Thème de la 7ème session de séminaire

Marco03 ter_2015Le séminaire art et artefactualité  initié avec Jean-Pierre Cometti pour explorer la piste d’un « nouveau matérialisme », qui envisage une ontologie des œuvres d’art et autres biens culturels à l’aune du pragmatisme assorti aux enjeux de la conservation-restauration, s’attache aujourd’hui avec Gaspard Salatko aux bénéfices des croisements de la conversation-restauration avec les sciences sociales. Il s’agit toujours, comme le revendique la profession de foi du séminaire, de cerner « les questionnements et propositions de réponses qui concernent principalement les moyens, enjeux et objectifs de la conservation-restauration en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, et du régime des objets que celle-ci est appelée à prendre en charge pour sa part ».

« The ‘material turn’ of the past decades, which designated a deep preoccupation with materiality, reinforced interests in conservation’s scholarship across a range of disciplines within the humanities. Most importantly, however, conservation has begun emancipating itself from its somewhat subordinate role in relation to other disciplines by contributing to greater knowledge about both objects and the cultures that produced them. » (Hölling, 2016) Outre son objectif immédiat et personnalisé de fournir des réponses aux problèmes posés et des ressources à l’élaboration du mémoire, le séminaire voudrait servir à l’affranchissement de la conservation-restauration envers son rôle d’activité auxiliaire, par la reconnaissance de son apport notamment au courant du « tournant matériel » évoqué par Hanna Hölling et Gaspard Salatko. Les investigations menées depuis plusieurs années dans le cadre du programme de recherche en et pour la conservation-restauration dont le séminaire « art et artefactualité » se veut le ralliement, s’inscrivent dans une démarche de prospection heuristique1 visant à corréler l’approche critique des biens culturels prônée à l’école, avec des ressources méthodologiques des sciences sociales. L’idée force étant d’identifier des outils et méthodes très concrets, susceptibles d’être mis à profit pratiquement par les étudiants du second cycle de l’ESAA.

Ma contribution prochaine portera particulièrement sur l’examen de ressorts – de la sociologie, l’ anthropologie et l’ethnologie – appropriés à l’enquête en conservation – restauration: les notions de « vie sociale » et de « biographie culturelle » telles que Arjun Appadurai et Igor Kopytoff les ont significativement définies, développées et différenciées dans un ouvrage clé sous la direction du socio-anthropologue indien (1986).

L’ethnologue Thierry Bonnot s’est inscrit dans leur sillage en publiant deux livres (2002 et 2014) qui font l’apologie de la notion de biographie en ce qu’elle « permet d’isoler les différentes étapes de la vie des objets en les dépouillant de toute catégorie préalable 2marchandise, ustensile, produit ou collection. » Une manière de renier la vision strictement positiviste et univoque des objets telle qu’elle est encore trop réduite dans les rapports d’activité de beaucoup de conservateurs-restaurateurs. C’est sans doute  sa double formation d’archéologue et d’anthropologue qui a influencé auparavant Daniel Miller dans un ouvrage remarqué  (1987) qui appelle à l’ analyse, non pas de l’ objet matériel en soi, ni des relations sociales en elles-même, mais à celle de l’articulation entre eux; l’objectif étant de  repenser la société de consommation de masse en tant que « contexte dominant dans lequel sont noués les rapports avec les objets ». (trad. Miller, 1987, p.4). Dans son premier ouvrage (1968) non moins marquant, soutenant que les objets en particulier n’épuisent pas leur sens seulement dans leur « physicalité » et leur fonction pratique, Jean Baudrillard proposait déjà une analyse « relationnelle », mais de nature sémiologique et phénoménologique, cherchant à comprendre comment les objets fabriqués par l’homme avaient progressivement conquis leur autonomie,  « les objets [étant] devenus aujourd’hui  plus complexes que les comportements de l’homme relatifs à ces objets … […] leur finalité poussée en fai[san]t presque aujourd’hui les acteurs d’un processus global dont l’homme n’est plus que le rôle, ou le spectateur » (1968, p.79).

