Bratislava Declaration E.C.C.O. for French Conservators Federation

Definetly, some people who are at the highest level of the public representation ,  do not seem to trouble themselves by contradictions as for the status and for the fate of the Conservation of cultural Heritage in France…

On one side, the public money is paying for four Conservation trainings which award a Master II degree diploma  in respect  for international standards, authorizing besides a professional exercise to the public collections by which the tax authorities recognized the status of liberal profession.

Of other one and paradoxically, the National Assembly adopted on February 13th of this year, the amendment N° 100 concerning the legal recognition of the craftsmen sector of art professions within the framework of the  law Pinel, which lists the conservators among them. This amendment, which was proposed and drafted jointly by Ateliers d’Art de France within the framework of the missions of the UNMA (National Union of Art Craftsmen) and the APCMA (Permanent Assembly of the Craft Industry Chamber), arises in total ignorance of years of efforts to establish a full discipline in the crossing of humanities and objective sciences, which has been legitimized by the creation everywhere in Europe and besides the Atlantic Ocean of doctoral schools, excepted … in France!

Furthermore, this event demonstrates the weakness of the French conservators representation in front of the powerful and well organized Art Craftsmen’s lobby. To the point that ECCO (European Confederation of Conservators Organizations ) recently stepped up by wearing out its unfortunately only moral authority  to try to save conservators whose French Federation (FFCR which is a founder member  of ECCO) does not deign more than “conservation specialists”  to mention them.
Try and understand …

__________________________________________________________________________

“Under the revision of the « liste des Métiers d’Art », the profession of the Conservator-Restorer is to have the statutes governing this profession’s social and fiscal rules to come under the definition of « Métiers d’Arts » as declared in the Loi Pinel. The Loi Pinel relates to artisanal activities (craftsmen activities). By distinction, the profession of the Conservator-Restorer is more engaged with the status of a liberal profession, and is considered a discipline in its own right, having its own specific competences informed by a code of ethics. These competences are published and are based on a discrete education and training, where access to and exercise of the profession is set at Master’s degree equivalent to European Qualification Framework (EQF) level 7. This level of qualification is accepted throughout Europe and prescribed in the statutes of the European Network for Conservation-Restoration Education (ENCoRE). This is upheld by the European Confederation of Conservator-Restorers’ Organisations of which F.F.C.R. is a founding member. E.C.C.O. calls on the French Government to recognize the specificity of the profession of the Conservator-Restorer with its own discrete deontology authorizing engagement with the care and safeguarding of Cultural Heritage, which is in the public interest. This motion is unanimously adopted by the General Assembly of E.C.C.O. gathered in Bratislava 20th of April 2015 and supported by the Chairman of European Network for Conservation-Restoration Education (ENCoRE).”

Bratislava Declaration E.C.C.O. for FFCR 21.04.2015

__________________________________________________________________________

Décidément, d’aucuns ne semblent pas s’embarrasser beaucoup de contradictions au plus haut niveau de la représentation publique, quant au statut et au sort de la conservation-restauration des biens culturels en France…

D’un côté, l’argent public finance quatre formations à la conservation-restauration diplômantes au grade de Master II en respect de normes internationales, habilitant en outre un exercice professionnel envers le patrimoine public auquel l’administration fiscale a reconnu le statut de profession libérale.

De l’autre et paradoxalement, l’Assemblée Nationale a adopté le 13 Février dernier l’amendement n° 100 portant sur la reconnaissance légale du secteur artisanal des métiers d’art dans le cadre de la loi dite Pinel, qui recense les conservateurs-restaurateurs parmi eux. Cet amendement, proposé et rédigé conjointement par Ateliers d’Art de France dans le cadre des missions de l’UNMA (Union Nationale des métiers d’Art) et l’APCMA (Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l’Artisanat), survient en totale ignorance d’ années d’efforts pour établir une discipline à part entière au croisement de sciences humaines et objectives, légitimée par la création d’écoles doctorales partout en Europe et outre Atlantique sauf … en France !

De plus, cet événement démontre la faiblesse de la représentation française des conservateurs-restaurateurs face à un lobby des métiers d’art puissant et organisé. Au point que l’ECCO  (Confédération Européenne d’Organisations des Conservateurs-restaurateurs) est montée récemment au créneau en usant de son autorité hélas seulement morale pour tenter de sauver des conservateurs-restaurateurs dont la fédération française (la FFCR qui est membre fondatrice d’ECCO) ne daigne plus les désigner que comme des “spécialistes de la conservation-restauration”.

Allez comprendre …

” Selon la révision de la “liste des Métiers d’Art”, la profession de conservateur-restaurateur se voit conférer le statut professionnel déterminé par le régime social et fiscal conforme à la définition des ” Métiers d’Arts” telle qu’édictée dans la Loi Pinel. La Loi  Pinel concerne les activités artisanales (les activités des artisans).

Par distinction, a profession de conservateur-restaurateur correspond davantage au statut de profession libérale et consiste en une discipline à part entière ayant ses propres compétences spécifiques assujetties à un code de déontologie. Ces compétences ont été publiées et sont fondées sur un enseignement spécifique et une formation, desquels le niveau pour l’entame et l’exercice de la profession sont reconnus au grade de Master II équivalent à l’échelon 7 du Cadre Européen de Qualification  (EQF). Ce niveau de qualification est accepté partout en Europe et recommandé dans les prescriptions du Réseau Européen pour l’Enseignement de la Conservation-Restauration (ENCoRE, European Network for Conservation-Restoration Education). Celui-ci est soutenu par la Confédération Européenne d’Organisations des Conservateurs-restaurateurs (E.C.CO., European Confederation of Conservators Organizations)  de laquelle la F.F.C.R. (Fédération Française des Conservateurs-Restaurateurs ) est un membre fondateur.

E.C.C.O. enjoint  le gouvernement français à reconnaître la spécificité de la profession de conservateur-restaurateur qui relève de l’intérêt public, selon sa propre déontologie distincte habilitant son implication avec celles de préservation et de protection du patrimoine culturel. 

Cette motion est unanimement adoptée par l’Assemblée Générale d’E.C.C.O. réunie à Bratislava le 20 avril 2015, et agréée par le Président du Réseau Européen pour la Formation à la Conservation-Restauration (ENCoRE, European Network for Conservation-Restoration Education).”

Déclaration de Bratislava, E.C.C.O.  pour la FFCR, le 21.04.2015.

(trad. M.Maire)



Citer ce billet
Marc MAIRE (2015, 10 mai). Bratislava Declaration E.C.C.O. for French Conservators Federation. Semin'R. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tz6f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.