What’s doing the artist Hamid Maghraoui ?

A partir d’expériences et d’observations du réel familier le plus banal, Hamid Maghraoui décortique et triture le visible pour en extraire l’oracle d’un insoupçonnable insu, improbable et toujours interloquant. Par le recours à la photographie, l’installation ou la vidéo, il puise dans la réalité triviale, détourne, découpe, oblitère, articule, juxtapose pour singulariser et fictionnaliser des éléments du visible et de l’audible. Sans débauche de moyens ni artification gratuite de l’utilitaire, Hamid Maghraoui conçoit aussi des artefacts  à la finition industrieuse.

Ses oeuvres mettent en jeu des objets familiers dont la première vertu est de ne pas effaroucher d’emblée le regardeur. Leur caractère saugrenu, leur performativité parfois, produits par des procédés facétieux et absurdes, peuvent même paraître distrayants de prime abord. Or les visions insolites qu’elles proposent ne relèvent pas du divertissement, mais, portées par le cadre sacralisant de l’exposition, invitent en filigrane à réfléchir sur des questions existentielles à propos de notre destin ontologique,  notre socialité, leurs ressorts et leur aliénation. Celle-là même qui conduit la conscience humaine, pour anesthésier les souffrances d’une servitude consentie, à élaborer des rêves (religions) et défis (enrôlement guerrier) compensatoires ou à s’égarer dans des paradis artificiels (drogues, tranquillisants), l’exclusion territoriale (murs, barbelés, xénophobie) et le consumérisme avec sa frénétique insatiabilité du divertissement.

Dresscode et Jessica font un pied-de-nez à la censure graphique sur des images de corps féminins en ce qu’elle évoque une démarche artistique appropriationniste.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.