Un particularisme formateur à l’ESA d’Avignon: la contiguïté des cursus “création-instauration” et “conservation-restauration”.

Contiguïté  des formations à la  création-instauration et à la conservation-restauration à l’ESA d’Avignon et mutualisation des enseignements de connaissances.

La plupart des étudiants candidats au cursus de création-instauration investissent une école supérieure d’art plus ou moins convaincus de leur aptitude à pouvoir produire de l’art par un talent confondu avec l’expression de leur moi. Les étudiants désireux d’entamer un cursus de conservation-restauration, au contraire, se pensent insuffisamment pourvus de ce don de créativité, ou postulent à tort une meilleure garantie de débouchés professionnels à la sortie.

Toujours est-il que pour majorité d’entre eux, l’idée majoritaire de l’art qu’ils ont à l’esprit correspond encore souvent au Système des Beaux-Arts et à ses catégories traditionnelles dont ils connaissent à peu près les formes, styles et médiums voués à la représentation. La figure de l’artiste qui est la leur s’est construite à partir d’exemples notoires dont la biographie suffisamment étoffée a été relayée par le peu de cours d’histoire de l’art de l’enseignement secondaire, et exemplifiée par des clichés simplificateurs  venus des médias de masse. Elle correspond au mythe de l’artiste en souffrance, incompris, maudit, être d’exception en marge de la norme sociale, qu’ont forgé et nourri l’esthétique kantienne comme le courant romantique. Ce modèle de l’artiste engagé dans une démarche autonome, permet bien plus qu’on ne le croit, un processus pratique d’identification, “de salut”, pour de jeunes gens tout juste issus du secondaire, dès lors ils pâtissent de déficits affectif et/ou scolaire. C’est donc avec une frustration certaine de victimes d’un ostracisme du Moi créateur par le cadre scolaire, que beaucoup de ceux-ci, en outre construits dans une société individualiste, s’orientent vers une ESA, faisant le pari d’y trouver le lieu et les tenants d’une reconnaissance dont ils sont en manque, par les moyens de la révélation de capacités enfouies, ignorées, méprisées jusqu’alors.

Un bon nombre d’ étudiants est en demande d’apprentissage de savoir-faire techniques, clefs selon eux de l’émergence de leur personnalité créative qui ne demande qu’à s’exprimer à partir d’une perspective nombriliste, selon les modalités d’un académisme qui n’a plus cours depuis belle lurette dans les ESA sauf rares exceptions. D’un autre côté, pour les apprentis conservateurs-restaurateurs, la technicité représente a priori et encore en réalité professionnelle, le cœur de leur futur métier. C’est par elle et les objets intouchables socialement fétichisés à qui elle est destinée, qu’ils ambitionnent leur (re)valorisation personnelle et sociale à terme. Or, là encore, leur idée se réduit à un poncif éculé, le conservateur-restaurateur d’aujourd’hui étant tenu d’adopter d’abord une démarche analytique et critique face à un bien culturel, dont les conclusions détermineront autant la conception d’un traitement, que l’évaluation de sa compétence par un commanditaire. Car en réalité un argumentaire explicite des tenants et aboutissants d’une intervention est bien plus convaincant , mis à part  son coût, qu’une qualité de modification matérielle difficilement tangible la plupart du temps.

Bien loin des velléités de l’art-thérapie – on l’admettra volontiers – la mission principale et prioritaire de tout enseignant d’ESA consiste d’abord à ne pas condamner le point focal autocentré d’un étudiant, tout en l’amenant progressivement à le déplacer, l’élargir à un champ et un horizon plus vastes. Il s’agit d’enseigner et multiplier les cosmologies sources de la création afin d’y diluer l’exclusivité de la leur, en référant à des exemples de toutes époques et tous lieux, et en démontrant la relation indissociable de l’art et de la culture avec un contexte politique, scientifique, social, et économique. De même, il est nécessaire d’expliquer et de discuter la notion, le système, le monde de l’art, à partir de la littérature produite à la fois par les artistes et les sciences humaines et sociales qui s’en occupent, comme à l’aune et par la pratique d’expositions passées ou actuelles. L’enjeu de ce travail extensif par une approche cognitive et méthodologique, est la distension progressive de la vision devant conduire l’étudiant lui-même, qu’il suive le cursus de création-instauration ou de conservation-restauration, à la déconstruction de repères inconsciemment et naïvement échafaudés, et à une prise de distance, au propre comme au figuré, avec le vase clos du moi.

Comme on le sait, le propre des ESA est le temps important consacré à la pratique de la création, en séances collectives et régime de plus en plus autonome. Aujourd’hui, toute connaissance, tout matériau, tout médium, et l’usage de son propre corps peuvent donner lieu à une production artistique, comme des produits sélectionnés et des gestes maîtrisés à la conservation-restauration d’un artefact patrimonial. Or il ne s’agit pas de les utiliser aux seules fins de l’expression spontanée et géniale d’un moi pour seulement soi, ou en application habile d’un savoir-faire anonyme sous couvert de la notoriété ou la sacralité d’un artefact.  L’enjeu est bien plus la manifestation d’un être au monde dont la singularité sera d’autant plus appréciable qu’une multitude pourra s’y re-connaître grâce à une capacité critique de mobilisation à terme – au prix d’essais, de ratés, de sélection, d’un affinage en somme – d’expériences, de références et concepts acquis et partageables.

 Pour mener à bien ce projet formateur singulier de l’ESA, l’une des tâches cruciales du chef d’établissement est notamment de veiller à ce que tous les enseignants soient au faîte des contenus et méthodes d’enseignement de leurs collègues, qu’ils soient artistes, docteurs en sciences ou professionnels de spécialités diverses, afin que chaque étudiant, en mal, en perte ou en construction de confiance en soi lorsqu’il intègre l’école, puisse percevoir une mobilisation collective et solidaire sans faille, pour et tout au long de son parcours.

 Quelques données 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.