collègues.

Article 22: Lorsque le travail est (en tout ou en partie) sous-traitée à un autre conservateur-restaurateur, pour une raison quelconque, le propriétaire ou le gardien doit être tenu informé. L’original conservateur-restaurateur est l’ultime responsable de l’œuvre, à moins que des arrangements préalables sont faites à l’effet contraire.

Article 23: Le Conservateur-Restaurateur doit contribuer au développement de la profession par l’échange d’expérience et d’information.

Article 24: Le Conservateur-Restaurateur doit se efforcer de promouvoir une meilleure compréhension de la profession et uneplus grande prise de conscience de la conservation-restauration entre autres professions et le public.

Article 25: Documents concernant la conservation-restauration pour lequel le conservateur-restaurateur est responsable sontson / sa propriété intellectuelle (sous réserve de la conditions de son / son contrat de travail). Il / elle a le droit d’ être reconnu comme l’auteur de l’œuvre.

Article 26: Participation dans le commerce de biens culturels ne est pas compatible avec les activités du conservateur-restaurateur.

Article 27: Lorsque un professionnel conservateur-restaurateur se engage travail est hors du champ de la conservation-restauration, il / elle doit se assurer qu’il ne entre pas en conflit avec ce Code.

Article 28: Afin de maintenir la dignité et la crédibilité de la profession, le conservateur-restaurateur devrait employer que des formes appropriées et informatives de publicité dans rapport à sa / son travail. Une attention particulière doit être exercée dans le cadre de technologies de l’information (TI) afin d’éviter la diffusion d’inapproprié, informations trompeuses, illégale ou non autorisée.

Remerciements

La Confédération européenne des organisations de conservateurs-restaurateurs (ECCO) a préparé les ECCO  lignes directrices professionnelles sur la base du étude des documents des organisations nationales et internationales pour la conservation-restauration et du patrimoine. Le «conservateur-restaurateur: une définition de la profession» (ICOM-CC, Copenhague 1984) a été le premier document adopté par ECCO

ECCO lignes directrices professionnelles (III):

Promu par la Confédération européenne des organisations de conservateurs-restaurateurs et adoptés par son assemblée générale Assemblée, Bruxelles 2 Avril 2004

I. Les objectifs fondamentaux de l’éducation en conservation-restauration

éducation doit être fondée sur les normes éthiques les plus élevées de la profession, visant à respecter l’ unicité du patrimoine culturel et son esthétique, artistique, documentaire, environnementale, historique, importance scientifique, sociale ou spirituelle . Après une formation achevée, les diplômés doivent être capables de travailler de façon responsable dans le domaine de la conservation-restauration du patrimoine culturel, y compris les plus aspects techniques, scientifiques et artistiques spécialisés. Ils devraient être en mesure de collaborer avec tous les autres professions concernées par la préservation du patrimoine culturel. Les diplômés doivent également être capables de la recherche indépendante dans le domaine de la conservation-restauration et de la technologie historique et techniques. L’ éducation vise également à développer toutes les autres capacités importantes, comme indiqué dans le ECCO professionnels I. Lignes directrices

II. Niveau de scolarité

Le niveau minimum d’entrée dans la profession comme un qualifié conservateur-restaurateur doit être au niveau de la maîtrise (ou équivalent reconnu). Ceci devrait être réalisé par une période d’études à temps plein dans la conservation-restauration d’au moins 5 années dans une université (ou à un niveau équivalent reconnu) et devrait comprendre des stages pratiques bien structurés. Elle devrait être suivie par la possibilité de l’étude au niveau du doctorat. L’éducation théorique et formation pratique sont d’une grande importance, et doivent être organisées en bon équilibre. Après la réussite d’un examen final le candidat se voit décerner un diplôme. Une référence aux spécialités étudiées devrait être accordée.
Selon les situations nationales, il peut aussi être utile pour évaluer la pratique professionnelle pour confirmer la capacité de conservateur-restaurateur de travailler, éthique et compétente dans son / sa spécialité.

