« Ikonikat » expérimente le parcours visuel sur les images artistiques

Des chercheurs du CNRS ont mis au point une application qui permet d’étudier les différents comportements des regardeurs de tableaux. Le projet ikonikat (Ikonik Analysis Toolkit) ambitionne de découvrir ce que l’on perçoit face à une œuvre d’art. Du 22 mars au 26 juin 2017, l’application sera à disposition des visiteurs de l’exposition « Le Mystère Le Nain », au musée du Louvre-Lens.

Elle associe pour la première fois des sociologues et historiens de l’art en comportant deux colloques-ateliers (du 28 au 31 mars à Lille et à Lens, les 5 et 6 mai à Lens). Son point d’orgue est une expérimentation dans l’exposition, de l’application Ikonikat avec appareils d’oculométrie cognitive et tablettes qui mettent en œuvre le procédé sur sept tableaux des frères Le Nain.

Par des aller-retour successifs, les yeux des visiteurs passeront des peintures accrochées aux cimaises à leurs reproductions numériques sur une tablette, et vice versa ; puis avec leurs doigts, ils pourront cerner virtuellement les visages, tracer par frottement des lignes courbes ou droites avec un  gros trait rouge – un peu comme sur Snapchat pour les plus jeunes, ou sur Paint mais sans l’aide d’une souris pour les autres. L’objectif étant de permettre aux chercheurs de  mieux étudier  la réception des images artistiques.

Interface de l'application Ikonikat affichant le tableau Famille de paysans, de Louis Le Nain. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi/Julien Wylleman/Sarah Landel/Ikonikat
Interface de l’application Ikonikat affichant le tableau « Famille de paysans », de Louis Le Nain. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi/Julien Wylleman/Sarah Landel/Ikonikat

Les manipulations de chaque visiteur seront collectées par l’application, de même que leurs réponses à un questionnaire sociologique. Leur exploitation devrait permettre de vérifier si l’attention du public se porte réellement sur les éléments jugés les plus importants par les professionnels des musées et les historiens de l’art. Ou encore de comprendre de quelle manière le contexte social et culturel (visites en famille, groupe scolaire, etc.) ou l’ordre dans lequel les œuvres sont présentées, influence leur perception par les visiteurs. Par ailleurs, l’exposition sera la première consacrée aux frères Le Nain depuis plus de quarante ans.
Selon le commissaire d’exposition, Nicolas Milovanovic, « L’interdisciplinarité est encore rare en histoire de l’art et c’est une chance de pouvoir la mettre en pratique à l’occasion d’une exposition au Louvre-Lens ». Cette expérience devrait permettre « de mieux comprendre comment le public appréhende les œuvres, quels sont les cheminements du regard et comment mieux adapter aux différents publics le discours des conservateurs, des conférenciers et des médiateurs. »

Cette expérimentation renvoie au travail d’Amaël Rivoal-Mourelot, diplômée de l’INP en 2012 et à son mémoire « L’oculométrie cognitive ou la perception d’une image. Le cas d’une œuvre lacunaire : La vie de Saint-André, panneau peint catalan, fin XIIIème siècle (Paris musée des Arts décoratifs) présenté lors des JERI 2014. Gaelle Baudry, aujourd’hui diplômée de l’ESAA, avait fait alors un commentaire critique pour Semin’R, de « cette méthode expérimentale, comme une manière de pallier l’absence d’approche scientifique dans le choix de réintégration des lacunes pour la restauration des peintures ». […] « L’oculométrie cognitive est une technique permettant l’enregistrement du mouvement des yeux par un repérage en temps réel de la position du regard. Ce système capte la réflexion de rayons infrarouges envoyés sur la cornée oculaire. Les modes d’enregistrement varient mais dans le cas présent Amaël R-M a utilisé des lunettes dotées de caméras. Les informations récoltées permettent de connaître le temps de fixation d’un individu, le temps d’intérêt et le nombre de fixations par zone sur un support donné. On retrouve l’utilisation de cette technologie dans des études psychologiques, marketing, simulations virtuelles etc… Les usages sont nombreux et même une étude a été menée par la Tate Britain en soumettant à la perception du public deux types de restaurations (monochrome ou illusionniste). »

Du reste, le procédé  Ikonokat pourrait bien servir à d’autres applications de recherche. Le CHispa qui est soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR-13-JSH3-0006ANR ), est destiné à élaborer des outils numériques permettant d’exploiter des corpus d’archives et de manuscrits. En tant que projet expérimental, il prend appui sur des corpus particuliers d’archives  dont les ayants-droits ont accepté la mise à disposition pour la recherche. Le CHispa vise ainsi à développer des méthodologies pour faciliter l’exploitation, grâce aux outils numériques, des archives des écrivains contemporains. Dans ce  cadre CHispa poursuit également une recherche sur la valorisation par le numérique des Arts performatifs.

Lire aussi : « Ikonokat, un autre regard sur l’art »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *