Discussion à propos de la restauration de l'”Agneau mystique” des frères Van Eyck.

Restauration d’œuvres d’art: faut-il revenir à l’œuvre initiale de l’artiste ? 

CHARLES VAN DIEVORT, publié le dimanche 22 juin 2014 à 15h18 – Mis à jour le dimanche 22 juin 2014 à 15h33 dans La libre.be.

________________________________________________________________________

Créé en 1432 par les frères Van Eyck, le polyptyque de L’agneau mystique est une œuvre majeure souvent considérée comme le plus beau tableau du monde. Depuis plusieurs mois, il fait l’objet d’une restauration ayant mis à jour de nombreuses parties repeintes au XVIIe siècle par un inconnu.

RECTO

Livia Depuydt, responsable de l’atelier de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) et responsable de la restauration de l’Adoration de l’Agneau mystique des frères Van Eyck

Intervenir sur une œuvre n’est pas une décision facile à prendre, mais tous les experts consultés nous ont dit de le faire. Les examens effectués au cours des six derniers mois nous ont indiqué qu’on trouvera une couche picturale en bon état. L’apport pour l’histoire de l’art peut être très important. On sera plus proche de l’essence de ce que les frères Van Eyck ont voulu réaliser avec ce polyptyque.

Est-ce facile de prendre la décision de toucher à une œuvre pour retrouver ce que l’artiste a réalisé à l’origine ?

Ce n’est pas une décision facile. Il faut étudier l’œuvre, regarder quel est son état de conservation, voir quel résultat nous allons obtenir. Cela se fait au cas par cas via une étude préliminaire ou en cours de restauration. L’IRPA est un institut scientifique interdisciplinaire. On a des restaurateurs, des chimistes et des historiens de l’art qui travaillent ensemble pour étudier et documenter les œuvres. Quand on découvre qu’une œuvre a d’importants surpeints, la décision à prendre se fait en collaboration avec les équipes et une commission internationale que l’on consulte.

Qu’espérez-vous découvrir après avoir enlevé les surpeints sur “L’agneau mystique” ?

Ça peut être un apport très important pour l’histoire de l’art et la connaissance de ce polyptyque On a déjà beaucoup écrit à son sujet : est-ce vraiment l’œuvre des frères Van Eyck ? D’autres ont-ils travaillé dessus ? Est-ce un ensemble conçu comme tel au départ ou un assemblage de différents éléments ? Effectuer cette restauration va révéler la peinture de Van Eyck. Toutes les recherches en histoire de l’art pourront repartir sur des bonnes bases au niveau de l’étude des Primitifs flamands.

L’objectif est-il de retrouver l’œuvre initiale ?

On ne retourne jamais à l’œuvre initiale. On peut le croire, mais c’est un leurre. Les œuvres d’art se sont altérées avec le temps. Certaines couleurs ont viré ou sont devenues plus transparentes. Il y a un réseau de craquelures qui s’est formé. Ce sont des altérations naturelles de la matière. C’est donc vers l’état actuel de l’œuvre qu’on retourne, mais il est clair que cette œuvre sera plus proche de ce que les frères van Eyck ont voulu exprimer.

Cette démarche fait-elle débat dans le monde de la restauration et de la conservation du patrimoine ?

Il n’y a pas de polémique. Au contraire. On a demandé un avis à différents experts internationaux, à des historiens de l’art et à des chimistes restaurateurs. Ils nous ont dit quasi à l’unanimité d’intervenir. Ils nous ont donné une grande confiance, en nous expliquant que ce que nous avions déjà obtenu était bien, mais que nous pouvions encore obtenir de meilleurs résultats. À partir du moment où l’on sait, sur bases des examens effectués sur l’œuvre depuis six mois, que l’on peut trouver une couche picturale en bon état, malgré quelques lacunes évidemment, il nous a été conseillé de poursuivre.

Cela signifie-t-il que “L’Agneau mystique” tel qu’on l’a vu jusqu’à présent n’existera plus ?

Il y a des surpeints sur les éléments architecturaux qui ne sont pas bien faits et qui perturbent la vision de l’espace du polyptyque et des différentes scènes. On avait donc une mauvaise lecture. Il est vrai qu’il y a quelques surpeints complets, moins abîmés et d’une qualité acceptable qui ont une certaine valeur historique. Mais la commission d’experts a été très claire sur le traitement à poursuivre. Ils ont considéré qu’il était justifié que l’on aille plus loin étant donné le caractère unique de “L’Agneau mystique” dans la peinture flamande. On voit doucement l’œuvre apparaître et se libérer de toutes ces couches de vernis et de surpeints. On commence d’abord par tout ce qui est gênant pour la lecture de l’œuvre. On va redécouvrir les revers du polyptyque et on comprendra mieux ce qu’était un cadre dans la peinture flamande. Les cadres sont très importants parce qu’ils font intégralement partie de la peinture. Les peintres recevaient les panneaux déjà encadrés et ils peignaient ceux-ci en même temps que les panneaux. Les cadres de L’Agneau mystique étaient fort abîmés. Ils ont été découpés en deux, puis surpeints au XIXe siècle. Mais en dessous subsistait la polychromie originale. On a retrouvé une couche composée de feuilles d’argent sur lesquelles était appliqué un glacis d’or. Ça change complètement la vision que l’on a de l’ensemble. On peut donc parler de redécouverte. On retrouve mieux l’essence de ce que les frères Van Eyck ont voulu réaliser dans ce polyptyque.

