Un commentaire critique de billet.

Ce commentaire a été suscité après la lecture très intéressée du billet paru sur GRHAM « Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709) » [https://grham.hypotheses.org/3773] par Pauline Nitot (dont la qualité n’est pas mentionnée) sous la direction de Claire Bételu. La fin de son texte conduit à faire part ici, en l’absence de possibilité de commenter directement sur le carnet de recherche GRHAM, d’un argumentaire critique en toute bienveillance confraternelle.

Eu égard à ce qui est écrit, il paraît exagéré d’affirmer que  « La prise en compte des effets du temps sur l’œuvre a aujourd’hui pris le pas sur les autres arguments  et est mise en avant dans la Charte de Cracovie de 2000 qui guide les choix en matière de préservation du patrimoine « , et ce pour deux raisons principales.

Primo, la référence à la charte de Cracovie de 2000 à propos de restauration de peinture ancienne, ne paraît pas pertinente étant donné que ses recommandations ne concernent que le patrimoine bâti. En outre, il y a peu de chance pour que « La restauration est une opération qui porte sur un bien patrimonial, en vue de la conservation de son authenticité et de son appropriation par la communauté […] L’authenticité signifie la somme des caractéristiques substantielles, certifiées d’un point de vue historique, depuis l’état originel jusqu’à la situation actuelle, qui est le résultat des diverses transformations survenues au cours du temps » constitue un recours textuel, théorique et éthique, qui fait foi au Louvre pour les conservateurs et les conservateurs-restaurateurs, surtout depuis que l’ICOM s’est dotée d’une définition internationale et plus consensuelle en 2010 à Shangaï. Au reste, c’est toujours l’idéologie brandienne qui fait force de loi dans le plus grand musée du monde.

Secundo, en considérant que les changements d’une oeuvre peinte, tout autant historiques les uns que les autres ne se valent pas tous, il arrive encore aujourd’hui que des commissions scientifiques optent pour la dé-restauration, sans que cela soit considéré comme une hérésie.

Spectrométrie de fluorescence des rayons X © V.A. Solé/ESRF

Comme il est dit avec raison par l’auteure, le dilemme se cristallise sur le concept d’authenticité, lui même renvoyant implicitement à celui d’identité. Or si l’on conçoit l’ identité d’une oeuvre,  non plus fondée exclusivement sur sa forme et ses caractéristiques matérielles, ni figée par une indexation à son état d’origine mais basée aussi sur sa dimension sociale et donc dynamique dans le temps, alors une peinture peut demeurer la même (= authentique) tout en changeant, c’est à dire en devenant autre chose que ce qu’elle était initialement. L’identité des objets concrets n’est plus assimilable seulement à leur constitution matérielle.

Mais devenir autre chose ne signifie pas devenir une autre chose: « devenir autre chose » est invariable, et témoigne d’ un changement de valeur et de propriété symbolique.; « devenir une autre chose » signifie une modification matérielle  par laquelle une chose particulière en devient une autre, radicalement différente.Une chose peut donc demeurer elle-même tout en faisant l’objet d’un certain nombre de modifications.

[Cet argument renvoie au fameux questionnement ontologique du bateau de Thésée, une expérience de pensée faite par des philosophes de l’Antiquité, puis  par Hobbes, Leibniz et Locke 1 bien plus tard, posant la question  du Même et de l’Autre ainsi que  de l’identité et de sa persistance dans le temps. En bref, selon un récit légendaire que l’on doit à Plutarque, Thésée serait allé combattre le Minotaure à bord d’un navire athénien. Après son retour victorieux, les athéniens décidèrent de le conserver à quai pour commémorer cette victoire et son héros. Au fur et à mesure que le vaisseau subissait les affres du temps, ils remplaçaient les planches abîmées, afin qu’il soit, des siècles pus tard, toujours complet. Au point qu’un beau jour, il ne resta plus aucune planche d’origine. Dès lors, deux avis contraires furent émis: certains affirmèrent que ce bateau demeurait le même qu’à l’origine, d’autres que le remplacement en avait fait un autre. L’identité repose-t-elle plutôt sur la matière, ou est elle préservée par la forme, ou peut-elle l’être encore d’une autre façon  ?]

A propos des oeuvres d’art telles que les peintures anciennes, on peut envisager à l’instar d’Aristote considérant les objets concrets, que certaines de leurs propriétés leur sont essentielles et d’autres contingentes. Les premières sont celles qu’on ne peut modifier, étant entendu que nous parlons toujours du même objet. Les secondes peuvent changer : l’oeuvre peut ne plus avoir le même usage (théologique, décoratif, esthétique, …) sans pour autant changer d’ identité. L’essence permet de fonder l’identité d’un objet au cours du temps : la diminution ou l’augmentation de format en sont une propriété contingente,  tandis qu’elle a conservé ses propriétés essentielles.

Car tous les changements subis par une oeuvre, témoignent du goût, de l’inclination, de la dévotion, du fétichisme, de la préoccupation, en somme de moult intérêts et attachements pour elle, et participent de son identité relationnelle. On est loin de celle se résumant à « la volonté de l’artiste » tellement sujette à caution.

L’identité de cette oeuvre pour les générations futures inclura peut-être notre approche contemporaine, dont le souci éthique est de la considérer aujourd’hui comme moins absolue, donc plus relative pour sa disposition à la modification tant dans le passé que peut-être à l’avenir.

___________________Notes_____________________________________________________

1 Le philosophe anglais John Locke Locke a émis une extension de l’histoire pour rendre le paradoxe encore plus criant. Si un collectionneur récupère les planches usées et délaissées  afin de reconstituer le bateau de Thésée à l’identique et ailleurs. Il y aura donc deux bateaux semblables dont l’un constitué des planches de l’original. Mais alors, lequel des deux sera vraiment le bateau de Thésée ? Le philosophe se demande aussi si un bas troué conserve son identité après qu’on en ait plusieurs fois bouché l’orifice.
 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *