La conservation-restauration selon Hanna Hölling

La démarche en conservation-restauration: à propos de ses aspects théoriques et cultures de pratique.

Qu’est-ce que la conservation-restauration? Aussi simple qu’elle puisse paraître, cette question prête à de nombreuses réponses possibles. Aujourd’hui, la conservation-restauration ne vise plus seulement à prolonger pour l’avenir, la vie matérielle des objets qu’elle traite. Elle est considérée comme bien plus impliquée dans la matérialité que dans la matière, en ce qu’elle s’attache aux nombreux facteurs spécifiques qui déterminent la façon dont l’identité et la signification des objets sont liées aux aspects temporels, environnementaux, au régime de valeurs, à la politique, à l’économie, aux conventions et à la culture. De plus, au-delà de ses préoccupations pour les objets, la conservation-restauration investit désormais également les sujets et notions connexes à la transmission des compétences, à la tradition, à la mémoire et à la connaissance tacite. A l’aune des théories anciennes et actuelles, cet article soutient que la conservation-restauration est une pratique techno-culturelle complexe avec un impact fort et rétroactif sur ses objets et ses sujets. La conservation-restauration offre un contexte d’une inestimable richesse pour étudier un monde construit par l’homme. Simultanément, elle nous permet d’approfondir un questionnement épistémique fondamental posant les quand, comment et par quoi les œuvres existent dans le monde, et comment notre engagement vis à vis d’elles est contingent des conditions historiques et culturelles qui prévalent.

 Original article :

The technique of conservation: on realms of theory and cultures of practice

by Hanna Hölling.

Special issue of the Journal of the Institute of Conservation : The Future of Conservation, pp. 1-10. Edited by Jonathan Kemp, published online ahead of print May 24, 2017.

Free download available here

Abstract

What is conservation? Simplistic as it may seem, this question has many possible answers. Today, conservation no longer aims simply to prolong its objects’ material lives into the future. It is seen as an engagement with materiality, rather than materialÑthat is, with the many specific factors determining how objects’ identity and meaning are entangled with the aspects of time, the environment, ruling values, politics, economy, conventions and culture. Additionally, beyond the concerns with objects, conservation now also engages with subjects, and the accompanying notions of the transmission of skill, tradition, memory and tacit knowledge. By glimpsing into the theories past and present, this paper argues that conservation is a complex techno-cultural practice with a strong, retroactive impact on its objects and subjects. Conservation offers an invaluably rich context to study a man-made world. Simultaneously, it allows us to pursue fundamental epistemic questions related to what , when  and how artworks exist in the world and how our engagement with them is contingent upon the prevailing cultural – historical conditions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.