III. Formation pratique

La formation pratique doit impliquer le traitement des objets originaux jugés particulièrement adapté pour didactiques fins.Les objets choisis devraient donner matière à une étude de cas bien documenté, y compris technique examen, le diagnostic et leur traitement. Dès le début de leur formation, ces études de cas font les élèves à comprendre chaque objet comme un cas unique dans la manière la plus axée sur la pratique. En outre, cas d’études offrent la meilleure possibilité d’intégrer tous les aspects théoriques, méthodologiques et éthiques de la conservation-restauration dans la formation pratique. L’étude et la pratique de techniques historiques, la technologie et les procédés de fabrication de matériaux connexes sont encouragés, car ils favorisent une plus grande compréhension des aspects physiques, historiques et artistiques du patrimoine culturel.

IV. Instruction théorique

Un équilibre entre la science et les sciences humaines est indispensable pour l’enseignement théorique. Les théoriques sujets devraient être déterminés par la spécialisation dans le domaine de la conservation / restauration et devraient inclure: 

* principes éthiques de la conservation-restauration 
* Science (par exemple la chimie, la physique, la biologie, la minéralogie, la théorie des couleurs) 
* humaines (par exemple, l’histoire, la paléographie, histoire de l’art, l’archéologie, l’ethnologie, la philosophie) 
* Histoire des matériaux et des techniques, des technologies et des procédés de fabrication 
* identification et l’étude des processus de détérioration 
* Affichage et de transport des biens culturels 
* Théorie, méthodes et techniques de conservation, la conservation préventive et la restauration 
* Processus impliqués dans la fabrication de reproductions d’objets 
* méthodes de documentation 
* Méthodes de recherche scientifique 
* Histoire de Conservation-restauration 
* Questions juridiques (par exemple, les statuts professionnels, droit du patrimoine culturel, de l’assurance, droit des affaires et fiscalité) 
* Gestion (collections, le personnel et les ressources) 
* Santé et sécurité (y compris les questions environnementales) 
* compétences de communication (y compris les technologies de l’information)

Recommandation européenne pour la conservation et la restauration du patrimoine culturel, approuvée par l’Assemblée générale de l’E.C.C.O. , Bruxelles, 17 mars 2008

RECOMMANDATION SUR LA CONSERVATION-RESTAURATION DU PATRIMOINE CULTUREL
Le Comité des Ministres, en vertu de l’article 15.b du Statut du Conseil de l’Europe,

Considérant que le but du Conseil de l’Europe est de réaliser une union plus étroite entre ses membres, afin, notamment, de sauvegarder et de réaliser les idéaux et principes qui sont leur patrimoine commun ;

Vu la Convention culturelle européenne signée à Paris le 19 décembre 1954, notamment son article 1 ;

Vu la Convention pour la sauvegarde du patrimoine architectural de l’Europe, ouverte à la signature à Grenade le 3 octobre 1985, reconnaissant que le patrimoine architectural constitue « une expression irremplaçable de la richesse et de la diversité du patrimoine culturel de l’Europe, un témoin inestimable de notre passé et un bien commun à tous les Européens », notamment ses articles 6, 8, 10 paragraphes 2, 17, paragraphes 3, 18 et 19 ;

Vu la Convention européenne pour la protection du patrimoine Archéologique (révisée) signée à La Valette le 16 janvier 1992, soulignant que « la responsabilité de la protection du patrimoine archéologique incombe non seulement à l’État directement concerné, mais aussi à l’ensemble des pays européens, afin de réduire les risques de dégradation et de promouvoir la
conservation, en favorisant les échanges d’experts et d’expérience », notamment ses articles 3 paragraphe i-b), et 4 paragraphe ii ;

Vu la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société, signée à Faro le 27 octobre 2005, mettant en exergue « la valeur et le potentiel du patrimoine culturel bien géré en tant que ressource de développement durable et de qualité de la vie dans une société en constante évolution », notamment ses articles 1er, 9 et 11 b) ;

Vu les résolutions de la 2e Conférence européenne des ministres responsables du patrimoine architectural, tenue à Grenade les 3 et 4 octobre 1985, notamment la Résolution n° 3 relative à l’impact économique de la conservation du patrimoine ;

