A propos des objets: à lire dans l’été …

  • Collectif – DODIER N., THEVENOT-BERNARD L.,  CONEIN B., Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Raisons pratiques / Ecole Des Hautes Etudes En Sciences Sociales, 1993

Résumé :
Les Objets Dans L'action - De La Maison Au Laboratoire de CollectifEn quoi les objets méritent-ils la sollicitude dont ils bénéficient aujourd’hui de la part des sciences sociales et des sciences cognitives ? Longtemps, l’analyse sociale et l’analyse psychologique ont été peu disposées à leur concéder les titres qu’elles conféraient à des entités plus distinguées – les personnes, l’esprit, les systèmes symboliques, les structures sociales, la culture, etc. Elles les ont traités sous les catégories de l’instrumentalité, de la contrainte naturelle ou de la symbolisation, sous-estimant ainsi leur potentiel cognitif et pratique.
Ces dernières années, la situation s’est modifiée. Le renouvellement des approches de l’action, le développement de la recherche sur la cognition située , l’application, par l’anthropologie des sciences, d’un principe de symétrie dans l’étude des associations entre humains et non-humains, l’esquisse d’une pragmatique du jugement… toutes ces démarches contribuent à faire découvrir l’importance du rôle médiateur des objets et invitent à renouveler les catégories de leur analyse. C’est de cette évolution que les auteurs de ce volume ont cherché à rendre compte.

  • SIMONDON G., Du mode d’existence des objets,  Aubier, Paris, 2001

Résumé :

L’ouvrage de Gilbert Simondon est célèbre à un double titre. C’est l’une des premières et des plus fortes tentatives pour réintroduire l’objet technique dans la culture, faire cesser son aliénation purement ustensile, découvrir les valeurs d’humanité qu’il contient et que la philosophie a trop longtemps méconnues au nom de la relation de propriété ou d’usage.

C’est ensuite une élucidation originale de l’essence des objets techniques. Simondon la décrit comme une genèse spécifique qui prend la forme d’un processus dit de concrétisation , distinct aussi bien des perfectionnements empiriques que de toute déduction à partir de principes théoriques préalables. Cette conception s’élargit sur des perspectives éthiques, religieuses et esthétiques qui découvrent la portée philosophique de l’entreprise.

  • BAUDRILLARD J., Le système des objets, Tel / Gallimard, Paris, 2001

Résumé :
Les objets en particulier n’épuisent pas leur sens dans leur matérialité et leur fonction pratique. Leur diffusion au gré des finalités de la production, la ventilation incohérente des besoins dans le monde des objets, leur sujétion aux consignes versatiles de la mode : tout cela, apparent, ne doit pas nous cacher que les objets tendent à se constituer en un système cohérent de signes, à partir duquel seulement peut s’élaborer un concept de la consommation. C’est la logique et la stratégie de ce système d’objets, où se noue une complicité profonde entre les investissements psychologiques et les impératifs sociaux de prestige, entre les mécanismes projectifs et le jeu complexe des modèles et des séries, qui sont analysées ici.

  • MARTIN, M., Des humains quasi objets et des objets quasi humainsL’harmattan, Paris,  2009

Résumé:

Ala fois acteur et spectateur de son conte de vie, l’homme a dû donner une signification aux évènements qui en jalonnent le cours et en donnent sa densité. Et c’est à travers la catégorisation et la désignation que leur sens s’est élaboré. Cet ouvrage se propose de montrer qu’il existe différents univers au sein desquels les objets du monde sont répertoriés. Cependant le passage de l’un à l’autre réinscrit l’objet, pris dans son sens généraliste, dans un système de classification où ses qualités premières sont modifiées soit par amplification (le sous-marin nucléaire dénommé Le Redoutable afin de mettre en relief sa qualité attendue et supposée), soit par réduction (l’esclave ayant perdu sa qualité d’homme pour n’être qu’un outil de travail). Ce phénomène ouvre également sur la mise en place de territoires tabous.

  • BEYAERT-GESLIN, A., Sémiotique des objets. La matière du temps, Sigilia / Presses Universitaires de Liège, Liège, 2015

Résumé :
Ce volume est une réflexion sur le temps représenté par les objets quotidiens. En sollicitant la phénoménologie, les sciences de l’information et de la communication et la sociologie, cette étude sémiotique montre comment une tasse ou une chaise saisissent le temps au passage, lui offrent un plan de manifestation, permettent de le penser et de le mesurer. L’ouvrage se décline en trois volets qui explicitent la relation que cette temporalité incarnée construit avec les usagers. Les objets nous ancrent dans le présent de l’expérience mais, lorsque nous les quittons, s’inscrivent aussi dans le passé de la mémoire où ils constituent des points de repère. Ils donnent alors accès au temps diachronique. Protagonistes de leur temps, ils viennent à nous sous la forme de la collection, du vintage , du kitsch ou du marqueur générationnel mais se dissolvent aussi dans ces ambiances du passé que nous aimons reconstituer. Ils élaborent ainsi un temps historique. Ils mesurent enfin le temps de l’expérience et, sollicitant le geste, dessinent des formes de vie. Ce temps du faire permet de distinguer, à partir de l’action, le statut des objets domestiques et artistiques. Cet ouvrage consacré à la temporalité incarnée poursuit une interrogation initiée avec Sémiotique du design, publié en 2012 aux Presses universitaires de France. Il accorde cependant aux objets domestiques une attention très spécifique qui, par la théorisation et les analyses, discute quelques concepts clés de la sémiotique actuelle, en premier lieu les valeurs. S’inscrivant lui-même à un moment précis de l’histoire des objets, le lendemain de la société de consommation, il accorde résolument son privilège aux valeurs de la passion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.