JERI 2016

Afficher l'image d'origine

PROGRAMME

Auditorium des Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine 1 rue Jacques Léonard, 35000 RENNES Stationnement gratuit sur le parking des Archives. Accès transports en commun depuis la gare (www.star.fr) : Métro station Pontchaillou, puis 15 min à pied.

Vendredi 18 novembre 2016

Entrée gratuite – Inscription obligatoire

8h30 Accueil des participants, petit-déjeuner Installation dans l’auditorium

9h30   Discours d’ouverture

9h45  «Les peintures acryliques en dispersion et le fixage de leur film»  par Olivia BARANI.

Résumé: Les peintures acryliques en dispersion aqueuse pour artistes sont des matériaux synthétiques relativement récents commercialisés depuis 1956 aux Etats-Unis. Les films formés par ces peintures sont réputés pour leur stabilité aux rayonnements ultraviolets, leur bonne flexibilité à température ambiante (~ 20 °C), et sont généralement peu enclins à se craqueler ou à faire apparaître d’autres dommages liés à la dureté. Cependant, des altérations de cohésion et d’adhérence ont été constatées à plusieurs reprises sur des œuvres peintes à l’acrylique notamment sur toile. La problématique de leur fixage est de ce fait réelle et naissante. Un manque relatif de publication spécifique sur ce sujet en l’état actuel de nos connaissances est à constater et nous a donc amenée à conduire deux expériences au laboratoire de peintures et vernis de l’Institut Meurice (Bruxelles). Ces essais ont notamment permis de dresser un premier tableau récapitulatif des principaux risques rencontrés et des précautions à prendre lors de l’intervention de fixage de ces peintures. D’autre part, ils ont mis en évidence un certain nombre de phénomènes qui pourront faire l’objet de nouvelles recherches scientifiques approfondies.

10h35  «La conservation et la réinstallation d’une œuvre contemporaine complexe, évolutive et interactive : Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant. Un questionnement sur l’adaptation de la pratique du conservateur-restaurateur face à ce type de créations» par Héléna BÜLOW.

Résumé: Cette communication présente une approche de la conservation des œuvres contemporaines perçues comme complexes du fait de leur matérialité mixte, du nombre important d’éléments constitutifs et de leurs modalités d’exposition (œuvres à dimensions variables, interactives, fonctionnelles…). Une étude de cas de l’œuvre Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant sera pré- sentée. Elle permettra de montrer concrètement les difficultés et les principales interrogations pour la conservation, la gestion et la réinstallation de ce type de création. L’oeuvre étudiée a été réalisée en 1994, par Joachim Pfeufer en rapport à un projet artistique créé en collaboration avec Robert Filliou. Cette œuvre est interactive, évolutive, protéiforme et son installation a été jusqu’à présent dirigée par l’artiste. Plusieurs interlocuteurs ont été sollicités pour appuyer et collaborer aux traitements de conservation-restauration préconisés. Il apparaît alors que le conservateur-restaurateur d’œuvres d’art contemporain complexes ne doit pas s’attacher à la seule matérialité mais également à l’expérience que l’œuvre offre aux visiteurs, à son fonctionnement, afin qu’elle soit pleinement comprise et conservée. Les documents réalisés (constat d’état, guide de réinstallation, etc) contiennent un système d’informations qu’il semble nécessaire de conserver en vue de la réinstallation de ce type d’œuvres.

11h20  Pause

11h40  «L’apport du numérique dans le cadre du projet de restauration de la tour de Nankin du Musée des Beaux-Arts de Rennes». Atelier Régional de  Restauration – Bignan ; Geneosis & Musée des Beaux-Arts de Rennes. Présentation par François COULON, Marie-Cécile et Philippe CUSSON.

Résumé: La tour de Nankin du musée des Beaux-Arts de Rennes appartient à la collection de Robien. Cette maquette qui se présente actuellement en pièces détachées date de la fin du XVIIème siècle et provient de Canton, en Chine. Elle est composée d’un assemblage complexe mais répétitif (bois, nacre, décor de sousverres), et la modélisation en 3D a été un outil très efficace pour comprendre l’objet, transcrire son état de conservation, envisager les différentes hypothèses et conforter le parti pris de restauration. Au-delà des possibilités de l’outil numérique pour réaliser une reconstitution virtuelle ou fabriquer une réplique avec des technologies de prototypage, il est ici question de confronter l’approche d’un bureau d’études industriel sur un objet issu d’une production artisanale, avec les regards croisés du restaurateur et du conservateur.

12h30  Pause déjeuner (1h30)

14h15 «Etude historique et scientifique des pâtes à modeler ; la conservation-restauration de deux bustes d’Auguste Rodin» Restaurateurs : Hélène BLUZAT, Agnès CASCIO, Guylaine MARY Scientifiques : Nathalie BALCAR, Marine COTTE, Juliette LANGLOIS, Yannick VANDENBERGHE. Présentation par : Hélène BLUZAT, Guylaine MARY.

Résumé: Cette présentation expose le détail d’une recherche concernant les pâtes à modeler utilisées par Rodin. Ce travail, mené en collaboration avec le C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) et le ESRF (European synchrotron radiation facility), a été entrepris préalablement à la restauration de deux bustes de Rodin, ceux d’Hanako (1908-1912) et de Clémenceau (1911-13). Ces deux œuvres en plâtre comportaient une part importante de volumes additionnels réalisés avec de la pâte à modeler souvent désignée de façon impropre et abusive, par l’appellation « Plastiline ® ». Avant d’entreprendre une restauration, il était important d’identifier précisément la composition de ce type de matériau, très peu étudié jusqu’à présent et de comprendre les processus de dégradation. Nous mettrons en avant les aspects innovants de cette recherche. Ceux-ci concernent tout d’abord les méthodes scientifiques utilisées pour l’identification des pâtes et de leurs altérations. Puis un protocole de tests d’atelier portant sur le nettoyage, le fixage et le collage a été mis en place. Ces tests nous ont menés entre autres à expérimenter la technique de la photo-ablation qui n’avait, à notre connaissance, jamais été utilisée auparavant sur ce type de matériau.

15h10  «Le restaurateur face à la matérialité des oeuvres sur supports numériques» par Alexandre MICHAAN.

Résumé: Avec l’expansion de la présence de supports numériques dans les collections d’art contemporain, et l’accélération du phénomène d’obsolescence technologique engendré par le constant renouvellement des appareils produits par l’industrie, un nombre grandissant d’œuvres produites dans le domaine du numérique se voit concerné par des enjeux de conservation et de restauration que l’on a pourtant longtemps cru peu pertinents dans le cas de ces œuvres, du fait de leur supposée « immatérialité ». Nous verrons en quoi cette idée d’une absence de matérialité de l’œuvre numérique, toute tenace qu’elle soit, est profondément erronée et masque en réalité une matérialité certes complexe dans ses manifestations mais bien réelle, une matérialité sur laquelle il est possible et nécessaire d’agir pour les restaurateurs et les acteurs de la conservation. À travers l’étude de plusieurs cas d’œuvres numériques audiovisuelles qualifiables aujourd’hui de technologiquement « obsolètes », nous tenterons de montrer de quelle manière les mécanismes d’altération de ces œuvres et les questionnements déontologiques qu’elles suscitent sont intimement liés à une forme de matérialité tout autant assujettie au passage du temps que celle des œuvres issues de domaines plus traditionnels.

15h55 Pause

16h15 «La Sphinge dite «au parapluie», sculpture d’extérieur en béton armé. Recherche sur le contrôle de la corrosion des armatures métalliques par protection cathodique avec anodes sacrificielles» par Claire BRIÈRE.

Résumé: La Sphinge dite « au parapluie » est une épreuve creuse en béton de chaux armé. Conservée dans la cour de l’hôtel particulier de Lamarck à Paris, son état structurel était très préoccupant. Ses armatures ferreuses s’étaient oxydées et, augmentant de volume, avaient provoqué l’éclatement du béton. L’œuvre était ainsi parcourue de profondes fissures et plusieurs fragments étaient tombés. Sans une stabilisation des éléments ferreux, aucun traitement de conservation-restauration n’aurait pu être pérenne. Les armatures ne pouvant être supprimées ou traitées par un moyen traditionnel, nous avons mené une recherche sur le contrôle de la corrosion. En collaboration avec le LRMH et l’entreprise Freyssinet, nous avons étudié la Protection Cathodique avec anodes sacrificielles, et l’applicabilité de cette méthode expérimentale à la Sphinge « au parapluie » (miniaturisation).

17h00  Conclusion et clôture

EN COMPLÉMENT DE JERI

Samedi 19 novembre 2016

Visites possibles du :

  • Musée des Beaux-arts de Rennes
  • Musée de Bretagne
  • FRAC Bretagne (à l’occasion de la biennale d’art contemporain Les Ateliers de Rennes)

Gratuité accordée sur présentation du bage JERI. Possibilité de visites guidées (sous réserve d’un nombre suffisant d’inscrits) du Musée des Beaux-Arts et du Musée de Bretagne (dont les réserves). Précisions à venir.

POUR S’INSCRIRE À LA JOURNÉE JERI

Entrée gratuite. Inscription obligatoire avant le 10 novembre 2016 Merci de remplir le formulaire en ligne, en précisant si vous êtes intéressé(e) pour déjeuner au restaurant du FRAC (à 5 min à pied, aux frais des participants, dans la limite des places disponibles) le vendredi midi et pour participer aux visites muséales du lendemain.

Pour toute question : 16jeri@gmail.com

 

Afficher l'image d'origine



Citer ce billet
Marc MAIRE (2016, 24 septembre). JERI 2016. Semin'R. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tzb5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.