Une histoire de l’art par celle de son exposition.

couverture de [REVUE_ID_NUMPUBLIE]Le livre propose  une autre histoire de l’art par celle de son exposition. Cette approche n’est pas nouvelle et vient s’ajouter à d’autres entreptises similaires. Celle de Jérôme Glicenstein souligne le caractère hétérogène et dynamique du domaine de l’exposition, en perpétuelle mutation au point qu’aujourd’hui on réitère d’anciennes expositions emblématiques pour mieux en souligner la préocccupation de distanciation critique par toujours plus de nouveaux curateurs et scénographes depuis qu’Harld Szeemann a donné ses lettres de noblesse à l’activité. On finit même parfois par  discourir plus sur l’exposition que sur les oeuvres elles-mêmes, pour le coup instrumentalisées à son profit. Envisager les questions de l’art par le biais de l’exposition, c’est déporter  l’angle d’approche et changer la perspective. Au lieu de chercher une artisticité essentielle, c’est examiner le lieu de la manifestation artistique événementielle qui répond en bonne partie à la question de Nelson Goodman “quand y-a-t-il art ?”, ou autrement dite notamment par Jean-Pierre Cometti, “quels sont les facteurs d’art ?”  Où et comment transmet on les “oeuvres d’art”, ces objets dont le statut repose sur des conditions ontologiques et non plus sur des propriétés intrinsèques. Ce que privilégie le questionnement du livre, c’est la signification transmise selon un processus dans une conjecture historique  qui confère à l’oeuvre d’art un statut de création institutionnelle, témoin d’un pouvoir symbolique, culturel, spirituel, politique et financier. Une histoire de l’exposition éclaire tous ces aspects et permet de les examiner à l’aune de contextes socio-historiques.

éd. PUF, 2009, 258 pp.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.