Réaction au programme de la journée d’étude sur la profession de conservateur-restaurateur.

Le 07 Avril prochain, la section fédérée PACA de l’Association Générale des Conservateurs des Collections Publiques Françaises (AGCCPF) et la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration (FFCR), organisent une journée d’étude ayant pour intitulé, « Conservateur-restaurateur : une profession en questions »  (voir ici), consacrée « aux enjeux de la reconnaissance de la profession de conservateur-restaurateur ».

A la lecture du pré-programme, il y a de quoi être extrêmement déçu et même exaspéré en voyant à quel point la parole est accaparée par les tenants de ce qui apparaît comme une véritable coterie largement parisienne et institutionnelle. Or ce n’est ni dans la capitale ou en région parisienne,  ni sous statut public, ni encore en situation économiquement convenable qu’exerce aujourd’hui la grande majorité des conservateurs-restaurateurs habilités dont il doit être question lors de cette journée. Ceux-là même pour qui une note interne du Ministère de la Culture du 22 février 2016 appelle à « un plan d’action indispensable à la survie » de la profession.

Alors que cette rencontre se déroule à Marseille avec le soutien financier de la Région PACA, le département de conservation-restauration de l’Ecole Supérieure  d’Art d’Avignon (ESAA), l’une des quatre formations publiques françaises à un exercice professionnel habilité au sein des musées de France et la seule implantée en PACA, n’a même pas été sollicitée pour y contribuer ! Certains de ses représentants et diplômés étaient pourtant susceptibles de fédérer et faire entendre des voix diverses et rares,  concernant par exemple ,

  • la reconnaissance  de la conservation-restauration en tant que véritable discipline, en remplacement d’une activité seulement auxiliaire de l’histoire, de l’histoire de l’art ou de l’archéologie à laquelle elle est encore confinée en France,
  • l’absence d’école doctorale en conservation-restauration quand toutes les vieilles nations d’Europe occidentale en sont dotées,

  • la spécificité de la formation à la discipline en école supérieure d’art,

  • son orientation à Avignon vers un modèle d’ingénierie de la conservation-restauration et ses perspectives en considération des nouveaux usages du patrimoine qui ont  déjà cours,

  • les effets des restrictions budgétaires subies récemment avec grand bruit, ayant conduit à la fragilisation extrême de la formation avignonnaise,

  • ou  dans un registre plus revendicatif, les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes diplômés dans le marché, 

  • et la mesure rapide de la baisse de la TVA pour relancer la commande.

Au lieu de cela, il est prévu une prestation de la responsable de la formation initiale du département des restaurateurs de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui se place ainsi en position hégémonique avec, apparemment, la bénédiction de la section fédérée PACA de l’AGCCPF et de la FFCR. Son sujet  fort peu à propos de surcroît,  traite de « la pédagogie  à l’INP, comme outil pour la reconnaissance des domaines d’expertise du conservateur-restaurateur ». Or personne* n’oserait se permettre aujourd’hui une remise en question des domaines d’expertise du conservateur-restaurateur.  C’est le manque de sa reconnaissance statutaire qui pose problème à la profession, et qui n’est pas sans conséquences néfastes pour le patrimoine !

* Excepté le rapport « Musées du XXIème siècle » coordonné par la conservatrice générale du patrimoine, Jacqueline Eidelman, dont il sera question plus loin.

La présidente de la FFCR  jouit, elle, du privilège de deux temps de parole dans la journée, – on se demande bien pourquoi -, tandis qu’un membre de son conseil d’administration propose de questionner la solution d’« une liste des métiers du patrimoine », laquelle a déjà été émise et argumentée il y a un an dans une colonne  de Semin’R : « La meilleure solution serait certainement de créer une liste de métiers et professions dédiés à la sauvegarde des objets d’art et du patrimoine, où artisans des métiers d’art, artisans et professions libérales  pourraient parfaitement être définis et cohabiter en bonne intelligence et en mutualisation d’expériences ». (voir ici)

Si ce n’est pas une volonté délibérée de monopole du discours, alors c’est un flagrant délit de cynisme et  de manquement à un devoir de responsabilité autant que de solidarité les plus élémentaires de la part des organisateurs, dont la FFCR / Paris & PACA. Bien qu’elle compte encore parmi ses adhérents des étudiants de l’ESAA, elle donne hélas raison pour le coup à ses détracteurs qui l’accusent de centralisme voire de parisianisme.

