Attentats parisiens: deux entretiens pour dépasser le choc

Patriot Art © 2015Face à la sidération provoquée notamment chez les jeunes, par les événements dramatiques récents survenus à Paris, il est de la responsabilité d’un établissement d’enseignement supérieur et d’éducation aussi, de ne pas laisser les étudiants démunis après un immense élan collectif national et international. Hélas, ce rassemblement de concorde très orchestré  par les pouvoirs publics dans un unanimisme bêlant à partir d’une réaction émotionnelle naïve convertie en gargarisme idéaliste,  orgiaque et ostentatoire,  est voué à se dégonfler très vite comme une baudruche. 

Alors quelle suite donner à cette ébriété bien pensante à peu de frais ? Le terrorisme n’a-t-il pas des racines et des causes, des financements et des encouragements dans les politiques et les alliances étatiques ? Comment éviter un réflexe de peur et de crispation communautaire irréfléchies ? Comment alimenter une prise de conscience critique et restaurer un espoir chez les étudiants déjà passablement anxieux par la situation « normale » actuelle ? 

Comment être acteur notamment au moyen de l’art, d’un changement nécessaire de vivre-ensemble  auquel tout un peuple a massivement et ostensiblement manifesté son aspiration ? Vu la gravité de l’enjeu sociétal révélé par une « catharsis » médiatique, telles sont des questions qu’on ne peut mettre sous le tapis sous prétexte que l’art n’aurait pas à s’en occuper.

« La religion en tant que folie est une folie de l’irréligiosité. » Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus.

Semin’R a donc d’ores et déjà choisi de relayer la publication de deux entretiens réalisés sous la houlette de Joseph Confavreux et Antoine Perraud, pour la justesse et la vertu pédagogique de leur contenu dépris de réactivité primaire et seulement émotionnelle.

——————————————————————————-

« Olivier Roy à propos de l’islam et du djihadisme »

Olivier Roy est professeur à l’Institut universitaire européen, où il dirige le Programme méditerranéen. Il est notamment l’auteur de L’Islam mondialisé (Le Seuil, 2002), La Sainte Ignorance (Le Seuil, 2008) et En quête de l’Orient perdu (Seuil 324 p., 21,00 €).

L’entretien.

 Vous refusez la comparaison entre les attentats de Paris et le 11-Septembre 2001 ?

Oui, en termes d’intensité, cela me semble quand même différent. New York, c’est 3 000 morts, une opération minutieusement préparée, dirigée de l’extérieur ; c’est le produit de lancement d’Al-Qaïda qui passe alors à la menace stratégique globale. Ici, en France, on a des crimes commis par trois petits branleurs qui ont appris à manier la kalachnikov au Yémen. L’impact symbolique et émotionnel est considérable, mais en termes de sécurité ou de géostratégie, on n’est pas dans la même dimension.

En outre, je suis un peu surpris de l’intensité de cet impact symbolique et émotionnel, alors qu’il n’y a pas beaucoup de différence avec les tueries perpétrées par Mohamed Merah, qui n’avaient pas eu la même résonance. Il y a là un débordement affectif qui me paraît révélateur d’une angoisse profonde.

La France a connu plusieurs attentats qui n’ont pas déclenché une telle panique, ni cet appel à l’unité nationale qui me semble être le reflet d’une fausse unanimité : s’il y a unité, pourquoi rejeter le FN de la manifestation, et s’il n’y a pas unité, pourquoi faire comme si les clivages ou les différences d’opinion avaient brutalement disparu ? Ces derniers reviendront avec d’autant plus de force qu’ils auront été artificiellement gommés sous le nouveau politiquement correct.  

L’hommage aux victimes est indispensable et la compassion nécessaire, mais je ne comprends pas pourquoi il n’y a quasiment aucun mot sur les victimes de Vincennes au regard d’une telle mobilisation pour Charlie Hebdo, qui était par excellence le journal insolent, contestataire, capable de rire de tout, abhorrant les unanimismes de façade…

Comme si à chaque attentat il y avait les « vraies » victimes et des victimes collatérales ; or, si Charlie Hebdo était bien visé en tant que tel, on peut supposer que Coulibaly n’est pas entré par hasard dans un établissement juif. Et puis, je ne peux m’empêcher de sentir une forme d’auto-apitoiement corporatiste d’une partie des médias qui me semble très éloigné de l’esprit de Charlie

L’antisémitisme est-il constitutif du djihad ? 

