La « Petite philosophie du constat d’état » de J.P. Cometti

Une recension de la PETITE PHILOSOPHIE DU CONSTAT D’ETAT

in Jean-Pierre COMETTI, Conserver / Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, Gallimard/ nrf essais , Paris, Février 2016, (p. 217- 225)

par  Marc Maire, Avignon, 04.12.2016

« Pour n’en considérer que les grands traits, le constat d’état vise à identifier et à regrouper de façon hiérarchisée les propriétés significatives d’un artefact, tel qu’il se présente à l’observation, de manière à évaluer les éventuelles altérations, c’est-à-dire à les identifier et à en mesurer la gravité par rapport à un état supposé antérieur de l’observation proprement dite (son état actuel). Il s’agit donc d’évaluer une différence ou un différentiel se rapportant à des épisodes temporels distincts qui demandent à être localisés et identifiés de manière à mieux en mesurer les effets. » 1

  Curieusement, l’ultime partie de l’ouvrage philosophique Conserver / restaurer. L’œuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, apparaît doublement minorée par son auteur, Jean-Pierre Cometti: elle est positionnée en annexe du sommaire et son titre affiche un prédicat qui vise à minimiser la portée du discours. Difficile a priori d’en comprendre les raisons, quand on connaît le philosophe et son trajet peu enclins à la dérobade. Sauf à y voir une humilité, un profond respect, voire une retenue de l’auteur à l’égard des professionnels et de l’activité qu’il étudie, et dont il fait preuve de manière plus flagrante ailleurs. L’explication nous est finalement donnée avec la première annotation du texte, par laquelle l’auteur s’empresse avec force de précision, de relativiser la teneur de son propos, faute d’une homogénéité de méthode entre cette partie et le reste du livre. A tel point que Jean-Pierre Cometti avait envisagé le passage à la trappe de cet appendice, de sorte qu’il fallut l’en dissuader à force de persuasion de l’importance de ce morceau dans la situation de la conservation-restauration aujourd’hui en France à propos d’une tâche à la fois emblématique et cruciale.

Curieusement encore, et par une coïncidence qui mériterait quelque interrogation, la petite philosophie du constat d’état  paraît au moment même où un conseil d’experts français s’emploie à la révision de la normalisation de la norme européenne EN 15898 – Novembre 20111 sous l’égide de l’AFNOR, en correspondance avec des homologues d’autres pays.

Après avoir signifié très justement que le constat d’état s’inscrivait dans une démarche d’enquête, maître-mot et socle de la posture analytique et critique du conservateur-restaurateur comme de celle du pragmatiste, l’auteur propose d’apporter un éclairage sur les notions de constat et d’état. Comme un Wittgenstein numérotant des commentaires successifs, il commence au chiffre 1 par attirer l’attention sur deux distinctions à propos de l’empirisme qui se recouvrent. De celle entre les données observables et les  ressources propres à l’esprit et au langage, comme de celle entre physique et mental, dépendra la démarche empirique qui sous-tend le constat d’état, qui  s’entame par un examen de nature et de mesure, s’ alimente par  l’accumulation d’observations et de faits mesurables. La méthode s’en trouvera différente, selon que l’on choisisse un empirisme de principe, d’inspiration aristotélicienne ou de type constructiviste tel que Bacon l’a initié, et dont on peut extraire jusqu’à des lois générales par raisonnement inductif.

Or à partir d’effets et en appui d’hypothèses, le constat d’état s’emploie à l’abduction de causes probables mais non certaines. Par suite, plus  l’observation de l’occurrence d’un même phénomène se répète, plus la croyance subjective en la répétition de ce phénomène se renforce. L’idée de causalité est induite, progressivement, par l’observation concomitante et réitérée de deux événements,  suivie d’un processus d’association d’idées.

Cependant, eu égard à la récurrence du caractère singulier — et même unique en un certain sens — d’un bien culturel non dissocié de ses conditions contextuelles d’usage et de fonctionnement, passées et présentes, on voit mal aujourd’hui un praticien du constat d’état ne pas adopter un empirisme faisant la part belle à un raisonnement inductif, mais qui ne vise aucune certitude ni loi générale même avec le recours aux examens et analyses scientifiques.

La lutte  pour l’élévation de l’activité de conservation-restauration au rang de la profession à caractère libéral, ne justifie pas que l’on cédât à la tentation de sa légitimation et de la légitimité  de ses résultats, par l’illusion de la vérité scientifique alléguée par  un certain positivisme.

L’argumentaire numéro 2 permet à l’auteur de signaler qu’une bonne part de la philosophie moderne, depuis Kant et sa Critique de la raison pure , s’est forgée à partir de débats autour des conceptions de l’empirisme et sur les rapports du langage et du réel. Le constat d’état consistant à rendre compte d’un écart entre un état à un moment donné, et celui supposé d’origine, fait précisément resurgir la question du statut des données observées et décrites: faut-il les considérer comme des faits objectifs, ou recèlent-elles des inférences inductives ou déductives ?

