Un peu de Wittgenstein …

Wittgenstein's_Philosophical_Investigations_illustration_remark_48wittgenstein

I.4.  J’ai souvent comparé le langage à une caisse à outils contenant marteau, ciseau, allumettes, clous, vis et colle. Ce n’est pas par hasard que toutes ces choses ont été mises ensemble – mais il y a des différences importantes entre les différents outils;  leurs divers emplois ont un air de famille – bien que rien ne puisse être plus différent qu’un ciseau et de la colle. Les tours nouveaux que nous joue le langage chaque fois que nous abordons un nouveau domaine sont une surprise perpétuelle.

I.20. Ce n’est pas seulement difficile de décrire en quoi consiste l’appréciation, c’est impossible. Pour décrire en quoi elle consiste, nous devrions décrire tout son environnement.

I.26. C’est une culture toute entière qui ressortit à un jeu de langage. (…)

II.5. C’est comme si on disait:  » Je classe les oeuvres d’art de façon suivante: celles sur lesquelles je lève mon regard et celles sur lesquelles je l’abaisse. » Un tel procédé de classification pourrait être intéressant. Nous pourrions découvrir toutes sortes de relations entre lever ou abaisser son regard, et le faire sur d’autres choses. (…)

II.35. On dit souvent que l’esthétique est une branche de la psychologie. C’est l’idée qu’une fois que nous aurons fait des progrès, nous comprendrons tout – tous les mystères de l’Art – par le biais d’expérimentations psychologiques. Pour excessivement stupide que soit cette idée, c’est bien cela en gros.

II.36. Les questions esthétiques n’ont rien à voir avec l’expérimentation psychologique, mais reçoivent leur réponse d’une manière complètement différente.

 L. Wittgenstein, Leçons sur l’esthétique, éd. Folio 1971 (© Basil Blackwell, 1966),    p. 16-45


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.