L’antisémitisme n’est pas constitutif de la stratégie des états-majors du djihad. Ni Ben Laden, ni Baghdadi n’ont fait des juifs leur cible principale. Pour eux, le conflit israélo-palestinien n’est pas la matrice de tous les conflits : l’ennemi c’est l’Occident pour le premier, et les « hérétiques » c’est-à-dire leschi’ites, pour le second. En revanche, chez les jeunes radicaux islamistes mobilisés en Occident, l’antisémitisme est une dimension fondamentale, mais qui fait partie d’une culture partagée avec bien d’autres.

En effet, cet antisémitisme latent n’est pas spécifique aux jeunes Beurs de banlieue. Il suffit de regarder le public de Soral ou Dieudonné. Sans référentiel musulman, ils distillent un antisémitisme qui a un impact sur une jeunesse qui se sent marginalisée, quelles que soient ses références religieuses. On fait de l’islam une ligne de clivage en France, sans voir tout ce qui se partage de part et d’autre, et tout ce qui est transversal dans ces formes de violence et dans cet antisémitisme, qui n’est pas spécifique aux jeunes musulmans. Il suffit de lire les commentaires des lecteurs dans les sites web des journaux et des blogs pour s’en rendre compte… 

Chérif Kouachi avait tenté de faire évader l’artificier des attentats de 1995. Existe-t-il un continuum djihadiste depuis les années 1990 ?

Oui, je ne crois pas à ces histoires de djihadistes de première, de deuxième ou de troisième génération. On invente une nouvelle génération dès qu’on ne comprend pas ce qui se passe. Il existe donc une continuité, dans la permanence de personnages comme Beghal ou dans la transmission, qui se fait notamment en prison. C’est comme dans le milieu des gangsters, il y a des figures mythiques, une transmission, une mythologisation des anciens, renforcée par le rôle pédagogique de la prison.

Cette continuité ne signifie pas qu’il n’y ait pas d’évolution. Je pense que cette évolution se situe moins sur le nombre de convertis qui, selon moi, est une constante que l’on perçoit seulement aujourd’hui – le groupe Beghal comportait déjà environ un tiers de convertis –, mais plutôt sur l’importance croissante prise par les femmes. Par conséquent, le djihad se fait désormais de plus en plus souvent en famille, entre frères, ou avec femmes et enfants, que ce soit en France ou au départ vers la Syrie…

Comment et pourquoi cette idéologie meurtrière séduit-elle de petits Parisiens ?

Ma thèse est que la raison principale de cette radicalisation est le croisement entre un référentiel musulman d’une part et d’autre part une culture de la violence, du ressentiment, de la fascination nihiliste pour un héroïsme malsain, négatif et suicidaire, celui des jeunes tueurs de Columbine qui massacrent les gens de leur école et se mettent en scène dans des vidéos en ligne avant de passer à l’action et de mourir, car la mort est toujours la fin de l’histoire (ce qui fut aussi le cas de la bande à Baader).

Le « djihad mondialisé » est pratiquement la seule idéologie globale disponible sur le marché aujourd’hui, comme la révolution était l’idéologie standard des jeunes en rupture dans les années 1970. En mettant l’accent principalement sur les éventuelles sources coraniques de la violence – un Coran que ces jeunes occidentalisés connaissent souvent d’autant plus mal qu’ils ne parlent pas ou pas bien l’arabe –, on ignore simplement la profonde continuité du terrorisme islamique avec cette culture jeune de la violence et du fantasme de toute-puissance, celle de l’effet Columbine aux États-Unis, celle qui explique le succès de films comme Scarface dans les banlieues, sans parler des jeux vidéo ou de Born to Kill.

Kalachnikov AK 47

Ce que je vais dire est à prendre avec des pincettes, mais je trouve l’exemple de Marseille intéressant. Marseille n’a jamais été partie prenante des radicalisations politiques. Dans les années 1970, la Gauche prolétarienne puis Action directe n’ont pas été représentées à Marseille. Et aujourd’hui, le radicalisme islamiste n’existe guère non plus. Alors que ces organisations de gauche radicale des années 1970 ou 1980 ont été, comme l’islamisme radical aujourd’hui, surreprésentées à Grenoble, Lyon, Lille ou Paris. Mon hypothèse est que Marseille et sa culture de violence locale et de banditisme offre des débouchés à cette culture de la violence, qui n’a alors pas besoin d’en passer par la radicalisation politique. Les jeunes gangsters de Marseille sont dans la même mise en scène de la violence spectaculaire, dans cette culture du surhomme, mais ne s’arrogent pas le droit de vie et de mort sur n’importe qui.