Vu les résolutions de la 3e Conférence européenne des ministres responsables du patrimoine architectural, tenue à La Valette les 16 et 17 janvier 1992, notamment la Résolution n° 3 sur les priorités d’un projet paneuropéen pour le patrimoine culturel ;

Vu les résolutions de la 4e Conférence européenne des ministres responsables du patrimoine architectural, tenue à Helsinki les 30 et 31 mai 1996, notamment la Résolution n° 2 sur le patrimoine culturel, facteur de développement durable ;

Vu ses recommandations antérieures : Reconnaissant que le patrimoine culturel constitue, non seulement, une expression
irremplaçable de la richesse et de la diversité culturelle de l’Europe, mais aussi, une ressource de développement durable et de qualité de la vie dans une société en constante évolution ;

Considérant que les interventions sur le patrimoine culturel doivent veiller au respect de son intégrité et ne pas compromettre ses valeurs intrinsèques ;

Estimant que la conservation-restauration du patrimoine culturel est un des facteurs essentiels pour assurer sa transmission aux générations futures ;

Observant que les questions spécifiques de conservation-restauration doivent être prises en compte lors de la définition par les États membres de politiques globales pour assurer la protection et la sauvegarde de leur patrimoine culturel ;

Soulignant que la haute qualité des interventions sur le patrimoine culturel ne peut être assurée qu’à travers des systèmes de qualification professionnelle y compris ceux intégrant la formation tout au long de la vie, pour la reconnaissance professionnelle des personnes, des entreprises et des organismes en charge de la conservation-restauration ;

Faisant valoir qu’il faut protéger et sauvegarder le patrimoine culturel en mettant en œuvre, lorsque cela est nécessaire, des interventions et/ou des mesures préventives de conservation-restauration garantissant la pérennité du patrimoine culturel et le respect de ses valeurs,

Recommande aux gouvernements des États membres :

• de se référer aux principes contenus dans la charte annexée à la présente recommandation dans l’élaboration des normes juridiques qui définissent et encadrent la conservation-restauration, ainsi que dans la mise en œuvre des stratégies de conservation-restauration de leur patrimoine culturel ;
• de garantir la qualité du travail de conservation-restauration en veillant à ce que les conditions d’accès et d’exercice de la profession de conservateur-restaurateur soient fixées dans le cadre d’un système de reconnaissance de qualification professionnelle élevée, basé sur le niveau d’études en conservation-restauration (universitaire ou équivalent reconnu) et sur la qualité de l’expérience professionnelle acquise ;
• d’encourager et de supporter le développement de formations supérieures spécialisées en conservation-restauration qui associent étroitement des enseignements théoriques et pratiques ;
• d’inclure la conservation-restauration des biens culturels parmi les mesures répondant aux objectifs de conservation intégrée du patrimoine culturel ;
• de considérer que la conservation-restauration fait partie intégrante de la planification des projets relatifs au patrimoine culturel, et qu’elle devrait être prise en considération dès la
prévision de ces projets.
• d’adapter leur législation nationale et d’orienter leur politique de conservation-restauration des biens culturels selon les principes énoncés par la présente recommandation ;
• de prendre, avec le concours et la collaboration des organisations professionnelles concernées, toutes mesures appropriées pour assurer la réalisation de ces principes, fixés par la présente recommandation.Charge le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe de transmettre la présente recommandation aux États non-membres parties à la Convention culturelle européenne. La charte annexée à la présente recommandation fait partie intégrante de celle-ci.

