De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art.

Heinich N. , & Shapiro R.  (sous la dir. de), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure « , 2012, 336 p.,
ISBN : 9782713223365.
______________

       La publication du livre dirigée et signée par deux sociologues de l’art et de la culture, Nathalie Heinich et Roberta Shapiro, vise à expliquer les raisons du « passage à l’art  » et à définir le concept d’ « artification ».

Ce livre est le résultat d’un travail articulé sur une journée d’étude à la BnF en 2006 et sur un séminaire  à propos de l’artification. Il réunit seize contributions de François Brunet, Martine Chaudron, Diana Crane, Béatrice Fraenkel, Nathalie Heinich, Graham Jones, Marisa Liebaut, Michel Melot, Véronique Moulinié, Emilie Notteghem, Serge Proust, Vincent Seveau, Roberta Shapiro et Magali Sizorn.  Elles se succèdent en s’appuyant sur des études ou des notes de synthèse à propos de la danse hip-hop, de la photographie, du graf aux métiers d’art, de l’art naïf à l’art brut, des arts primitifs au théâtre, du cirque à la magie, de la typographie au cinéma, de la mode aux objets de culte et de la bande dessinée au patrimoine.  A la fois le titre de l’ouvrage et la succession d’études de cas, ne laissent  pas de doute: les auteures veulent s’inscrire dans une démarche de sociologie pragmatiste qui s’intéresse à des « actions observées » en « situation réelle ». Les auteures veulent résolument se démarquer, tant  des « grandes hypothèses explicatives » qui font apparaître d’emblée les origines sociales des individus pour comprendre le sens qu’ils peuvent donner à leur action, que  de « l’approche normative consistant à instrumentaliser la recherche au service de la dénonciation des hiérarchies injustes ou des effets de dominations illégitimes » (p.275)
 
   Déjà dans  l’avant-propos, Roberta Shapiro définit d’emblée l’artification, en tant qu’une théorie de l’action« qui met l’accent sur ce que les gens font » (p.22). Elle « désigne le processus de transformation du non-art en art, résultat d’un travail complexe qui engendre un changement de définition et de statut des personnes, des objets, et des activités » (p.20). Sa conséquence est un « déplacement durable de la frontière entre art et non-art ». L’artification est un processus de transformation du non-art en art par des opérations techniques, sémantiques, juridiques, temporelles, spatiales, organisationnelles, … Par artification, il ne faut pas entendre légitimation artistique, précise  l’auteure, qui relève , elle, d’une démarche de classification et de hiérarchisation. Artification et légitimation sont des processus bien distincts. Il ne faut pas confondre le paradigme de la légitimité artistique, une démarche classificatoire qui institue des degrés de valeur à l’intérieur d’un monde de l’art qui serait toujours préexistant, et celui de l’artification qui veut comprendre d’une part la genèse de l’objet d’art ou de l’activité artistique, d’autre part la dynamique de ses conditions de possibilité. Les négociations sur  les échelles de légitimité et sur les qualifications des nouvelles productions  ne s’opèrent que lorsque les transformations matérielles ont eu lieu.  L’artification d’Heinich et Shapiro cherche à fois l’explication du processus d’apparition de l’art, et son ontologie. Comment se produit un  » déplacement de frontières » comment se produit « l’émergence de nouvelles formes d’art  » ? Au fur et à mesure de la lecture, le concept d’artification est de plus en plus affiné :  » l’artification est la résultante de l’ensemble des opérations, pratiques et symboliques, organisationnelles et discursives, par lesquelles les acteurs s’accordent pour considérer un objet ou une activité comme de l’art  » (p.21). La précision de la définition apporte un éclairage indéniable. Cependant, elle assimile encore l’artification à « un processus qui institutionnalise l’objet comme œuvre, la pratique comme art, les pratiquants comme artistes, les observateurs comme publics, bref qui tend à faire advenir un monde de l’art » »(p.21). On est encore là, en présence d’une approche sociologique de l’art, avec laquelle les auteures ont pourtant prétendu vouloir rompre.  » Mais ne s’agit-il pas ici d’une description d’un processus de légitimation d’une pratique ?  » Et de poursuivre,  » Néanmoins, ce développement ne se fait pas sans heurts, car il existe également toutes sortes d’obstacles à l’artification, de résistances, de pratiques de contournement » (p.21).
          Dans la postface de l’ouvrage,  Nathalie Heinich et Roberta Shapiro en synthèse de leur cheminement, et à l’instar de Nelson Goodman à propos de l’art, posent la question « Quand y a-t-il artification ? ». Pour y répondre, elles recensent des champs où le processus est susceptible  d’avoir lieu. L’ « artisanat traditionnel » duquel  » se sont […] émancipés, en partie, les métiers d’art »,  l’industrie, les loisirs et le « divertissement » sont mentionnés.  Le hip-hop et le graffiti « qui ont réussi à s’émanciper de leur pratique ludique et adolescente pour pénétrer les scènes du théâtre et d’exposition » (p.277) exemplifient le raisonnement. Les auteurs tentent de définir qui sont les opérateurs de l’artification, recensés dans une liste: juridiques, cognitifs, temporels, spatiaux, institutionnels, marchands, sémiotique, médiatiques, corporels, organisationnels, hiérarchiques, pratiques, esthétiques, discursifs. Puis en référence aux travaux de d’  Alan Bowness, les auteurs poursuivent en voulant distinguer  les  « artificateurs ». L‘historien d’art britannique et un temps directeur de la Tate Gallery qui s’est penché sur les raisons de la notoriété (Bowness, 2011) a voulu démontrer que, loin d’être acquis par la chance, le succès est atteint grâce à un processus de reconnaissance par un milieu déterminé. Et l’accès progressif à différents stades de reconnaissance rend ce succès largement prévisible. Il  en distingue quatre : celle des pairs, celle des critiques, celle des marchands, enfin celle du public. Les artificateurs  peuvent donc être les producteurs eux-mêmes: les marchands, les galeristes, les amateurs éclairés, les critiques, les conservateurs, les opérateurs de l’État, et même des travailleurs sociaux comme le public.  Ce n’est plus une instance supérieure, l’Académie, qui fait l’artiste, mais le marché, les grands collectionneurs, les jurys de prix, les directeurs de galerie ou de foire d’art, les commissions d’attribution des subventions, les commanditaires publics , les fonds de pension spéculatifs, etc. Des populations de plus en nombreuses et de plus en diversifiées sont engagées dans l’artification pour en tirer, le cas échéant, des bénéfices. De l’action de ces agents, l’artification peut s’en trouver durable, à moitié acquise, partielle, en voie d’accomplissement, en voie de réalisation, ou impossible.


    Les articles apportent tous leur lot d’informations singulières,. Cependant leur addition ne parvient pas à convaincre irréfutablement du bien-fondé de l’artification en tant que concept éclairant sur le « processus de passage à l’art ».  Dès lors qu’il lit  « On peut supposer ainsi que la typographie, la gastronomie, l’œnologie, l’art des jardins, le parfum resteront dans le meilleur des cas des « arts » au sens métaphorique du terme (…)  » (p.291), le lecteur ne peut qu’être  déçu par cet argumentaire paradoxal à ce qui était annoncé en début d’ouvrage: il déplorera qu’il s’agit encore d’une logique de classement, de hiérarchisation tacite. Même s’il est vrai que « La montée en artification s’est opérée par l’accès d’un certain nombre de créations aux circuits de l’art contemporain, par la mise en avant de leur caractère artistique dans les médias, par l’essor d’un secteur éditorial spécialisé et par le soutien d’amateurs » (p.169), les exemples donnés, tel celui du grafitti, ne sont pas persuasifs. Pour ce dernier, il ne s’agit que de la description de modalités de légitimation par le champ artistique lui-même d’une pratique subversive. Même le « cas d’école » de l’art brut dont Jean Dubuffet, on le sait, fut le grand « artificateur » (p.238), ne parvient pas à dépasser un processus de légitimation que les deux directrices du livre affirment pourtant vouloir ne pas confondre. Pourquoi reste -t-on sur sa faim, quand in fine,  il n’est pas possible de retenir en quoi l’usage du concept d’artification fournirait des éléments de compréhension du fait qu’une pratique puisse devenir artistique. Peut-être que le procédé d’analyse du processus d’artification,  qui « repose sur des méthodes qui décrivent avec précision les actions des personnes, la forme et l’agencement des objets, et le sens qu’on leur donne, sans perdre de vue des cadres généraux de la société » (p.21), mais sans autre apport que les contributions de l’ouvrage,  s’est révélé inapproprié quant à l’enjeu que s’étaient fixé N. Heinich et R. Shapiro.

Pour élargir la réflexion :
  • BECKER Howard S., Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (1982),
  • BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, nrf essais, 2000,
  • BOWNESS Alan, Les conditions de la notoriété, Paris, Allia, 2011,
  • COMETTI Jean-Pierre, Art et facteurs d’art. Ontologies friables,  Rennes, presses universitaires de Rennes, 2012,
  • HEINICH Nathalie,  Du peintre à l’artiste, Paris, Minuit, 1993,
    HEINICH Nathalie, Le triple jeu de l’art contemporain, Paris, Minuit,    1998,
    HEINICH Nathalie, « A propos de ‘De deux facteurs institutionnels de la différenciation générique », in N. Heinich et J.-M. Schaeffer, Art, création, fiction. Entre sociologie et philosophie, Paris, Jacqueline Chambon, 2004,
  • SHUSTERMAN, L’art à l’état vif, Paris, Editions de Minuit, 1992,
  • ZOLBERG Vera & CHERBO Joni Maya, Outsider Art. Contesting Boundaries in Contemporary Culture, New York, Cambridge University Press, 1997.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.