Mais quand on interroge les mères des gangsters ou les mères des djihadistes, on voit qu’elles sont toutes atterrées par la radicalisation religieuse ou délinquante de leurs enfants, qui ont quelque chose en commun (et d’ailleurs beaucoup de djihadistes sont d’anciens loubards). Elles ne comprennent pas pourquoi, quand elles disent à leurs fils qu’ils vont mourir, cela ne les arrête pas. Mais ces jeunes sont fascinés par la toute-puissance et le culte du surhomme. Ils savent qu’ils vont crever, mais s’en foutent. On est dans la même problématique que Mesrine, même si celui-ci n’était pas un tueur de masse. Et on est passé de la culture du révolver à la culture de la kalachnikov, qui fait plus de dégâts.

 Pourquoi ces attentats ont-ils lieu aujourd’hui ? 

Il me semble que le phénomène est plus sociologique, structurel, que géostratégique. On aurait pu penser que les tueurs de Charlie Hebdo et de la supérette cacher se réclameraient de l’État islamique, mais ils se réclament d’Al-Qaïda au Yémen, parce que c’est là qu’ils sont allés, parce que c’est leur histoire personnelle. Et leurs complices sont leurs copains, pas des militants qui les rejoindraient par conviction. Ce qui compte pour eux, c’est davantage leur itinéraire personnel que la géopolitique contemporaine.

Chérif Kouachi semble être passé par des groupes religieux fondamentalistes. Cela fragilise-t-il la distinction entre l’islam salafiste, qui peut être quiétiste, et l’islam radical porté vers le djihad ?

Beaucoup des jeunes djihadistes sont passés par des groupes fondamentalistes, tablighis ou surtout salafistes. Mais je crois qu’il faut plutôt comprendre cela comme une trajectoire de jeunes qui se cherchent, qui tâtent de la délinquance, du tabligh, du salafisme, pour enfin trouver leur « voie »…


Dans un vrai groupe tablighi ou salafiste, vous avez une discipline à laquelle ils ont souvent du mal à se plier, avec des levers à 5 heures du matin, de la prédication religieuse, le règlement interne du groupe. Les jeunes djihadistes font souvent des passages par des groupes fondamentalistes, mais n’y restent, la plupart du temps, pas longtemps. S’ils restent dans le groupe, ils vieillissent et se calment. On n’a quasiment pas d’exemples de personnes qui passent dix ans dans un groupe salafiste avant de passer au djihad.

De même, beaucoup de jeunes qui rejoignent un camp d’entraînement en reviennent vite parce qu’ils ne supportent pas la discipline. Il est clair que les frères Chouaki ont bénéficié d’un entraînement militaire, mais je ne suis pas sûr qu’ils aient fait partie d’une unité armée structurée. La manière dont ils ont pris la fuite et le fait qu’ils abandonnent une pièce d’identité, comme une forme de lapsus freudien, de volonté de signer leur acte personnellement, ressemblent plus aux gestes d’individus radicalisés en vadrouille qu’à celui de militants professionnels et aguerris. 

Vous avez récemment écrit que cet acte terroriste transforme un débat intellectuel en question quasi existentielle : s’interroger sur le lien entre islam et violence conduit à s’interroger sur la place des musulmans en France. De quelle manière ?

Aujourd’hui, même des intellectuels antiracistes se demandent : est-ce qu’il n’y a pas quelque chose dans l’islam qui mène à ce genre de massacres ? Jusqu’ici, cette interrogation était réservée à certains pôles idéologiques : les populistes anti-immigration, la droite identitaire anti-islam et même une frange de la laïcité militante. Maintenant, cette idée est devenue un cliché et ce genre de parole s’est libéré, notamment depuis le débat sur l’identité nationale lancé par Sarkozy. C’est devenu le nouveau politiquement correct, même si des journaux comme Causeur continuent d’affirmer qu’ils brisent les tabous et le politiquement correct en posant ce type de questions. 

Or, tout ce discours essentialiste n’est fondé sur aucune réalité sociologique, mais valorise une lecture théologique qui n’est que l’addition de quelques clichés sur la nature de l’islam (« en islam il n’y a pas de séparation entre religion et politique ») empruntés justement soit aux fondamentalistes eux-mêmes, soit à un orientalisme désuet. On ne s’intéresse pas à l’islam réel, c’est-à-dire à la religiosité et à la pratique concrète des croyants, dans leur diversité.