VERSO

Michel Favre-Félix, président de l’Association pour le respect de l’intégrité du patrimoine (Aripa).

Il y a une sorte de fantasme de vouloir retrouver des secrets en tentant de retrouver l’œuvre telle que l’artiste l’a conçue. La découverte de ces secrets ne nécessite souvent pas de restaurer les œuvres. Des investigations approfondies et passionnantes ont été faites sur “La Joconde” sans qu’on y ait touché. La restauration engage des actions qui sont le plus souvent irréversibles.

Lorsqu’une œuvre artistique fait l’objet d’une restauration, faut-il s’attacher à la préserver ou tenter de retrouver son état original ?

La réponse serait simple si en enlevant une couche de peinture ajoutée on pouvait retrouver l’œuvre telle qu’elle a été peinte. Cependant, les situations sont bien plus compliquées. Les œuvres ont été restaurées dans le passé et une intervention aujourd’hui ne permettra pas de récupérer ce qu’il y avait précédemment.

Quels sont les risques ?

La couche surpeinte peut être en réalité une finition ou une modification faite par l’artiste comme c’était le cas sur un tableau de Turner et sur une “Adoration des bergers” de Rubens. Enlever la surcouche était une erreur, d’autant que cette suppression est définitive. L’autre risque est que, par le passé, des tableaux ont été trop nettoyés par un restaurateur qui a ensuite réparé ses dégâts. On appelle ça un “repeint”, mais étant donné que ce restaurateur a été le dernier à voir l’œuvre en bon état, il aura tenté de reconstituer au mieux les zones abîmées. En enlevant son travail, on perd une “reconstitution” et ce qu’on met au jour n’est pas l’original, mais son état dégradé. On rouvre des plaies. De ce fait, on commet une sorte de falsification. C’est grave de ne pas tenir compte de ce cas de figure car il est très fréquent. De plus, on ne peut pas éviter alors de retoucher à notre tour, ce qui distord un peu plus l’esthétique de l’œuvre. Nos retouches se veulent minimalistes, mais elles produisent un résultat abstrait, sec et moderne. C’est ce qui est arrivé à “La Cène” de Vinci à Milan. Après avoir retiré des générations de restaurations, on est tombé sur 80 % de ruines et les retouches ont donné à l’ensemble une esthétique postimpressionniste. C’est aussi ce qui est arrivé avec “Les pèlerins d’Emmaüs” de Véronèse au Louvre. Les restaurateurs découvrent un état dégradé que les analyses préalables ne sont pas capables de prévoir précisément. La reconstitution a été “modernisatrice” et totalement ratée.

Avez-vous de telles craintes concernant l’œuvre des frères Van Eyck ?

Je n’ai pas la réponse car c’est un cas très singulier. Il est troublant de voir que des drapés entiers ont été surpeints. En particulier, le manteau de Lysbette Borluut. Sur la photographie haute définition de l’Irpa, ce repeint paraît virtuose contrairement à d’autres qui sont très grossiers. On se demande jusqu’où la suppression du surpeint va conduire et pourquoi on a pris la peine de tant surpeindre ces parties au XVIIe siècle ? Dans quel état va-t-on trouver ce qu’il y a en dessous ? L’imagerie n’est jamais aussi informative qu’on le souhaiterait. Il faut donc savoir à quoi on touche.

Y a-t-il un intérêt à retrouver l’état original d’une œuvre artistique ?

Précisons qu’on ne retrouve jamais le strict état d’origine, comme au sortir de l’atelier de l’artiste, déjà parce que sa matière picturale évolue, s’altère irrévocablement avec le temps. Il y a un intérêt si l’on retrouve une matière originale en très bon état. Souvent, ce n’est pas le cas, mais on évite en général de se poser la question. On considère que toutes nos actions vont être bénéfiques alors que souvent on ne retrouve pas intact le travail de l’artiste.

Globalement, a-t-on fait plus de mal que de bien aux œuvres lorsqu’on y a touché ?

Trop souvent, on leur a fait du mal, toujours en pensant leur faire du bien. D’abord parce qu’on a restauré des œuvres qui ne le nécessitaient pas alors qu’on pouvait attendre d’avoir des moyens plus pertinents pour le faire. Ensuite parce qu’on s’est hâté d’intervenir en vue d’une exposition ou pour créer un événement en restaurant des chefs-d’œuvre.

Se rend-on compte de ça aujourd’hui ?

La profession admet encore difficilement ses erreurs. Ce n’est que dans 50 ans que nous aurons des échos de ce qui s’est passé à notre époque. Les interventions récentes ne sont pas réexaminées, comme dans les disciplines scientifiques, c’est ce qui empêche les progrès dans ce métier. En restauration, les progrès sont en partie techniques, mais ils sont surtout éthiques : savoir s’arrêter un peu plus tôt. Il existe en Italie un mouvement en architecture appelé “la restauration timide”. Celui-ci veut que la restauration soit basée sur la conservation maximale. Nous soutenons cette vision.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.