Les conservateurs-restaurateurs méprisés dans un rapport du Ministère de la Culture.

Un article de la Tribune de l’art fustige le rapport remis au  Ministère de la Culture sur les musées du XXIéme siècle, pour son mépris des conservateurs-restaurateurs. Ce rapport d’une mission confiée à Jacqueline Eidelman, fait état des résultats d’une réflexion d’un comité de pilotage composé de 20 personnalités du monde des musées, dont  » les objectifs étaient d’identifier les enjeux du musées pour les prochaines décennies et de proposer les axes directeurs d’une évolution de son modèle ». 

On peut y lire page 99-100   dans le volume II des « Rapports des groupes de travail », au minuscule chapitre

Restauration et régie des oeuvres:

« Les restaurateurs du patrimoine constituent eux aussi une profession en crise. Les restaurateurs sont pris entre deux feux. Il ont une position assez revendicative: les institutions ne leur donnent pas la place qu’ils pensent qu’ils devraient avoir. Il est parfois demandé par des commanditaires publics, des prestations estimées relativement simples : ces commanditaires ne pensent pas nécessaires que les personnes recherchées aient été diplômées au plus haut niveau (INP, Ecole de Tours…). Le modèle de formation développé par l’INP peut être considéré comme trop intellectuel ou trop théorique, pas assez dans le geste, dans l’habileté manuelle. Ph. Barbat ne croit pas à une fonctionnarisation des restaurateurs. Ils ne sont pas des chefs de travaux d’art. Mais sans aller jusqu’à la fonctionnarisation, les grands musées gagneraient à créer des services de restauration internes. Certains conservateurs pensent toutefois que cette solution n’est pas sans danger (cf. système anglo-saxon).

Les régisseurs ont gagné, pour leur part, une place centrale dans le dispositif de la vie des collections. Anne Henry, régisseur au Musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne, a donné un témoignage de travail en équipe, qui montrait la place du régisseur, comme force de proposition sur les expositions, les acquisitions. Du point de vue de la formation, elle a souligné une lacune du point de vue de la gestion de projet. On ne peut nier de la part des restaurateurs une certaine amertume, parfois, par rapport aux régisseurs, mais la montée en puissance de cette profession correspond à un principe de réalité: les oeuvres circulent de par le monde de plus en plus, cette mobilité impose des compétences fortes du point de vue de la préservation du patrimoine.

29. L’élévation du niveau des restaurateurs est globalement très satisfaisant, leur reconnaissance comme partenaire scientifique plus que comme prestataire laisse encore à désirer.

30. Les régisseurs sont à présent installés dans le paysage des métiers et la formation est reconnue.

_________________

Hélas ce n’est pas un cauchemar ! Non ce lamentable diagnostic, consternant de méconnaissance de la compétence dont il est question et d’une étroitesse de vue impensable à ce niveau d’expertise et de responsabilité, ne date pas du XIXème siècle. Il suffisait pourtant de jeter un oeil sur la place et le rôle du conservateur-restaurateur dans tous les musées des pays développés. A pleurer de dépit …

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *