Un peu de Nelson Goodman …

Nelson Goodman
Nelson Goodman
« Un cognitivisme à l’instar de celui qui rejette tous les clichés populaires qui mettent les arts (tenus pour évaluatifs, subjectifs, émotifs, supposant une contemplation passive produisant seulement du plaisir) en opposition avec les sciences, elles-mêmes factuelles, objectives, rationnelles, et supposant une recherche active de nature à produire un savoir nouveau. » (Goodman 1996 : 62 – 63)
« Les œuvres fonctionnent lorsque, en stimulant une vision pénétrante, une perception acérée, une intelligence visuelle en éveil et des perspectives élargies, en apportant des connexions et des contrastes nouveaux, en signalant les aspects significatifs jusqu’alors négligés, elles participent à l’organisation et à la réorganisation de l’expérience, et donc à la fabrication et à la refabrication de nos mondes.  » (Goodman 1996 : 105)

 

goodman-art-e1402172746202« Les œuvres fonctionnent quand elles informent la vision ; elles informent non pas en fournissant de l’information, mais en formant, re-formant ou trans-formant la vision et non pas la vision confinée à la perception oculaire, mais la vision comme compréhension en général. Il est clair que les oeuvres scientifiques fonctionnent aussi de cette façon, et que c’est aussi de cette façon que fonctionnent les collections des musées scientifiques, des musées culturels et d’histoire naturelle, aussi bien que les collections des jardins botaniques et zoologiques et toutes les institutions qui constituent l’Association. » (Goodman 1996 : 106)
“Les oeuvres fonctionnent en interagissant avec la totalité de notre expérience et de nos processus cognitifs dans le progrès continuel de notre compréhension.” (Goodman 1996 : 106)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.