CHARTE RELATIVE À LA
CONSERVATION-RESTAURATION DES BIENS CULTURELS, annexée à la recommandation sur la conservation-restauration du patrimoine culturel
1. Objectifs de la conservation-restauration
La conservation-restauration contribue à la sauvegarde et à la connaissance des biens
culturels au bénéfice des générations présentes et futures, dans le respect de leurs
significations historique et esthétique, de leur intégrité physique, de leurs contextes et de
leur usage social.
2. Définition de la conservation-restauration
Par “conservation-restauration”, il faut entendre toute intervention ou toute mesure, directe ou indirecte, sur un bien culturel ou un ensemble de biens culturels, élaborée et mise en œuvre pour satisfaire les objectifs définis au 1. de la présente charte.
3. Interventions et mesures de conservation-restauration
La conservation-restauration est un ensemble cohérent, coordonné, intégré et systématique d’études et d’activités qui comprennent l’élaboration du projet, les interventions et les mesures de conservation préventive, de conservation curative et de restauration, ainsi que la documentation de chacune des phases de ce processus.
a) L’élaboration du projet comprend l’ensemble des études historiques, techniques, scientifiques et de faisabilité permettant de déterminer les objectifs et la méthodologie inhérents à la définition et l’évaluation d’une intervention en conservation restauration
L’examen diagnostique est également inclus dans l’élaboration du projet, dans la mesure où il détermine les matériaux constitutifs du bien culturel, rend compte de son état de conservation, révèle les altérations antérieures – leur nature, leur étendue, et
leurs causes – motivant les préconisations d’intervention.
b) La conservation préventive consiste à agir indirectement sur un bien culturel ou un ensemble de biens culturels, afin d’éviter ou de retarder les détériorations.
La conservation préventive s’exerce aussi, de manière impérative, lors de la manipulation, l’utilisation, le transport, le contrôle des conditions climatiques, l’entreposage et l’exposition des biens culturels.
c) La conservation curative est une intervention directe sur un bien culturel, nécessaire lorsque sa fragilité est telle, ou sa détérioration si rapide que le bien risque d’être perdu.
La conservation curative comprend notamment des interventions de stabilisation, de consolidation et de désinfestation.                    d) La restauration consiste à agir directement sur un bien qui en raison d’altérations ou de détériorations antérieures a perdu une partie de sa signification. La restauration est un ensemble complexe d’actions ayant pour but de faciliter l’appréciation, la compréhension et l’utilisation d’un bien culturel. Le plus souvent, elle modifie l’apparence et l’état du bien. La restauration comprend notamment le nettoyage, le recollage, la restitution et l’intégration des parties manquantes.                                                         e) La documentation consiste à collecter, enregistrer et organiser toutes les informations écrites et visuelles sur un bien culturel concernant son état ainsi que les interventions et les mesures décrites précédemment en a), b), c) et d). Elle comprend les arguments motivant les décisions de conservation-restauration. Cette documentation est indissociable du bien culturel.                      4. Principes de conservation-restauration                                                                                                                                                                                 Les interventions de conservation-restauration doivent répondre aux exigences suivantes :                                                                               a) La conservation-restauration doit respecter les significations historique, esthétique, spirituelle et sociale des biens culturels, et considérer à la fois leur intégrité physique et leur contexte.                                                                                                                                                  b) Les produits, matériaux et procédés mis en œuvre ne doivent pas nuire aux biens culturels, ni générer un risque injustifié à l’environnement et aux personnes. La méthodologie et le mode opératoire ainsi que les matériaux utilisés ne doivent pas compromettre, dans la mesure du possible, les examens, traitements et analyses ultérieures. La méthodologie et les matériaux utilisés doivent également être compatibles avec les matériaux constitutifs du bien culturel. Les opérations de conservation-restauration doivent être régies par le principe de réversibilité des interventions. Lorsqu’une reproduction, une duplication ou un moulage d’un bien culturel est envisagée, les procédés mis en œuvre doivent être dépourvus de dommages pour l’original.                  c) La conservation-restauration doit prendre en considération les exigences liées aux usages sociaux des biens culturels. Lorsque l’usage social du bien culturel apparaît incompatible avec sa sauvegarde, le propriétaire ou le responsable juridique du bien doit en être avisé.                                                                                                                                                                                                                                                     d) Les projets de conservation-restauration doivent résulter d’un processus décisionnel interdisciplinaire, entre le spécialiste de la conservation-restauration en charge du projet et les autres responsables intéressés. Les responsabilités de ces différents intervenants individuels ou collectifs doivent être déterminées et partagées en fonction de leurs qualifications professionnelles. La présente charte est annexée à la recommandation sur la conservation-restauration du patrimoine Culturel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.