Puis l’auteur en vient à des affirmations qui représentent une position véritablement séditieuse aux yeux de l’opinion la plus répandue dans le milieu professionnel et des formations à la conservation-restauration. Le témoignage de l’auteur d’une oeuvre d’art sur son état matériel ne vaut pas plus que celui de n’importe quel récepteur ! Et quand bien même on serait tenté de penser que le premier  est le mieux placé pour l’explicitation de ses intentions originelles, celle-ci constitue une attestation moins fiable que l’interprétation du second !

Il poursuit en dénonçant le recours au scientisme qui, même en s’appuyant sur des technologies de plus en plus sophistiquées, ne parviendra pas à remplacer les « conditions de type épistémologique impliquées  [… ] à l’occasion de ce moment élémentaire et décisif que constitue le constat d’état. » (p. 222) C’est du reste une critique indirecte de la plupart des instances publiques françaises dédiées à la conservation-restauration telles que la plus prestigieuse d’entre elles, le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, qui comme on peut s’en rendre compte notamment dans sa « vitrine » —la revue Techne —, mise encore et fonde principalement ses résultats comme sa légitimité sur la scientificité de son rapport matérialiste aux œuvres d’art. Or selon Jean-Pierre Cometti, les propriétés d’un bien culturel sont indissociables des interactions qui en déterminent les principales significations et valeurs dans un « jeu de langage » tel que Wittgenstein le concevait. « Toute propension à la réification qui occulterait l’ancrage des propriétés dans des contextes d’usages serait proprement égarante. »(p.223)

Après le développement de cette conception du constat d’état, on comprend mieux pourquoi l’auteur fonde son établissement sur les procédures de l’enquête de type pragmatique. Selon ce paradigme, le constat d’état, qu’il concerne une oeuvre d’art ou un artefact ethnographique,  ne se limite précisément pas à une constatation de quoi que ce soit, encore moins exclusivement matérielle. Dans cette véritable démarche critique, les éléments à retenir pour pertinents le sont forcément en fonction d’une attention à des propriétés. A partir de l’interprétation de symptômes, celles-ci seront analysées avec le souci de  vérifier les hypothèses qui s’accordent le mieux avec la spécificité de l’objet et des contextes d’usage auxquels on est en mesure de le rattacher. « … nous avons donc affaire … à un processus récursif (le constat d’état) qui se contrôle à la faveur des allers-retours qu’il exige et des équilibres qu’il autorise. » En d’autres termes et comme déjà dit, il s’agit d’une procédure abductive (ou rétroductive), qui consiste à tenter de faire état des  «… conditions qui doivent être supposées pour rendre compte des aspects sous lesquels se présente un objet , dans les conditions d’attention qui lui sont prêtées, … » (p.224). L’enjeu de l’opération consiste à envisager, préconiser et justifier « une intervention accordée aux finalités de la conservation-restauration et à sa déontologie » (p.224-225) en mobilisant pour ce faire « toutes les procédures d’inférences disponibles ».

On se souvient que Jean-Pierre Cometti était un familier de la philosophie autrichienne lorsqu’il évoque l’usage possible du « conditionnel contrefactuel » dont la discipline de l’histoire a déjà su s’emparer. Car celui-ci, assimilé à une expérience de pensée, se révèle un outil très utile pour tenter d’agréger les informations qui concernent la  trajectoire des objets dans le temps, leur modes d’inscription dans différentes situations et contextes, « et les attentes que nous projetons en eux ».(p.225). Compris sous la forme suivante , « si x possédait la propriété p, il en résulterait une situation telle que … », le contrefactuel conditionnel est « un raisonnement non factuel qui postule un état non donné à l’intuition dans le but d’en tirer des conséquences ayant une valeur cognitive. [ …] Selon que cette conséquence est ou non actualisée , l’hypothèse que recouvre le « si » peut être validée ou non. » (note 13 p. 288). Selon cette définition qu ‘en donne Jean-Pierre Cometti dans sa toute dernière note, le contrefactuel conditionnel n’est pas sans référer à l’expérience de pensée théorisée par Mach dont on sait à quel point elle a pu influencer les avant-garde artistiques russes constructivistes et formalistes, et telle que Wittgenstein la distingue de l’ expérience réelle où les conséquences d’une modification sont observées, alors que dans une expérimentation mentale, une fois la modification imaginée, il faut encore entrevoir et élaborer ses conséquences, ses résultats.A supposer que…” est l’origine de l’imagination et du développement d’une hypothèse. La supposition qui en est le point de départ peut être comparée au « début d’un calcul »2 de ses conséquences possibles. Wittgenstein conçoit en effet l’expérimentation mentale comme un mode de raisonnement analogue à celui d’un calcul. Envisagé de la sorte, le processus d’élaboration d’une supposition se distingue de la formulation, à la fois d’une prédiction (« il en sera ainsi”), et d’une norme (“il doit en être ainsi”). Ce n’est pas faire une expérience mentale et obtenir des résultats, mais imaginer faire une expérience et imaginer ses résultats. L’expérience de pensée utilisée notamment en philosophie analytique, débute par la formulation d’une hypothèse théorique initiale: « qu’adviendrait-il si… ? » Elle se poursuit par la description d’une situation contrefactuelle « alors il adviendrait que … » qui sera éprouvée in fine.  De nombreuses expériences de pensée tentent de résoudre les paradoxes cognitifs; elles s’appliquent à des situations réelles possibles, logiquement, d’après la compréhension des lois de la nature, et dans le temps.

Avec l’intention d’échapper à une heuristique qui se bornerait à une méthode de résolution d’un problème qui ne passe pas son analyse détaillée, mais par des signes d’appartenance à un type de problèmes donnés déjà circonscrits, l’approche conditionnelle et contrefactuelle envisagée dans l’exercice du constat d’état, consiste en un cheminement sur le fil du rasoir oscillant entre objectivation et imagination. Pas à pas il progresse lentement entre l’usage du conditionnel – qui envisage les possibles du passé ainsi que ses futurs non encore advenus, et le « et si ? » – qui suppose une trajectoire temporelle plus aléatoire et contingente.

Que dire in fine de cette petite philosophie du constat d’état, dont on aura remarqué qu’elle fait volontairement abstraction du rôle subsidiaire de l’imagerie spécialisée (photographie, cartographie, croquis et schéma) dans l’établissement d’un « bilan de santé » patrimoniale. L’analyse n’envisage pas non plus les différentes fonctions et finalités que peut endosser le constat d’état. Document de référence devant accompagner tout bien culturel selon les diverses situations et circonstances d’usages qu’il rencontre, il sert toujours à pouvoir mesurer un état de conservation de ce bien à un moment donné, afin de permettre aussi d’en suivre l’évolution, et de déterminer éventuellement la nature, l’étendue et la temporalité des mesures de conservation / restauration nécessaires et adéquates. Le constat d’état désigne un acte au sens à la fois de la démarche et de son résultat qui conduisent à l’établissement d’un document essentiel, parfois contractuel lorsque des dispositions à caractère juridique s’appuient sur son contenu. A considérer la contribution de l’image au constat d’état et la variété de son exploitation, il est fort probable que l’argumentaire et les conclusions de Jean-Pierre Cometti concernant notamment la question de l’objectivité, s’en fussent trouvés modifiés. Ce dont il avait certainement conscience, et qui l’a conduit à relativiser son propos.

En toute fin de son aventure philosophique en conservation-restauration, on ne peut s’empêcher de constater le parallèle qui relie  le constat d’état à une bonne part de la philosophie qui fonde celle de l’auteur : une démarche analytique, critique, et d’inférence telle que les auteurs fondateurs de la philosophie pragmatiste de Jean-Pierre Cometti en ont influencé les contours. « L’axe qui permet le mieux d’apprécier ce que la conservation – restauration partage avec la philosophie et ce qu’elles ont en commun réside dans l’ontologie, en désignant par ce mot, très simplement, le genre de conviction qui se porte sur l’être ou les modes d’être de ce qui existe, et entre à ce titre dans nos investigations. » 3 Il n’y pas d’oeil sans cerveau, pas plus que de description exclusive et définitive. La petite philosophie de l’auteur a le mérite de tordre le coup au scientisme dont le recours est encore exagérément prédominant dans le discours de justification de la conservation-restauration. L’argumentaire déployé met en lumière un enjeu du constat d’état bien plus ample et insoupçonné qu’il n’y paraît, et qui en appelle à un cercle plus vertueux que herméneutique4, à l’imagination et à l’acceptation du caractère toujours temporaire de la connaissance révélée par son entremise.

___________Notes___________

1 J.P. Cometti, Conserver/Restaurer. L’œuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, Paris, Gallimard, 2016, p. 218-219.

L. Wittgenstein, Dictées de Wittgenstein à Waismann et pour Schlick, Paris, PUF, 1997, tr. C. Chauviré et all., p. 194

Ibidem.

4  On peut définir le “cercle herméneutique » et son caractère vicieux mentionnés par Jean-Pierre Cometti, d’après Friedrich Schleiremacher, (Hermeneutik und Kritik, Manfred Frank (ed.), Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1999, p. 329), en ce que, d’une part toute interprétation ne peut se justifier qu’en se référant à une autre interprétation. D’autre part, celle d’un tout s’appuie sur l’interprétation de ses éléments, et un élément ne peut être interprété seulement en relation à la totalité. Ceux-ci dépendant les uns des autres donc du tout, on est ainsi en présence d’un cercle vicieux.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *