Une terrible beauté est née …

Une terrible beauté est née … *

D’un geste habile de trois de ses doigts, il roule encore une mèche d’ouate autour de l’aiguille de bambou tenue par l’autre main. Puis il trempe prestement le long coton-tige dans une fiole avant de l’appliquer sur l’objet de toute son attention, face à lui. Son masque le gêne, et il transpire sous le caoutchouc. Il rajuste ses lunettes-loupes enserrant un crâne qui lui fait mal. Des heures qu’il est assis, le dos courbé sur une chaise aigrie, les sourcils froncés dans un halo criard, sa main droite frottant mécaniquement son outil sur une matière récalcitrante. 

Elle pleure, seule, et il pleut. Les paroles du médecin résonnent encore à son entendement, et elle voudrait ne jamais avoir été à son rendez-vous, l’avoir oublié, ne jamais l’avoir pris. Pourquoi, pourquoi nous ? Son bus passe et puis un autre. Trempée, elle s’est assise sous l’abri et ne répond pas aux quémandeurs gênés qui s’éloignent apeurés. 

Attention ! Les bruns sont plus fragiles, il le sait mais s’énerve. Qu’est-ce qu’il lui a pris d’avoir accepté ce travail ingrat en sous-traitance. Fait chier ! Il a soif. Debout, une cigarette. Ses efforts sont récompensés. Au milieu de l’aplat opaque et sombre, apparaissent de nouveaux reliefs irisés, tels les œufs de Pâques multicolores qu’il déterrait enfant. Oui, c’est bien un œil qui fixe l’observateur souriant. Allez, au boulot ! Les boulettes de coton maculées forment maintenant un monticule brunâtre et odoriférant sur la desserte, à côté des flacons. La main ouvrière se fait plus leste dans un élan de curiosité mêlé d’excitation euphorisée.

Elle a fini par rentrer, hagarde, automate de son désespoir, pour s’affaler sur le lit. Et puis soudain, ses mains vont à son ventre : ça bouge dedans, comme un trépignement. Dans l’atelier qu’un long couloir sépare de la chambre, il a entendu le bruit de serrure. « Chérie viens voir, vite ! » Le portrait surpris d’un enfant accouché de la peinture.

Telle un spectre, elle s’est avancée et a balbutié « Trisomie 21 ».

Marc MAIRE, © Octobre 2011 ( * Biennale de LYON 2011. Ce texte comporte 2011 signes.) 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.