Incapable de se déprendre d’une subordination tutélaire, elle était déjà taxée d’un manque patent de vigueur et de fermeté dans la revendication publique. Ce défaut sapant la crédibilité d’une volonté de rupture radicale avec le régime inique auquel sont réduits les conservateurs-restaurateurs,  et avec le système des marchés publics qui les précarisent toujours un peu plus.

Afin d’espérer une meilleure représentativité quantitative de la profession, peut-être la FFCR devrait-elle commencer par une mesure « restauratrice » tout à fait dans ses cordes: celle à la fois historique et symbolique de rétablir dans l’intitulé de son objet, l’appellation normative « conservateur-restaurateur » qui fut inconsidérément escamotée dans le courant des années  2000  pour des raisons peu avouables  et qui  ont  porté préjudice à la reconnaissance de la profession.

Et suite à une actualité très récente, sans doute le rapport de la mission « Musées du XXIe siècle » remis il y peu à la Ministre de la Culture et de la Communication devrait-il a minima donner lieu à un courrier public de protestation, au vu du passage affligeant évoquant les (conservateurs-) restaurateurs. Car outre son indigence pathétique en comparaison des précédents rapports, celui-ci constitue une véritable avanie pour les conservateurs-restaurateurs  et  tous ceux qui réclamaient dans une lettre ouverte il y a tout juste un an pour la profession, « que lui soit donnée toute la dignité nécessaire au sein des institutions culturelles publiques. »

La rencontre du 07 Avril, n’était-elle pas une bonne opportunité  de discuter de l’extrait du rapport ministériel: « Mais sans aller jusqu’à la fonctionnarisation, les grands musées gagneraient à créer des services de restauration internes. Certains conservateurs pensent toutefois que cette solution n’est pas sans danger (cf. système anglo-saxon) » ?

Du reste, il est très peu probable au vu de la suite du contenu de la journée, qu’assez de temps puisse être consacré aux difficultés statutaires et économiques du plus grand nombre des conservateurs-restaurateurs  professionnels. « La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au  bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre », clamait publiquement en Mars 2016 une cohorte de conservateurs, artistes, conservateurs-restaurateurs, et acteurs institutionnels de renom  pour alerter les pouvoirs et l’opinion publics. Hélas, tout juste un an après, cette réunion s’apparente au modèle de la journée auto-promotionnelle en vase clos. Car elle s’annonce surtout comme une sempiternelle présentation de vitrines de structures publiques ou privées, très peu représentatives du cadre professionnel de la grande majorité des conservateurs-restaurateurs, où chaque laudateur s’efforcera d’y vanter et proclamer le haut niveau de compétence et de capacité de complémentarité du conservateur-restaurateur dans le meilleur des mondes « de la chaîne patrimoniale; ».

Très joli tout cela et suffisamment varié sur le papier, dispensé par des personnes certainement pleines de bonne volonté, mais qui vont meubler un temps de parole qui aurait pu être employé  pour aborder de front les problèmes graves rencontrés par les conservateurs-restaurateurs professionnels, entrepreneurs privés  livrés à la dureté impitoyable des marchés publics dans la situation d’austérité économique actuelle. Car personne ne peut être sans savoir qu’il n’est pas courant pour eux de pouvoir bénéficier d’un soutien des pouvoirs publics leur permettant de débattre ne serait-ce qu’une journée avec leurs partenaires privilégiés, les conservateurs du patrimoine, de leurs problèmes et d’envisager solidairement des solutions ainsi que des perspectives d’amélioration de leurs conditions d’exercice.

De la lecture de ce pré-programme, il ressort un arrière goût de déjà-vu et l’amère impression que sa teneur a été conçue dans un entre-soi en dépit de la gravité de la situation et de son urgence à l’infléchir. Combien de conservateurs-restaurateurs libéraux ou entrepreneurs individuels seront enclins et en capacité économique de sacrifier une journée pour assister à cette rencontre où si peu de temps sera consacré à leurs préoccupations les plus cruciales ?

S’agissait-il d’apaiser une mauvaise conscience et/ou d’oeuvrer pour la postérité après les remous causés par la pétition en ligne de Mars 2016 « Alerte, les restaurateurs français du patrimoine sont en danger. Les oeuvres d’art sont en danger » signée par près de sept mille individus ? Car on pourra toujours retenir que l’AGCCPF/PACA et la FFCR auront organisé de concert une journée dédiée au questionnement sur les conditions statutaires et d’exercice de la profession de conservateur-restaurateur. Mais en réalité, les organisateurs auront donné le change en évitant délibérément d’aborder les véritables problèmes et enjeux, l’exclusivité de l’expression ayant été réservée à des conservateurs-restaurateurs en situation professionnelle privilégiée et en relative sécurité économique, soit  au sein d’institutions publiques, soit en bonne santé professionnelle.

C’est à prédire finalement, que la journée d’étude prévue cette année, risque fort de rester sans effet et de ne pas parvenir à prolonger ni même à bégayer celle, fameuse, organisée en Octobre 2009 sous la houlette de Thierry Martel, qui avait pour thème, « Actualités des pratiques de la restauration en France et en Europe », et dont la grande qualité des interventions de locuteurs peu habituels est entrée dans les annales.

Pourquoi ne pas avoir convié au moins quelques orateurs représentatifs des conservateurs-restaurateurs en grande précarité statutaire et économique, à même d’énoncer eux-mêmes et mieux que quiconque leur situation calamiteuse et les effets répercutés sur le patrimoine ?


5 réflexions au sujet de « Réaction au programme de la journée d’étude sur la profession de conservateur-restaurateur. »

  1. Madame la conservatrice générale honoraire du patrimoine,

    L’ampleur de votre message me conduit d’emblée à vous en remercier, même si la multiplicité des pièges mentionnés et dans lesquels je me serais fourvoyé, ne me semble pas venir en réponse directe et satisfaisante à l’objet de ma tribune.

    Pièges, précisez-vous, « qui se referment régulièrement sur les « revendications » de « reconnaissance » des conservateurs-restaurateurs ». Hormis la régularité à laquelle vous faîtes allusion mais dont je n’ai pas idée, il se trouve que la dernière revendication de cet ordre et de grande ampleur, fut déclenchée en Février 2016 à l’initiative de bon nombre d’éminents de vos consœurs et confrères ! Ils concluaient leur texte pétitionnaire par « Alors que la restauration du patrimoine, qui n’est pas un métier de création, vient d’être autoritairement et contre toute logique incorporée aux métiers d’art par arrêté publié au JO du 31 janvier 2016, et qu’une loi relative à la création, à l’architecture et au patrimoine est sur le point d’être votée sans aucune référence à l’indispensable rôle des professionnels de la conservation- restauration dans la gestion du patrimoine, nous attendons des clarifications et des initiatives immédiates afin de sauver cette profession d’excellence sur laquelle reposent l’intégrité et la pérennité des œuvres et objets d’art. Nous demandons que lui soit donnée toute la dignité nécessaire au sein des institutions culturelles publiques. »

    Pire, certains de vos dires relèvent d’une interprétation qui ne correspond pas du tout à mes intentions ni à mes positions. C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité en faire un commentaire rectificatif.

    Où avez-vous pu relever de ma part une « attaque contre des conservateurs-restaurateurs qui ont pu ou su (en réussissant ses concours) entrer dans la fonction publique » ? Du reste, j’ignorais qu’il existât des concours d’entrée dans la fonction publique pour des postes de conservateur-restaurateur autres que ceux au rabais qui ne correspondent pas à son niveau d’études et de compétence.

    « Piège de la division intra-professionnelle. »
    Vous devriez savoir que la division intra-professionnelle, ou plutôt la divergence de vues intra-professionnelle est un fait en France et qui ne date pas ni d’hier, ni encore moins de mes interventions. La FFCR dont vous prenez généreusement la défense s’il en était besoin, ne représente tout au plus que 15 % des conservateurs-restaurateurs habilités. Un certain nombre des autres est regroupé dans d’autres organisations et le reste n’est pas ou plus fédéré ou syndiqué. Je ne vois pas en quoi cette diversité constitue un piège. Au contraire, si on voulait bien se donner la peine d’en prendre la mesure. L’analyse de cette situation me semble révéler plutôt une indigence de protection grave, en regard par exemple de l’organisation de défense des intérêts des métiers d’art. Et, je vous le confirme, ce qui plombe la représentativité et la crédibilité de la FFCR, c’est bien principalement la subordination tutélaire de sa direction. Personnellement, je milite depuis longtemps pour sa mutation en un syndicat professionnel, un modèle plus clair par définition sur ses prétentions, potentiellement attributaire de subventions publiques dédiées au lieu d’une subvention annuelle de la direction des Musées de France (est-elle toujours en vigueur ?), mais dont ni les administrateurs, ni une majorité d’adhérents n’ont jamais voulu jusqu’à présent .

