Quelle “opération” confère à un artefact le statut d’œuvre d’art ?

Comment un objet banal peut-il passer du statut d’objet utilitaire, c’est à dire d’artefact qui a été produit pour rendre un service,  à celui d’œuvre d’art au même titre qu’un chef d’oeuvre de maître ou de génie ? Plus simplement, comment un ustensile peut-il devenir une oeuvre d’art ?
conference_auratisation
© Mediartivista 2014

A priori, une œuvre d’art n’a pas été produite à d’autre fin que celle d’exister pour ce qu’elle est. Elle est inutile dans le  sens où elle ne permet pas de faciliter ou réaliser une tâche, elle ne rend pas de service matériel. Mais dans le sens moral d’un point de vue philosophique, elle compte pour répondre à une attente mentale, un désir spirituel: celui d’élever l’âme, d’éclipser la trivialité des préoccupations du quotidien, et de susciter une émotion esthétique. Dès lors, l’expérience d’un poème, d’un opéra, d’un film, d’une architecture ou d’une performance artistique, peut permettre un sentiment de satisfaction ou de plaisir procuré à la fois par la connaissance et l’émotion. Ainsi, les oeuvres d’art sont des objets de l’esprit. (NB: le droit français les qualifie à juste titre d’ “oeuvres de l’esprit”).

Dans le cas de Fontaine par Marcel Duchamp,  ou de tout autre ready made, il est évident que ce ne sont pas des qualités de forme, de style, de rareté, d’originalité, de préciosité, …. , ni de facture qui en font une oeuvre d’art. L’objet en lui-même, son ustensilité,  relèvent  de la banalité la plus partagée. L’ articité de cette oeuvre n’est donc pas manifeste par la vision seule, ni par aucune tangibilité. Elle ne possède pas d’évidence qui puisse être révélée par le constat d’une nature intrinsèque, de signes d’appartenance à un genre, ni de propriétés ou qualités essentielles, mais nécessite plutôt d’être décelée après un cheminement auto-réflexif et introspectif, inévitablement à partir de l’interrogation “En quoi cet urinoir produit en série s’inscrit-il dans le champ de l’art ?” Tout objet (ou dispositif d’objets) présenté par son auteur, fabriqué spécialement ou détourné de sa fonction initiale, peut se voir décerner le statut d’art, ou est susceptible d’être élevé au rang d’oeuvre d’art, à condition qu’on lui reconnaisse le pouvoir — le plus original possible — de déclencher la réaction émotionnelle du plaisir de la surprise, de la critique, de l’interrogation, de l’admiration, … , de l’expérience qui la procure.

Si l’on scinde l’histoire de l’art en trois grands paradigmes successifs: classique, moderne et contemporain, chacun d’eux implique une définition distincte de l’art. Dans le paradigme classique, l’art s’astreint à une conformité avec les canons hérités de la tradition. Dans le paradigme moderne, l’art veut rendre compte de l’intériorité de l’artiste et de son régime de singularité, ce qui suppose parfois la transgression des canons classiques. Dans le paradigme contemporain, l’art consiste à outrepasser les limites de ce qui est communément admis comme de l’art. L’expérience esthétique n’est pas la même pour chacun des paradigmes. Quand le classique visait à l’élévation spirituelle, et le moderne l’émotion esthétique, l’art contemporain recherche  plus la sensation. Dans un ouvrage commun pluridisciplinaire1, plusieurs auteurs s’emploient à démontrer que ce n’est plus la valeur esthétique établie à partir du beau ou du laid qui prime aussi bien dans la création que dans la réception des œuvres d’art. Authenticité, autonomie, célébrité, cherté, émotion, expérience,  façon, moralité, pérennité, plaisir, originalité, rareté, responsabilité, sensorialité, significativité, spiritualité, travail, unicité, universalité, vérité, virtuosité … peuvent compter autant que l’attrait esthétique. Selon Jean-Pierre Cometti2, l’œuvre d’art ne possède pas de qualités intrinsèques mais existe et se définit au travers de facteurs sociaux, institutionnels et matériels. Dès lors, c’est par une approche pragmatiste qui s’oppose à une  considération fétichiste de l’œuvre qu’on peut en faire l’expérience.

     Si l’on devait formuler seulement deux qualités élémentaires, nécessaires et suffisantes de l’oeuvre d’art et de son utilité cérébrale, ce pourrait être celles de générer au moins la “fascination” et la “révélation”.

___________Notes_____________________________________________________

  1. Heinich N., Schaeffer J.-M., Talon-Hugon C., Par-delà le beau et le laid. Enquêtes sur les valeurs de l’art, presses universitaires de Rennes, 2014
  2. Cometti, J.P., Art et facteurs d’art. Ontologies friables, « Aesthetica », Presses universitaires de Rennes, 2012.

 

 

 



Citer ce billet
Marc MAIRE (2016, 9 septembre). Quelle “opération” confère à un artefact le statut d’œuvre d’art ? Semin'R. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tzaw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search