Une réaction à la pétition « Alerte ! les restaurateurs du patrimoine sont en danger « 

Estimant nécessaire de nourrir le débat par d’autres positions que celle de la FFCR, la rédaction a proposé à son  auteure de publier intégralement sa lettre ouverte ci-dessous datant du 21 Mars, en réaction à la pétition « Alerte ! Les restaurateurs du patrimoine sont en danger « . Semin’R la remercie pour sa générosité.

Chers collègues,

Je réagis à la pétition dont il a été largement question ces derniers jours.

Arrivée un dimanche, avec des indications de réponse urgente… j’ai longuement hésité avant de signer ce document. Je l’ai fait (pour la version papier) et je le regrette.

En effet, si j’adhère complètement au premier paragraphe qui décrit une situation économique difficile bien réelle, le problème du titre et celui des marchés publics, en revanche, je ne suis absolument pas d’accord avec la position concernant les métiers d’art.

Ce que j’ai pu entendre sur France Culture m’a proprement révoltée. Comment peut-on se croire aussi imbus de soi-même pour décrier de la sorte les « métiers d’art » ? Je ne me reconnais pas dans cette façon de déconsidérer 200 professions d’un coup parce que nous serions les seuls à avoir des qualités intellectuelles, les seuls à avoir été formés « à haut niveau ». Mais quelle est cette catégorie socio-professionnelle qui se permet de dénigrer toutes les autres ?

Je suis au contraire intimement persuadée qu’être intégrés aux métiers d’art est une véritable opportunité pour notre profession : opportunité d’être reconnue, valorisée et défendue. Car oui, depuis la définition des métiers d’art comme domaine à part entière par le ministère du travail, des démarches de valorisation et de définition ont été conduites en leur faveur. En témoignent aujourd’hui, le site internet de l’INMA (http://www.institut-metiersdart.org/), les aides diverses, les prix et distinctions, la communication et les médias. Les moyens déployés sont importants et me semblent aller dans la bonne direction.

Pour le grand public, que certains le veuillent ou pas, nous sommes un « métier d’art ». Simplement parce qu’on nous reconnaît un « savoir-faire » et que nous travaillons « dans le domaine de l’art ». Cette définition est simple et, selon moi, juste.

Car en effet, il n’est pas question de création dans notre activité quotidienne. Mais, contrairement à ce que certains avancent, les métiers d’art ne se définissent pas par cet aspect. Et le ministère de la Culture qui m’a remis un titre de maître d’art en 2015 en avait pleinement conscience. Il a récompensé un savoir-faire rare et salué une démarche de transmission. On ne m’a jamais demandé de me lancer dans la création !

Je crois que notre métier, nos spécialités, peuvent trouver leur place dans cette catégorie socio-professionnelle et justement y valoriser leurs diplômes et leurs connaissances. Pour cela, il est question de dialogue et d’ouverture d’esprit. Et à ma connaissance, il y a  eu de longue date une politique de la main tendue en direction de la FFCR. Alors je ne crois pas aux démarches « autoritaires et contre toute logique » qui ont été mentionnées dans la lettre.

Vouloir à tout prix s’installer sur un piédestal, c’est se statufier et mourir.

Je suis fière d’être conservatrice-restauratrice de cuir et je ne pense pas qu’un bottier soit moins compétent ou important que moi, nous sommes simplement complémentaires.

Bien à vous,

Céline BONNOT-DICONNE

Maître d’Art 2015

Ancienne Pensionnaire à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis

2CRC – Centre de Conservation et de Restauration du Cuir

 

 

 

Cliquez ici pour Répondre, Répon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.