CONSERVATION, RESTAURATION ET ART CONTEMPORAIN

MOUVEMENT, TEMPS, LUMIÈRE : LA RESTAURATION DES OEUVRES À L’ÈRE DE L’OBSOLESCENCE TECHNOLOGIQUE.

Atelier Julio Le Parc © ADAGP, Paris 2013

Comment conserver-restaurer les multiples matériaux et supports modernes utilisés par l’art contemporain à l’heure où les produits technologiques se périment de plus en plus vite, sans cesse remplacés par d’autres présentés comme plus performants ?

C’est cette question passionnante que nous vous proposons d’explorer cette semaine :

En particiant à la rencontre du 12 juin sur le thème Arts et Sciences : mouvement, temps, lumière !

Marie-Hélène Breuil (professeur d’histoire de l’art dans le département Conservation-restauration des oeuvres sculptées à l’Ecole supérieure des beaux-arts Tours-Angers-Le Mans (Site de Tours) et présidente d’INCCA-f), Alice Moscoso (restauratrice de films, chargée des numérisations au musée national d’art moderne), Laure Vidal (restauratrice), Gilles Barabant (responsable de la filière art contemporain du département Restauration du C2RMF), Cécile Dazord (conservateur au département Recherche du C2RMF) vous proposeront leur approche autour d’exemples choisis de restaurations d’œuvres contemporaines à caractère technologique.

Infos pratiques : 12 Juin 2013, 18h30, Entrée libre et gratuite
Retrouvez prochainement cette conférence sur iTunes !

En explorant le nouveau numéro du magazine Technè :

Tout au long du XXe siècle le champ de l’art contemporain n’a cessé de s’étendre au point de n’admettre sur le principe aucune espèce ni forme de limitations notamment en termes de matériaux, supports, techniques, procédures… Depuis le début des années 2000, une prise de conscience de la spécificité de la conservation-restauration de l’art contemporain se manifeste à travers la constitution de réseaux professionnels nationaux et internationaux, l’organisation de colloques et la publication d’articles, actes et ouvrages spécialisés. En dix ans, l’obsolescence technologique, autrement dit la disparition des circuits de production et de diffusion de produits remplacés par d’autres – éventuellement analogues mais non identiques – présentés comme plus performants s’est imposée comme une problématique majeure dans ce domaine.
Après une approche théorique du sujet, suivie d’un état des lieux des principales initiatives engagées à ce jour, les phénomènes d’obsolescence et leur impact sur la conservation des œuvres sont déclinés dans différents domaines – de la photographie et la musique au cinéma, en passant par les œuvres lumineuses ou animées de mouvements motorisés. La parole est ensuite donnée à des professionnels aux prises notamment avec la question cruciale et complexe de la documentation technique de ces œuvres. Le volume s’achève sur l’évocation d’expositions récentes faisant la part belle, non sans nostalgie, à des technologies obsolètes ou anciennes et, à ce titre susceptibles de le devenir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.