Et puis comme d’habitude on mélange constamment « ethnicité » et « religion », tout en étant incapable de définir correctement l’un ou l’autre. La confusion est bien illustrée par le débat sur les « statistiques ethniques ». Au lieu qu’il s’agisse d’un débat disons « scientifique » (ce qu’il est quand même pour de vrais démographes), il est devenu idéologique et normatif. Entre ceux qui accusent les « progressistes » de refuser de voir les faits (par exemple la surreprésentation des jeunes d’origine musulmane dans les prisons), et ces mêmes progressistes qui mettent en garde contre la stigmatisation des populations d’origine immigrée, on a du mal à poser les « vraies » questions : qu’est-ce qui relève du « pur » religieux, du culturel, du social, et, le grand impensé du débat, du politique, ce même politique que nos hommes politiques dissimulent derrière la rhétorique et la fameuse « communication » qui fonctionne à plein dans la gestion du deuil des morts de Charlie Hebdo.

La France est bien plus mixte et bien moins communautarisée qu’on ne le dit. Quand le géographe Christophe Guilluy oppose les banlieues proches, peuplées de jeunes musulmans (les musulmans sont toujours jeunes, et réciproquement), et les « périphéries » pavillonnaires peuplées de petits Blancs, il oublie que ces dernières comptent nombre de familles d’origine musulmane qui ont joué l’ascension sociale et se retrouvent dans le ghetto de la zone pavillonnaire.

Cette cécité vient aussi du fait qu’on refuse de voir la présence des classes moyennes musulmanes dans notre société, en partie parce qu’elles ne veulent pas être vues. Mais la montée de ces classes moyennes est flagrante. On n’a pas besoin de statistiques ethniques pour prendre un annuaire et voir le nombre de médecins avec un nom arabe dans une ville moyenne, consulter la liste des professeurs d’un collège de province ou le nom des conseillers financiers d’une agence bancaire de la banlieue ouest parisienne.

Ces gens-là ne veulent pas être communautarisés et ne veulent pas parler au nom d’une communauté. Pourtant, on ne cesse de les renvoyer aux quartiers difficiles. Dans une ville comme Dreux, que je connais bien, les maires, de droite ou de gauche, ont longtemps systématiquement mis le conseiller municipal d’origine arabe adjoint aux sports ou aux quartiers (cela a changé) !

La machine à communautariser vient de la manière dont la République réduit ces classes moyennes musulmanes à des rôles de « grand frère », tout en maintenant à bout de bras des institutions soi-disant représentatives de l’islam de France, qui viennent de l’étranger et ne représentent pas cette classe moyenne intégrée et en ascension.

On va pêcher ici et là des « imams modérés » pour détourner les jeunes du djihad, lesquels imams parlent à peine le français, comme Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy. Alors que les jeunes djihadistes radicalisés qui parlent, eux, un meilleur français, sont peu susceptibles de suivre ce genre de sermons. On ignore aussi les « vrais » modérés qui vivent tranquillement sans chercher le micro inquisiteur qu’on tend à longueur de pseudo-reportages dans les banlieues.

Mais il n’existe pas de travail sérieux, ni politique, ni journalistique, ni sociologique sur les classes moyennes musulmanes. Les seuls représentants de ces classes moyennes qu’on aperçoit sont des femmes politiques, comme Vallaud-Belkacem, Bougrab ou Dati, dont on ne cesse de souligner qu’il s’agirait d’exceptions, parce que femmes.

Pourquoi écrivez-vous qu’il n’existe pas de « communauté musulmane » en France ?

C’est un fait. Il n’existe pas de communauté religieuse fondée sur l’islam, ni au niveau institutionnel, ni au niveau des écoles, ni en ce qui concerne les associations, et c’est plutôt une bonne nouvelle. Pourtant le gouvernement et les médias n’ont que ce mot à la bouche, tout en voulant lutter contre le communautarisme.

Or, si 30 % des enfants juifs seraient scolarisés dans des écoles confessionnelles (selon L’Arche n° 555, mai 2004), le chiffre concernant les musulmans ne doit pas dépasser les 0,1 % vu qu’il n’existe pas plus de 10 écoles confessionnelles musulmanes en France, les parents préférant d’ailleurs envoyer leurs enfants dans les écoles catholiques.

Il n’y a pas, chez l’immense majorité des musulmans, de désir de communautarisation, et si le ramadan est le rite le plus respecté c’est parce qu’il remplit aussi une fonction conviviale dans des espaces en crise de convivialité ; dire que le ramadan est une pratique communautaire, c’est comme si on disait que Noël pour les chrétiens ou les festnoz pour les Bretons sont du communautarisme (il y en a qui le disent).

On ne sait même plus faire la fête, comme aurait dit Charlie

(Entretien Mediapart: « Olivier Roy à propos de l’Islam et du djihadisme », 11.01.2015 par Joseph Confavreux.)

Les racines du mal.
Les racines du mal – officemanouche © 2014

« Il faut se battre pour la laïcité »

«Nous ne nous en sortirons que par une révolution politique»

La philosophe Marie-José Mondzain, spécialiste de l’image, du regard et de la démesure, revient pour Mediapart sur les attentats de Paris. Avec, comme après le 11 septembre 2001, le souci de penser l’impensable…

Quand il s’agit de troquer le trauma pour le panorama, de passer de la sidération à la réflexion face aux images, il n’y a pas trente-six chemins : il y a la philosophe Marie-José Mondzain. Spécialiste de l’iconoclasme, Marie-José Mondzain s’investit dans les affaires de la cité, en dépit des frontières naturelles ou artificielles. De l’UEC (Union des étudiants communistes) dans les années 1960, à l’analyse du 11 septembre 2001, en passant par la défense de la liberté contre les nationalismes pendant la guerre en Yougoslavie, elle tente de faire face. Comme aujourd’hui, vingt morts après…

marie-jose-mondzain-sortirons-revolution-poli-L-5y3aau

Marie-José Mondzain, chez elle, à Paris, le 10 janvier 2015.

MEDIAPART : Comment avez-vous reçu les attentats de Paris ?

MARIE-JOSÉ MONDZAIN : Comme quelque chose de totalement éruptif et bouleversant, mais pressenti et loin d’être achevé.

Il y a bien sûr cette violence si particulière, qui touche au plus près : je connaissais certaines des victimes de Charlie Hebdo. Stupeur, chagrin, deuil. Mais si je me réfère à l’état commotionnel du 11 septembre 2001 – on ne s’y attendait alors pas du tout –, notre désarroi vient aujourd’hui de ce que nous y réfléchissions depuis des mois et des années, du fait de ce qui s’est passé en Irak, en Libye, en Syrie, ou au Mali. Le Proche et le Moyen-Orient, l’islamisme, l’intégration ou la non-intégration d’une certaine communauté musulmane en France, sont des questions qui n’ont cessé de se dresser et de se tresser sous nos yeux. Nous ne tombons pas des nues. « J’attendais ça », soupira la vendeuse d’un magasin de vêtements de la rue Saint-Antoine à Paris, où j’ai appris la nouvelle mercredi.

C’est comme la mort annoncée de quelqu’un : il y a toujours quelque chose d’irréductiblement surprenant. On nous dit que ce n’est pas fini. Quand cela recommencera, nous serons à nouveau commotionnés, envahis par le même chagrin et le même désespoir. Nous sommes donc pris dans ce double registre émotionnel, qui cumule l’attente et la surprise.

Comment y faire face, intellectuellement ?

La mort et le mal nous agressent et nous laissent sans réponse, tout en nous fécondant : il faut que l’impensable soit pensé et lui seul mérite finalement de l’être… Si nous nous unissons au nom de l’impensable, nous nous livrons aux mains de ceux qui pensent à notre place et qui prendront des décisions terribles sans que nous ayons pu exprimer nos doutes, nos interrogations, nos analyses. En tant que philosophe et citoyenne, je me dis : au travail ! Je l’avais tenté – et on m’en fit grand reproche –, au lendemain du 11-Septembre. C’était dans Le Monde, qui venait de publier son fameux éditorial : « Nous sommes tous américains. » Ma tribune avait pour titre : « Je ne me sens pas américaine. »

« Je ne suis pas Charlie Hebdo » est déjà confisqué, pas par la pensée de gauche, cette fois…

Quand j’ai vu surgir « Je suis Charlie », j’ai constaté, effectivement, une forme d’invariant dans le lexique des lendemains de catastrophe : cette signalisation de l’identification, empathique, compassionnelle, qui a sa valeur “fraternisante”. Mais attention ! Elle peut être très contre-productive. Ce « tous unis dans la terreur » induit une indistinction, une union de tous à tous les niveaux, dans toutes les classes sociales et dans tous les coins du monde : ce n’est pas vrai, c’est une fausse universalité qui opère comme slogan de communication massifiante.

Nous ne sommes pas tous pareils face à cet événement. Certains vont tenter d’en tirer parti politiquement ; d’autres le vivront d’une façon purement primaire et affective, haineuse parfois ; enfin une minorité, que je souhaite voir devenir majoritaire, entend donc réfléchir aux causes véritables et profondes de cette situation.

Un responsable du maintien de l’ordre l’a très bien dit lui-même, au soir du dénouement de ces attentats : nous continuerons à nous opposer par la force au terrorisme mais il faut réfléchir aux sources, nous ne sommes pas la solution. Voilà ce que cet homme a signalé au pouvoir et aux médias. C’est précisément quand nous avancerons dans l’analyse des causes que nous trouverons des désaccords.

Lesquels ?

Il faut demander des comptes à une grande partie des médias sur leur gestion de l’invisibilité ou même de l’effacement d’une jeunesse en déshérence, en désarroi, sans avenir, sans racines, ni culture, ni langue, ni mémoire : une jeunesse qui n’a jamais eu qu’une place réservée à la Star Academy ou dans certains sports, pour accéder à la visibilité et à l’illusion d’une intégration.

Après que la traque était terminée, que la tragédie s’était achevée dans le sang, qu’il n’y avait donc plus lieu de se lancer dans des appels à témoins, avez-vous remarqué comment BFMTV et bien d’autres n’ont cessé, vendredi 9 janvier, de 17 h 30 à minuit passé, d’afficher les visages des trois terroristes qui avaient donc été déjà reconnus, nommés, tués : un Noir et deux personnages « de type maghrébin », comme on dit, dont l’un avec un petit peu de barbe. Et ça revenait en boucle…

Pourquoi ? Pourquoi, puisqu’ils sont morts, sinon que ces médias étaient en train de fabriquer des effigies, des icônes de la terreur, avec une typologie sous-jacente et silencieuse. Les télévisions d’information en continu ont imprimé, dans la rétine de nos concitoyens, des vignettes propres à nous embarquer dans un face-à-face anthropométrique. La télévision a transformé des visages en faciès.

Faut-il renoncer à toute image ?

Là n’est pas la question : il faut des images ! Sont alors épinglées des personnes qui ont passé leur vie à se masquer et à voiler leurs femmes, qui ont donc de véritables stratégies d’invisibilité, de clandestinité, comme s’il fallait redoubler la disparition dont ils furent d’abord victimes, de par leur propre effacement initial dans la société française. Et ces personnes passent, tout à coup, dans un régime spectaculaire de héros meurtriers flamboyants. Au lieu d’enregistrer cet événement sous le mode respectueux dont doit bénéficier un être humain même condamné à mort – et de toute façon ils sont morts et ont payé pour leurs crimes –, nous entretenons les braises du faciès haïssable, de l’iconicité de l’homme à abattre. Ben Laden en fut un gestionnaire exemplaire.

Dans toute l’histoire – coloniale puis de l’immigration –, de tels visages ont été des visages de clandestins. Ils voyagent en se cachant. Ils ne sont découverts que morts. Ils ont été frappés par un continuel non-droit à l’image. Et tout cela s’inverse quarante-huit heures durant à la télévision : survalorisation effarante de la médiatisation par l’image. J’y vois le contrepoint direct des décapitations, des horreurs et des tortures balancées sur YouTube par Daesh : puisque nous vivons dans l’image, en voici ! Le clandestin maintenu dans l’invisibilité devient alors le deus ex machina du spectaculaire et de la mise en scène. Et il nous renvoie nos idoles, en un effet miroir.

© Etienne Davodeau.

En jouant sur la religion…

Ils viennent effectivement d’une culture marquée par la méfiance voire le refus à l’égard des images, mais ils deviennent les maîtres des images. Ils répondent, en veux-tu en voilà, à la demande des iconolâtres. Ils appellent au téléphone le moteur de la visibilité : BFM-TV, pas l’AFP. Ils médiatisent et théâtralisent. Stockhausen avait même parlé du 11-Septembre comme d’une « performance artistique », pour insister sur cette mise en spectacle pratiquée par les terroristes, ce qui avait choqué beaucoup de monde.

Treize ans plus tard, l’organisation pyramidale avec un chef charismatique, iconique et sacralisé (Ben Laden) a disparu, au profit d’instances disséminées. Voilà qui s’avère également en miroir avec ce que vivent les sociétés occidentales : nous n’avons plus guère de chef non plus, et surtout pas charismatiques, en France singulièrement ! Personne pour « défendre nos valeurs », comme on dit. Aucune figure rédemptrice à l’horizon quant à la République ou à la démocratie : avis de recherche généralisé… Les citoyens s’organisent alors pour ne plus penser en termes de politiciens providentiels, d’élections, ou de partis. Fini, les héros, pensons en termes de réseaux, d’associations, de forces microsismiques. Si nous pouvons changer ce monde, ce ne peut être qu’en travaillant la trame de la société de la façon la plus souterraine qui soit. Nous ne sommes pas loin de la dissémination clandestine.

Or c’est exactement la leçon tirée par Daesh, comme le dit Gilles Kepel : constituer, grâce à la dissémination, un tissu de plus en plus menaçant, qui va ronger de l’intérieur et de façon insidieuse la structure sociale et politique de l’ennemi désigné. Les islamistes se posent donc la question du pouvoir dans les mêmes termes que nous ! Avec un supplément : ils se sont saisis d’une idéologie religieuse. Elle leur sert de fil conducteur, à la fois ancestral et artificiel. L’islamisme est un islam trafiqué, qui trahit, nous dit-on, les véritables valeurs musulmanes, ce que je suis prête à croire – comme je suis prête à croire qu’il existe, au contraire, un islam parfaitement libéral, humaniste, apte à vivre dans la République française ou en Europe, dans la concitoyenneté la plus paisible.

Mais quand j’entends à la radio un responsable musulman français déclarer qu’il attend, au lendemain des attentats de Paris, que l’islam soit considéré comme une religion nationale, je regimbe. La question me semble plutôt de savoir si les musulmans, comme les chrétiens ou les juifs de France, s’accorderont pour vivre dans une société laïque.

Je suis sûre que les attentats de Paris n’ont rien à voir avec l’islam – ce n’est qu’une idéologie perverse de manipulation agitée par les recruteurs des terroristes –, mais il serait bon que la communauté musulmane condamne un jour publiquement, en France, l’exercice de la charia.

Une telle injonction n’est-elle pas, à cette heure, d’une grande violence suspicieuse à l’égard de tout citoyen français de confession musulmane ?

Je pense que la situation des femmes musulmanes doit partager les libertés et les acquis – culturels ou politiques – des femmes juives, chrétiennes, etc. Peut-être que j’ai tort d’en faire la demande – je n’en fais pas une condition et suis d’accord pour qu’il y ait, dans l’état des choses, une normalisation absolue de la religion musulmane à l’égale des autres confessions. Toutefois, en tant que femme, je souffre lorsque je vois la condition des musulmanes, citoyennes françaises, en France. Tout comme pour certaines femmes juives ultra orthodoxes, ajouterai-je. Sans oublier les fous furieux de la communauté chrétienne aperçus lors de “la Manif pour tous”. Il faut se battre pour la laïcité.

« Grimace disqualifiante virant à la nausée »

Une laïcité de tolérance ; pas forcément si sourcilleuse à l’endroit de l’ensemble d’une communauté ainsi montrée du doigt…

Sans doute faut-il procéder par étapes. Et sûrement pas au lendemain des attentats de Paris. Mais à plus ou moins long terme, il faudra en passer par là. J’ai de plus en plus de mal avec le voile intégral qui condamne les femmes à l’invisibilité – même si certaines prétendent ne pas se sentir effacées, mais se sentent protégées voire sacralisées et toutes-puissantes sous leur voile.

La place des femmes revenait dans le discours des assassins deCharlie Hebdo

Oui, avec aussi l’assertion « on n’a pas tué de civils ». La violence n’a donc pas été « aveugle » – un responsable musulman interrogé sur une radio l’a condamnée en ce terme –, mais ciblée. Le supermarché casher était bien en ligne de mire. Rien d’aveugle dans ce choix, tout au contraire.

De même que les serial killers ne tuent pas n’importe qui n’importe comment, les trois terroristes avaient leurs obsessions ritualisées. Le tueur en série se vit déjà lui-même dans la série : il n’existe pas, il est irrepérable et sérialisé. Il agit précisément depuis cet effacement dans la série. C’est un numéro : un non-sujet qui fait un “numéro”, c’est-à-dire une performance spectaculaire. Il sort  paradoxalement de l’anonymat par la destruction des autres et par sa propre destruction, sacralisée, idéalisée.

Avec dix-sept victimes en trois jours, trois terroristes tueurs en série se sont donné des cibles, tout comme Mohammed Merah voilà bientôt trois ans. À Toulouse, ce n’étaient pas des dessinateurs de presse mais des militaires et comme toujours des juifs. Cibler la création, c’est avouer sa propre haine de la vie et croire dans l’impossibilité de la liberté. Cela suppose un effondrement subjectif, dont les causes nous concernent au plus vif.

Qu’ont-elles en commun, ces cibles, à leurs yeux de terroristes ?

Elles incarnent l’objet d’un immense dégoût et d’un rejet radical qu’inspire l’Occident à l’islamisme fondamentaliste – et parfois, il faut bien le dire, à des tenants moins extrémistes de la religion musulmane. L’Occident néolibéral apparaît politiquement et moralement pornographique, idolâtre et profanateur de la transcendance.

La civilisation ou bien la démocratie occidentale ?

La civilisation capitaliste occidentale issue de l’impérialisme colonial et de la généralisation de la corruption.

La faiblesse que perçoivent les terroristes dans une démocratie délibérative, qui prétend accueillir autrui, n’est-elle pas à rapprocher de leur mépris envers la femme ?

Le dégoût, surtout dans une passion meurtrière, n’est pas une chose simple. Il y a sûrement un dégoût sexuel et politique se fixant sur la faiblesse, à laquelle s’oppose une exaltation de la force.

La situation coloniale permet de comprendre d’où vient ce genre de répulsion. Je suis née en Algérie en 1942. Adolescente, j’ai constaté le haut-le-cœur qu’inspirait le colonisé chez le colonisateur. Qu’il s’agît de son habillement, de son odeur, de sa cuisine, de sa culture, de sa langue, de sa famille : tout était l’objet d’une grimace disqualifiante virant à la nausée. Le colonisé était perçu et décrit comme un animal sans hygiène physique ni morale.

Le dégoût du terroriste actuel serait en miroir du dégoût du colon de jadis ?

Oui. Abdelwahab Meddeb avait analysé tous les registres de causalité de ce qu’il appelait La Maladie de l’islam : la colonisation n’était pas des moindres. De la Compagnie des Indes orientales en Afrique du Sud aux “boat people” de Lampedusa ou Gibraltar, il y a un fil rouge dont nous payons le prix aujourd’hui.

Mais il est essentiel, pour comprendre ce qui se passe sous nos yeux, de faire une analyse des enjeux financiers et de la duplicité de certains pays musulmans à l’égard du fondamentalisme. Les stratégies meurtrières que nous voyons opérer au Moyen-Orient, face à la passivité tout aussi stratégique de l’Europe, sont inséparables des intérêts pétroliers, ou des trafics d’armes et de drogue.  

C’est en réaction à une telle géopolitique, qui s’est pétrifiée avant de se putréfier comme en Syrie, que l’islam devient une force purificatrice menant à cet islamisme d’ange exterminateur, à même de parcourir une jeunesse désespérée, du Sud au Nord. Voilà comment certains éléments les plus enragés entendent devenir, à partir de leur invisibilité, la puissance la plus spectaculaire en tant que puissance de mort : c’est une sorte de « Viva la muerte ! ».

Comment est-ce réparable ?

En France, il y a une défaillance fondamentale dans la distribution du savoir et de l’égalité des chances. La société massifiée par le néolibéralisme est fondamentalement inégalitaire. Nous ne nous en sortirons que par une révolution politique. Celle-ci n’a encore effleuré ni la médiocratie régnante, ni la domination néolibérale : privilégier l’éducation, séparer la culture de la communication, apprendre l’art du voisinage et le débat conflictuel non meurtrier. La réponse à ce qui se passe ne peut être que politique et doit passer par les énergies créatrices. Ce n’est pas un hasard si les victimes, mercredi, étaient des artistes. Si ce monde doit changer, pensons alors ce changement en termes de création, d’invention, d’imagination. Gide disait : « Les criminels manquent d’imagination. »

( Entretien Mediapart: « Nous ne nous en sortirons que par une révolution politique », 11.01.2015 par Antoine Perraud ).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.