    « Piège de la lutte donquichottesque. »
    La revendication, que vous qualifiez péjorativement, contre ce que pour ma part, je ne prends pas pour des moulins à vent mais pour un système réellement et doublement destructeur, était celle du Don Quichotte Jean Perfettini avec force d’arguments, … il y déjà cinq ans dans la Tribune de l’art ! « Il est de même grand temps pour nous de cesser de chercher dans le code des marchés publics les procédures les plus adaptées à la restauration des œuvres d’art ! Les services administratifs seront de toutes façon toujours présents et nous feront toujours perdre notre temps ! On attend donc avec impatience de sortir du code des marchés publics afin de redonner un souffle nouveau à la profession de restaurateur et aux œuvres d’art elles-mêmes. »

    « Piège de la demande utopique de création de nouveaux postes spécifiques dans la fonction publique * ». A sa création, le Musée du Quay Branly, contrairement à quasiment tous les musées parisiens, a créé un atelier de conservation-restauration doté d’une cheffe intégrée et pérennisée en CDI. Il initiait ainsi une formule existant couramment, notamment dans les pays anglo-saxons, prévoyant ainsi un suivi permanent des collections, et surtout, légitimant symboliquement le rôle du conservateur-restaurateur au sein du musée à l’égal des autres acteurs de la chaîne patrimoniale. Le Centre Pompidou a fait de même. Une façon de rompre avec le modèle franco-français d’un autre âge et si décrié par nos voisins européens, où les conservateurs-restaurateurs sont considérés comme les petites mains d’une activité subalterne en totale contradiction avec les recommandations de l’ICOM.
    * Extrait du Quotidien de l’art « Le constat est accablant : moins de 10 % des restaurateurs diplômés de l’Institut national du Patrimoine (INP), l’une des quatre formations publiques françaises avec les universités de Tours, d’Avignon et la Sorbonne, permettant de travailler sur les collections nationales, entrent dans la fonction publique, c’est-à-dire au service d’un musée, selon Olivier Zeder, directeur des études du département des restaurateurs de l’INP. À titre d’exemple, le musée d’Orsay, qui emploie 600 salariés (avec le musée de l’Orangerie), ne dispose d’aucun restaurateur […] « 

    « Piège de l’opposition frontale avec les conservateurs du patrimoine sur lesquels les conservateurs-restaurateurs apparaissent comme voulant gagner du terrain. » Désolé, je ne vois pas en quoi cela concerne ma tribune, n’ayant jamais été en « opposition frontale » avec quelque conservateur que ce soit, ni voulant gagner du terrain. (Je ne vois pas bien lequel d’ailleurs …) Ne serait-ce pas plutôt une phobie d’un petit nombre de conservateurs du patrimoine, de perdre leur position dominante ?

    « Piège du discours misérabiliste ». Cet argument ne vous honore pas Madame, vous qui avez bénéficié de la sécurité de votre emploi; car allez donc soutenir cet argument face à des professionnels qui gagnent moins que le SMIC ou qui ont du mettre la clef sous la porte, et dont certains ont déjà évoqué la pire des extrémités, après parfois plus de 25 ans d’exercice au service du patrimoine.

    « Piège de vouloir déplacer le débat, ici d’ordre administratif et légal, vers des questions intellectuelles floues ». ??? Je ne comprends pas. De quelles « questions intellectuelles floues » parlez-vous ? Laisseriez-vous entendre que le questionnement sur l’exercice de la conservation-restauration ne relève pas « de questions intellectuelles », et devrait s’en tenir à des aspects juridiques, administratifs, techniques et scientistes ?