L’approche biographique, à la fois synchronique et diachronique, consiste à réfuter la perception prioritairement ou exclusivement formelle et matérielle des objets. Elle veut prendre aussi en compte la variété de leurs statuts, des rapports noués avec eux, des goûts esthétiques, des techniques, des valeurs et des changements de perception « vécus » par eux dans des situations données au cours de leur existence. Cette méthode permet l’examen d’une artefactualité des objets à l’évidence de leurs trajectoires physiques et légales, jalonnées par des changements de possesseurs et de contextes, chaque étape constituant une strate de son histoire et de sa valeur. Ces variations multiples à considérer comme de véritables faits sociaux dans le continuum d’un parcours parfois sinueux, renseignent d’une part sur les rapports des hommes avec leur environnement matériel, d’autre part sur la relation des groupes à leur passé et sur leur gestion de la mémoire. L’histoire de la « vie » d’un bien culturel permet de mettre en lumière, non seulement l’entremêlement de ses relations avec les hommes en un réseau d’ « attachements » autant particuliers que collectifs, mais aussi son implication dans celles que nouent les hommes entre eux.

Des emprunts aux travaux de recherche de récents diplômés (Gaydon, 2013  et  Maire, 2009) viendront alimenter le propos.

_____________________

Bibliographie de référence

APPADURAI, A. (éd.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural perspective, London-New York, Cambridge University press,1986, 329 p.

                             « Les marchandises et les politiques de la valeur », (trad. J.-P. Warnier), Sociétés politiques comparées, n°11, Janvier 2009, pp.1-70

BAUDRILLARD, J., Le système des objets, Paris, Gallimard, 1968, 294 p.

BONNOT, T., La vie des objets, Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme, 2002, 246 p.

                     L’attachement aux choses, Paris, CNRS éditions, 2014, 239 p.

BROMBERGER, C., Carrières d’objets. Innovations et relances, Paris, coll. Ethnologie de la France n°13, Mission du patrimoine, ethnologique de la France-Maison des sciences de l’homme, 2000, 224 p.

GAYDON, L., Pour réitérer La Vieille neuve sans la travestir. Conservation- restauration d’une installation de Pascale Marthine Tayou, (dir. Marc Maire), Avignon / ESAA, 2013,

GELL, A., L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, (trad. O. et S. Renaut),  Presses du réel, Dijon, 2009 [1998], 356 p.,

GELLEREAU, M., « Le récit de témoignage sur les usages comme reconstruction du sens des objets », Culture & Musée, n°18, 2011, pp.75-97

HEINICH, N., « Les objets-personnes : fétiches, reliques et œuvres d’art », Sociologie de l’art, n°6,1993, p. 25-55

HÖLLING, H., « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences », Simulacrum, Stichting Simulacrum, Kunsthistorisch Instituut, University of Amsterdam, 2014, N°1 / p. 22-27   

KOPYTOFF , I. « The cultural biography of things : commoditization as process, » in APPADURAI , A. (ed.), The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, London-New York, Cambridge University Press,1986, pp. 64-91

MAIRE, A., De la réparation à la restauration d’un masque Mossi, pour sa survivance, (dir. Marc Maire), Avignon / ESAA, 2009

MILLER, D., Material Culture and Mass Consumption, Oxford-NewYork, Basil Blackwell, 1987, 240 p.

PRADO, P., Territoire de l’objet, Paris, Editions des archives contemporaines, 2003, 149 p.

ROITMAN J. & WARNIER J.-P., « La politique de la valeur », Journal des Africanistes, 76-1, 2006, pp. 205-216

_________Notes  _____________________________________________

2  C’est ce que les travaux du séminaire « art et artefactualité » ont déjà conclu, en affirmant que toute catégorie qu’elle soit artistique, de genre, d’espèce, etc., ne constitue un prérequis, ni descriptif, ni identitaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *