Untergunther, des « restaurateurs pirates ».

Il y a 10 ans déjà, Untergunther, un groupe clandestin effectuait secrètement pendant un an la remise en fonction de l’horloge parisienne du Panthéon: un modèle Wagner du XIXe siècle, saboté au cours des années 1960 par un employé lassé de la corvée de remontage régulier et laissé depuis en l’état d’abandon.

 

Le logo d'Untergunther : les deux chiens font référence à leur système anti-intrusion, qui consiste en des aboiements pré-enregistrés pour faire fuir quiconque s'approcherait de leur "planque".

Le logo d’Untergunther : les deux chiens font référence à leur système anti-intrusion, qui consiste en des aboiements pré-enregistrés pour faire fuir quiconque s’approcherait de leur « planque ». • Crédits : Urban eXperiment

La mission que s’était fixée Untergunther, était de préserver la partie non-visible du patrimoine, c’est-à-dire une partie qui ne soit « ni accessible, ni apparente au public, et le plus souvent, pas plus à l’administration qui en a la charge. Le patrimoine oublié en un mot … délaissé … presque perdu », précisait ainsi Lazar Kunstmann dans l’ouvrage collectif La Culture en clandestins. L’UX., éditions Hazan, 2009. Pour s’occuper de ces « délaissés urbains », les membres du groupe ont décidé de ne pas imiter les associations traditionnelles avec des demandes de subventions et des demandes d’autorisation. Pour eux, seules importaient la compétence technique, les moyens  et l’action. « Il y a un patrimoine qui fait l’objet de peu d’efforts de conservation, c’est ce qu’on peut appeler le patrimoine commun, dont l’intérêt technique, artistique ou patrimonial n’est pas perçu, forcément, par un œil non averti, n’est pas perçu du plus grand nombre, regrette Lazar Kunstmann. C’est le cas par exemple de l’horlogerie d’édifice, qui ne déplace par les foules. Alors qu’un patrimoine exceptionnel, un édifice prestigieux, un tableau, une sculpture remarquable fait elle l’objet d’une grande attention du public et donc des autorités qui sont censées la gérer, la conserver. Le problème c’est que le patrimoine qui fait l’objet du plus grand effort est celui qui, par définition, est le moins représentatif de l’époque qui l’a vu naître. » Ce patrimoine oublié, condamné par son occultation est sauvé par cette même invisibilité une fois qu’il a été restauré. « La visibilité d’un site ou d’un objet l’expose à quantité de risques, comme le vandalisme ou même la simple dégradation par l’usure d’un site parce qu’il est fréquenté. Un site qui est complètement invisible, subit relativement peu de dégradations liées à la fréquentation« , précise Lazar Kunstmann.


2 réflexions sur « Untergunther, des « restaurateurs pirates ». »

  1. Impossible de trouver le bouquin: La culture en clandestins
    Un lien vers un ebook, pdf ?
    Svp ? Je le cherche depuis un moment là.

    1. Désolé, je n’ai pas de tuyau pour trouver le bouquin.
      Il faudrait peut-être jeter un oeil du côté du marché de l’occasion …
      Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.