    « Piège de vouloir opposer une position arrogante des institutions aux situations du terrain ». ??? Là encore je ne vois pas en quoi cela concerne ma critique. Cela n’a jamais été ma position, l’une n’empêchant pas les autres. Le problème que j’ai soulevé, est précisément que le 7 Avril, vous avez prévu l’une mais pas les autres …

    « Piège de l’erreur d’objectif : le rapport sur les Musées du XXIe siècle est une opération de communication, indigente en soi sur les questions de la conservation-restauration, laquelle dépasse largement les musées. » Je ne vous le fais pas dire … Mais je ne vois pas en quoi c’est un piège que de dénoncer cette indigence ?

    Je me réjouis que vous soyez une lectrice de « beaucoup d’ articles » publiés sur Semin’R, dont la fréquentation mensuelle, à titre indicatif, atteint régulièrement 3000 à 4000 visiteurs différents. C’est indéniablement un signe d’intérêt pour des « questions intellectuelles » qui ne leur apparaissent pas « floues ». A l’instar d’autres posées ailleurs en Europe, elles donnent lieu à des réflexions et analyses totalement absentes de la « recherche » institutionnelle française exclusivement orientée vers la connaissance de la « physicalité » des biens culturels. Ces voies font apparaître le rôle clef de la conservation-restauration dans la « culture matérielle », et au carrefour des sciences humaines et sociales qui s’occupent des oeuvres d’art et du patrimoine. https://seminesaa.hypotheses.org/6822
    Vous demandez « pour quels résultats ? ». Merci de vous poser la question, mais solliciter des professionnels issus de l’ESAA pour la journée du 7 Avril, aurait précisément permis de mesurer ces résultats. Les articles et arguments qui sont développés sur le blog de la recherche du département de conservation-restauration de l’ESAA, contribuent notamment à former une compétence de réflexion, d’analyse critique non seulement sur des cas rencontrés, mais aussi à propos de la discipline elle-même. Les effets sont déjà mesurables auprès de récentes promotions de diplômés qui sont désormais capables de formuler leur propre discours et leurs propres argumentations critiques soutenant des propositions de traitement, au lieu du traditionnel recours au bréviaire déontologique brandien. Pour exemples, https://conservationmachines.wordpress.com/ & https://leastroppolo.wordpress.com/.

    En toute fin de texte, je ne suis pas sûr d’avoir bien saisi votre avis concernant l’habilitation. « C’est à ce titre que l’INP qui réunit les deux formations a été convié à participer à la journée du 7 avril. » Si c’est ce critère qui a prévalu pour l’invitation de l’INP, alors je suis au regret de devoir vous informer que Paris I fut la première formation à initier la VAE, et que l’ESAA l’a également mise en place tout de suite après l’INP.

    Pour conclure, je vous suis reconnaissant d’avoir bien voulu jouer le jeu d’une réponse ouverte même si vos arguments ne me convainquent pas. Selon moi, ils n’expliquent pas l’ostracisme à l’encontre de l’ESA d’Avignon et des professionnels qui en sont issus, quand une journée d’étude ayant pour thème « conservateur-restaurateur : une profession en questions » est organisée à Marseille et financée par la région PACA. Ils n’expliquent pas non plus la détermination d’un programme qui peut-être intéressant en soi, mais qui ne contient pas assez de composantes directement relatives à un questionnement au sujet de la profession de conservateur-restauration en crise grave et de ses conséquences sur le patrimoine. L’enjeu ultime étant, outre la survie de la profession, le maintien d’une qualité des résultats de la conservation-restauration sur les biens patrimoniaux.

  2. En post-scriptum je préciserai que la journée d’études du 15 octobre 2009 au musée d’Histoire de Marseille, intitulée
     » Actualité des pratiques de la conservation-restauration en France et en Europe » a été organisée conjointement par la FFCR PACA et l’AGCCPF PACA. Ses actes ont été publiés aux éditions Fage, dans la collection EXOS, n° 16.
    Elisabeth Mognetti

  3. Cher Marc Maire,
    Votre billet du 16 mars démontre comment on tombe dans les pièges qui se referment régulièrement sur les « revendications » de « reconnaissance » des conservateurs-restaurateurs :
    – piège de la division intra-professionnelle : l’attaque de la FFCR taxée de parisianisme, voire celle des conservateurs-restaurateurs qui ont pu ou su (en réussissant ses concours) entrer dans la fonction publique ; « subordination tutélaire » de la FFCR, peut-être, mais c’est bien avec cette tutelle qu’il faut continuer à discuter ;
    – piège de la lutte donquichottesque contre le système des marchés publics (alors que celui-ci pourrait faire l’objet d’une « meilleure utilisation » de part et d’autre comme l’a écrit D. Amoroso dans la conclusion de son article de 2013) ; les marchés publics évolueront positivement si ceux qui les élaborent sont convaincus de ce qu’ils y gagneront, il s’agit donc d’en faire la démonstration ;
    – piège de la demande utopique de création de nouveaux postes spécifiques dans la fonction publique (l’emploi de contractuels dans certains musées pourra se développer, c’est souhaitable, mais ne résoudra pas les problèmes de fond : la conservation des biens patrimoniaux diffus sur tout le territoire dont ceux qui échappent aux protections musées sont sans doute les plus menacés par le manque de connaissance dans l’opinion publique des impératifs de leur conservation. L’exemple du service départemental de Perpignan qui offre une solution a été requis dans ce but) ;
    – piège de l’opposition frontale avec les conservateurs du patrimoine sur lesquels les conservateurs-restaurateurs apparaissent comme voulant gagner du terrain ;
    – piège du discours misérabiliste ;
    – piège de vouloir déplacer le débat, ici d’ordre administratif et légal, vers des questions intellectuelles floues ;
    – piège de vouloir opposer une position arrogante des institutions aux situations du terrain ;
    – piège de l’erreur d’objectif : le rapport sur les Musées du XXIe siècle est une opération de communication, indigente en soi sur les questions de la conservation-restauration, laquelle dépasse largement les musées.
    J’ai lu avec intérêt plusieurs des articles très développés de ce blog ainsi que plusieurs autres auxquels il renvoie utilement. Beaucoup d’arguments y sont développés. C’est très bien. Mais pour quel résultat ? C’est ce à quoi tend la journée du 7 avril : sortir par le haut d’une impasse.
    Le pré-programme de la journée du 7 avril indique une piste : obtenir une définition officielle des métiers de la conservation (au sens large du mot) des biens patrimoniaux (hors patrimoine bâti) dans laquelle trouveraient place, en fonction de leurs différentes missions, aussi bien les conservateurs-restaurateurs que les conservateurs du patrimoine, les régisseurs, les médiateurs, les scientifiques du patrimoine …
    Que cela rejoigne (en partie) une suggestion du présent blog (billet du 2 avril 2016, certaines propositions du rapport de Chr. Kert, hélas restées sans effet, y sont opportunément rappelées) montre que c’est la bonne voie … Alors, il faut s’y engager regroupés et non les uns contre les autres.
    L’objectif de la journée du 7 avril (à laquelle tous les professionnels intéressés sont conviés à s’inscrire et à prendre la parole) est d’envisager brièvement les différents statuts sous lesquels des conservateurs-restaurateurs exercent leurs missions, pour certains au sein d’institutions, pour d’autres en libéral, pour d’autres dans des structures publiques ou semi-publiques qu’ils ont créées. Et aussi de donner la parole aux conservateurs du patrimoine de plus en plus contraints administrativement de traiter les conservateurs-restaurateurs comme des prestataires et non des partenaires.
    Il se trouve que le seul texte légal précisant le niveau de formation nécessaire pour intervenir sur les biens patrimoniaux est la loi Musées de France. Cela me semble trop fragile pour les deux corps professionnels qui doivent s’unir pour obtenir un élargissement de cette exigence aux biens patrimoniaux ne relevant pas des collections des musées de France. C’est la condition pour qu’une « habilitation » (ce terme dangereusement faible devant être réévalué, il n’a pas lieu d’être dans la généralisation du dispositif de VAE) soit durablement défendable. C’est à ce titre que l’INP qui réunit les deux formations a été convié à participer à la journée du 7 avril.
    Celle-ci vous offre l’opportunité de « débattre avec les conservateurs du patrimoine et d’envisager solidairement solutions et perspectives » … n’est-ce pas ce que vous souhaitez ?
    Elisabeth Mognetti, conservateur général honoraire du patrimoine, co-pilote de la journée du 7 avril

  4. Mais au moins il y est prévu une intervention de Pierre Leveau (Membre associé au CEPERC, UMR 7304, CNRS) qui sera probablement PASSIONNANTE sur le thème suivant :
    Les rapports ministériels sur la conservation-restauration du patrimoine : que sont-ils devenus ?
    Je pense qu’on entendra parler de ce rapport sur le musée du 21ème siècle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *