Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps.

Dans  Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, (éditions du Seuil, 2003, 272 p.), l’historien François Hartog, questionne les temporalités qui  régissent les phénomènes historiques contemporains.  Comment une société s’acommode de de son passé ? HartogLes façons d’expérimenter le temps sont diverses, et celles de nouer  une relation aux passé, présent et futur sont particulières. L’articulation de ces temporalités constitue ce qu’Hartog appelle « régime d’historicité ». Selon l’auteur, la notion de « régime d’historicité » adopté par une société humaine permettrait de déterminer  la modalité de conscience de soi  de cette même société. Les mémoires d’Ulysse en Phéacie ou des Maori des îles Fidji ne conservent pas les mêmes souvenirs  que les personnages bibliques. Douze siècles séparent Ulysse des Confessions de Saint-Augustin, qui s’inscrivent dans un régime d’historicité proprement chrétien. La révolution de 1789 avec la fin de l’ancien régime, déclenchent l’accélération du temps: désormais
ce n’est plus le passé qui éclaire l’avenir, mais un autre régime d’historicité où la leçon vient du futur. Hartog prend pour exemple l’écriture de Chateaubriand qui opère des va et vient entre l’ancien et le régime moderne. Au chapitre 5 « Patrimoine et présent », l’auteur montre comment le concept de patrimoine au Japon , traduit un régime d’historicité différent, où il s’agit plus d’actualiser le patrimoine que de le conserver. A la toute fin du XXe siècle, la mémoire, le présent et son histoire sont devenus des enjeux majeurs. Le livre Les Lieux de mémoire de P. Nora constitue une enquête des notions liées au temps, devenu toujours plus objet marchandisé dans une société consumériste: commémoration, mémoire, patrimoine, nation, identité. Puis l’auteur définit ce  qu’il nomme « présentisme », la catégorie d’un présent  devenu omniprésent. En guise de conclusion, il se demande si notre présent contemporain , perpétuel en ce qu’il est sous le joug d’une double dette tant à l’égard du passé que du futur, ne traduit pas le passage d’un régime d’historicité à un autre. La notion de mémoire n’a-t-elle pas suplanté celle d’histoire ?

Afficher l'image d'origineA propos de « régime d’historicité » en Afrique, Achille M’Bembe a écrit dans son ouvrage De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000, p. 36 :

« [Le] temps de l’existence africaine n’est ni un temps linéaire, ni un simple rapport de succession où chaque moment efface, annule et remplace tous ceux qui l’ont précédé, au point qu’une seule époque existerait à la fois au sein de la société. Il n’est pas une série, mais un emboîtement de présents, de passés et des futurs, qui tiennent toujours leurs propres profondeurs d’autres présents, passés et futurs, chaque époque portant, altérant et maintenant toutes les précédentes. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.