Remarques sur l’offre de formation en CR

T Martel 02par Thierry Martel, diplômé de l’IFROA (ex INP), directeur de DEP’art (Ecole préparatoire aux concours des écoles d’art et des formations en conservation-restauration des biens culturels.), membre du Comité scientifique de la revue CeROArt.

 

Le texte ci-dessous a été publié le 26 juillet 2016  dans un post sur LinkedIn. Eu égard au profil de son auteur (il est enseignant  et fut professeur de CR à l'ESAA)  et à la teneur  de  cette  tribune,  Semin'R  lui a proposé de la relayer.

Dernièrement, lors d’une journée d’étude organisée conjointement par la FFCR-PACA et l’AGCCPF-PACA, sur le thème « De l’utilité des études préalables : définitions, réflexions et retours d’expérience », nous avions souligné l’importance d’une remise en question du contenu des formations des conservateurs-restaurateurs afin d’être en adéquation avec les évolutions du métiers. L’exercice de notre profession peut être très classique ou s’étendre et évoluer vers des projets de très grandes envergures (Réalisation d’études, de récolements ou de missions de conseils, avec des budgets élevés et la constitution de groupements d’un nombre important de spécialistes, etc.). Ces nouvelles conditions opérationnelles nécessitent un approfondissement des compétences.

Si toutes ces demandes correspondent aux compétences attendues par un spécialiste diplômé, nous pouvons nous interroger sur la pertinence des contenus de nos formations et du niveau atteint par les étudiants en fin de cursus autant sur le plan de la technique, que de l’administration, de la gestion des entreprises et de la communication.

Or les changements observés dans les quatre formations supérieures par la mise en conformité avec le système LMD et l’obtention du grade de Master de niveau I, n’ont peut-être pas suffisamment pris en compte cette évolution professionnelle.

Il ne s’agit pas là de voir à cours terme, mais d’appréhender ces modifications pour les vingt prochaines années. Et l’actualité très récente de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, nous montre que le devenir des formations n’est pas un long fleuve tranquille.

Après des décennies de réflexions, en dix ans, de 1973 à 1983, nous avons vu en France la création de la Maîtrise des Sciences et Techniques (MST) à Paris I ; puis l’Institut Français de Restauration des œuvres d’Art (IFROA) ; la création de départements de restauration au sein des écoles des Beaux-Arts d’Avignon de Tours, et de Clermont-Ferrand. Deux autres entités avaient vu le jour au début des années soixante dix, l’une à l’Ecole régionale des Beaux-Arts de Valence Valence, l’autre à Châteaurenard .

Après une mission d’étude et une décision du Ministère de la Culture  au début des années quatre vingt dix, l’offre des formations publiques fut réduite à quatre. Elles sont à ce jour les seules conformes à l’Arrêté du 3 mai 2016 relatif aux qualifications requises pour procéder à la restauration d’un bien faisant partie des collections des musées de France. Nous pouvons naturellement nous interroger sur l’évolution de l’offre de formation d’ici quelques années !

Pour que cette offre de formations perdure et qu’une dynamique professionnelle soit satisfaisante, il faut pouvoir attirer un nombre suffisant d’étudiants. L’intérêt que nous pouvons porter à l’exercice de notre métier ne peut pas, sous prétexte de « concurrence », opérer un frein permanent à la formation de futurs spécialistes. Car, faute de candidats, les formations seront dans un premier temps réduites puis fermées ! Un autre modèle pourrait alors s’installer …

Actuellement, nous disposons de quatre diplômes différents :

  • Titre Université Paris I Panthéon-Sorbonne : Licence Préservation des Biens Culturels / Master de  Conservation-restauration des Biens Culturels
  • Titre Institut National du Patrimoine : Restaurateur du Patrimoine (RNCP)
, au grade de Master
  • Titre Ecole Supérieure d’Art d’Avignon : Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option Art, mention Conservation-Restauration
, au grade de Master
  • Titre Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Tours, Angers, Le Mans : Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option Art, mention Conservation-Restauration des Oeuvres Sculptées, au grade de Master.

Récemment (21 janvier 2016), l’Université Paris I a présenté un nouveau règlement des connaissances Master 1 et 2 dans trois parcours type : Conservation Préventive du Patrimoine, Méthodologie et Pratique de la Conservation-Restauration, Valeurs et matérialité des Biens Culturels. (L’accès au M1 CRBC dominante « Méthodologie et pratique de la conservation-restauration » (MPCR) est conditionnée par la validation du parcours « Préservation des biens culturels » de la licence Histoire de l’art et Archéologie, ou par d’un parcours de licence équivalent).

Pour l’INP, nous notons le développement d’un « programme d’égalité des chances » dans le secteur culturel avec la mise en place d’une préparation au concours pour des étudiants de DMA et BTS ou leur entrée en classe préparatoire à Paris Ouest Nanterre – Ecole du Louvre (L3). Si pour l’INP l’accès au concours se situe en principe à l’entrée dans le supérieur, nous constatons en fait, qu’une préférence est donnée aux étudiants de niveau BAC+2. Ce qui est confirmé par les statistiques des résultats du concours 2015 : 122 candidats présents dont 49 > Bac+2, en fin de concours, 14 des 19 lauréats sont issus de formations supérieures à Bac+2 et 14 résidant à Paris ou en région parisienne !

Il est certain que le profil idéal d’un candidat requiert des aptitudes pratiques, une capacité de réflexion et un minimum de connaissance du milieu professionnel. Mais ces statistiques peuvent effrayer les jeunes bacheliers ! D’autant que l’accès à l’Université Paris I nécessite une première année (L1) en Histoire, Histoire de l’Art ou Sciences.

Donc, le Bac en poche, le choix peut être relativement restreint : soit s’orienter vers l’ESBA TALM, mais l’offre unique et limitée (5 places) pour la spécialité sculpture qui ne pourra satisfaire l’ensemble des candidats – soit choisir l’ESAA, où l’offre en oeuvres d’art contemporain et  objets ethnographiques, balaie un champs plus large.

Malheureusement, cette année, le concours d’entrée a été supprimé et les perspectives de cette formation semblent compromises.

Alors que l’on contraint les élèves de lycée à faire des choix d’orientation très tôt dans leur scolarité, que les propositions APB ne sont pas adaptées à notre domaine, que l’offre de formation est très hétérogène, nous pouvons poser les questions suivantes :

– L’offre de formation est-elle / sera-t-elle vraiment adaptée sur le plan national et international ?

– Est-elle suffisante, attractive et assez dynamique pour maintenir une qualification supérieure ?

– Quid de la situation européenne ?

Ne faudrait-il pas partager une réflexion nationale pour mieux définir et construire une proposition relativement homogénéisée et plus adaptée aux évolutions professionnelles. Développer des niveaux différents (du Bac au Doctorat) permettant à un plus grand nombre de tenter l’aventure tout en pouvant prendre un autre chemin si cela ne convient pas ?

Qu’en pensez-vous ? Des idées ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration